Soudan : la démocratie toujours en ligne de mire

6 mois après le coup d’État mené au Soudan par Abdel Fattah al-Burhan, la population exprime toujours le désir d’un retour à la démocratie. La voix pacifique reste privilégiée par les comités de résistance.

Depuis le 25 octobre, le pays a entamé un retour en arrière. Répression violente de manifestations, disparitions forcées et musellement de la parole. Un rappel des sombres années qui avaient marqué les trente années de dictature Omar el-Bechir, dirigeant d’une main de fer le pays avec l’armée et un premier cercle nommé dans les plus hautes fonctions du Soudan. Ces deux composantes sont désormais de retour. Depuis la prise de contrôle de al-Burhan, il a fait libérer plusieurs membres du Congrès national (NCP), parti national fondé par le dictateur déchu. Les analystes y voient une volonté de la junte en place d’asseoir son pouvoir et de mieux préparer des élections l’année prochaine.

Mais du côté des militants pour la démocratie et plus généralement de la population, les aspirations vers un retour de la démocratie ne sont pas affectées. Malgré les décès de manifestants, l’opposition se structure et s’organise. 6 mois de retour en arrière n’ont fait que confirmer la volonté de changement vers plus de droits. L’envie de tirer un trait sur ce vieux monde est omniprésente. Signe de cette vitalité, les comités de résistance, organisations qui avaient entraîné la chute de el-Bechir il y a trois ans, ont convenu de la rédaction d’une « Charte pour l’instauration de l’autorité du peuple » en février, une feuille de route pour amorcer un retour à la transition, abruptement interrompue en octobre. La violence employée à des fins politiques par les forces de l’ordre n’ont pas altéré le pacifisme prôné par ces groupes de résistance.

Un recours à la non violence qui inquiète le régime puisqu’il amplifie à l’international la légitimité des demandes populaires. La communauté internationale a ainsi coupé une partie de l’aide qu’elle avait attribué à la démocratie en devenir. Par ailleurs, la perspective de manifestations massives dans les mois à venir, alors que le pouvoir d’achat est en chute libre, alimente encore plus l’inquiétude du pouvoir. Le Soudan dépend en effet en grande partie du blé ukrainien ou russe et c’est la hausse du prix de ce produit alimentaire qui avait précipité la chute d’el-Bechir.

Bien que toutes les voies n’aient pas encore été comptées, il est maintenant presque certain que le parti d’extrême-droite suédois, Les Démocrates de Suède, parti fondé à la fin des années 1980 par des groupes néo-nazis, participe à un gouvernement de coalition avec les libéraux et chrétiens démocrates dans une alliance inédite. L’alliance des droites, phénomène qui semble devenir la norme partout en Europe. La Suède, jusqu’ici épargnée par la montée du fascisme et prétendument ouverte, connait à son tour un franchissement de seuil gravissime de l’extrême-droite dans les urnes, après des années de gouvernement sociaux-démocrates. L’ombre du fascisme grignote…
Le résultat du référendum pour une nouvelle constitution au Chili a mis en évidence que les 38% de l'Apruebo n'ont pas dépassé le nombre de soutiens que la gauche de l'élite dirigeante avait déjà obtenus lors de l'élection présidentielle. Par conséquent, dans un cadre de vote obligatoire, le 62% du Rechazo ne peut provenir que de deux sources :
Pour les politiciens et les médias, la grande question semble être : sommes-nous techniquement en récession ou non ? Pour les millions de personnes en difficulté, la question est : quelle est la différence ? Nous publions la traduction de cet article écrit par Branko Marcetic pour le magazine socialiste américain Jacobin.
Nous publions ici les dernières notes de blog de Jean-Luc Mélenchon sur son voyage en Amérique latine, en français, et en espagnol en deuxième partie d’article. Publicamos aquí las últimas notas del blog de Jean-Luc Mélenchon sobre su viaje a América Latina, en francés, y en español en la segunda parte del artículo.
« La Nupes, coalition de gauche issue de la volonté de Jean-Luc Mélenchon, a privé Emmanuel Macron de sa majorité à l’occasion des législatives. Désormais, c’est un autre combat qui commence pour faire échouer sa politique néolibérale au parlement. » David Broder offre son analyse sur la gauche française et son rôle clé dans la défaite de LREM aux législatives. Un article publié dans Tribune sous le titre original « Comment la gauche française a pris la majorité de Macron ».
« Dans la nuit d'avril où Emmanuel Macron remporte sa réélection, tout le monde remarque l'atmosphère étrange et feutrée qui semble l'entourer. » Hugh Schofield exprime l’échec que constitue ces élections pour le pouvoir en place dans cet article publié par la BBC sous le titre « Emmanuel Macron, un dirigeant coupé net dans sa lancée et très affaibli ».
« Le gouvernement français, centriste, tente désespérément d'éviter la paralysie politique après avoir perdu sa majorité à l'Assemblée nationale. » Ce constat, c’est celui de Paul Kirby au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives. Écrivant pour la BBC, il estime que c’est l’incertitude qui domine les résultats. L’article a été publié sous le titre original « Élections en France : incertitude politique suite à l’effondrement du parti de Macron ».
Les autorités britannique ont décidé d'accepter la demande d'extradition émise par les États-Unis et visant Julian Assange. Une décision qui ne surprend pas, le Royaume-Uni ne souhaitant pas affecter ses bonnes relations outre-Atlantique.
« Macron est resté concentré sur l'extrême droite pendant une bonne partie de son mandat. Il a, à chaque occasion, cherché à en neutraliser la menace. D’un côté il a priorisé certains des thèmes de prédilection de l’extrême droite. De l’autre, il s’est présenté comme le seul rempart possible contre elle. » Cole Strangler offre ici son analyse sur le second tour des législatives françaises qui aura lieu ce dimanche. Son article a été publié dans le New York Times, nous vous en proposons la traduction.
« Jean-Luc Mélenchon est une figure de la gauche radicale française. Il est à la tête d’une alliance qui vise à empêcher Macron de contrôler son gouvernement. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Paul Kirby, publié par la BBC, qui récapitule la position de la NUPES et son ambition à ces législatives. Il a été publié sous le titre « Élections en France : qui est Mélenchon et que défend la NUPES ? ».

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.