dossier

La fin du libéralisme

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Texte de référence à venir…

l'article

En Équateur, la population exsangue manifeste

Dans plusieurs provinces du pays, les blocages se sont multipliés sur les routes pour protester contre l'explosion du coût de l'essence et en opposition à une politique toujours plus libérale de Guillermo Lasso, le président au pouvoir.

Des milliers d’Équatoriens, principalement issus des communautés indigènes, sont descendus dans la rue dans près de la moitié des provinces du pays pour exprimer le malaise qu’ils ressentent au sein de la société. Les blocages se sont ainsi multipliés sur les routes. C’est la forte hausse des tarifs du carburant qui a agi comme l’élément déclencheur de ce mouvement. Cette hausse est le marqueur d’une politique libérale débridée menée par Guillermo Lasso, le président du pays, depuis son arrivée au pouvoir. En octobre de l’année dernière, il avait déjà augmenté unilatéralement le prix de l’essence. Un prix qui subit désormais les effets de l’inflation. Le gouvernement a également diminué les aides à la population, préférant user de leviers auprès des entreprises au nom de la reprise du travail.

Dans le même temps, les inégalités ont continué de se creuser avec des populations indigènes particulièrement affectées. Cette manifestation générale, appelée par plusieurs organisations syndicales, est donc l’expression d’un ras-le-bol. Plusieurs incidents ont été relevé aux niveaux de quelques barrages filtrants et moins d’une dizaine de blessés ont été recensés jusqu’à présent.

La réponse du président Lasso ne laisse pas de place au doute quant à sa volonté d’écouter les demandes de ses concitoyens : « Nous ne permettrons pas à la paralysie de s’installer dans ce pays » a-t-il publié sur Twitter. De son côté, Patricio Carrillo, ministre de l’intérieur, a réaffirmé son attachement à « l’ordre public ». Le gouvernement a par ailleurs lancé une opération de communication en parallèle à ce mouvement national pour rallier ses électeurs à sa cause. Le hashtag #NoPodemosParar (qui pourrais se traduire par « Nous ne pouvons pas bloquer » ou « nous arrêter ») a ainsi été lancé pour dénoncer les conséquences économiques d’un tel blocage et valoriser l’importance du travail. Une manifestation est ainsi assimilée à un frein à la reprise économique alors que l’Équateur ressent encore les effets liés à la crise sanitaire. Une reprise qui bénéficie avant tout à une élite et laisse de côté toute une partie de la société. Difficile alors d’imaginer qu’un hashtag suffise à répondre aux revendications…

la revue de presse en direct

Dans le même dossier

Les vidéos