dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@lemondeencommun.info

les articles du dossier

Avec ces nouvelles journées de manifestation, le Hirak reprend là où la pandémie et le confinement l’avaient arrêté. Viscéralement pacifiste, le mouvement promet qu’il aboutira « en 2 ans ou en 20 ans » et réitère sa volonté de voir quitter la scène politique « tous ceux qui ont déjà exercé le pouvoir ». La version algérienne du « qu’ils s’en aillent tous » (« que se vayan todos ») s’inscrit dans l’histoire des révolutions citoyennes.
Les Tunisiennes et les Tunisiens ont fêté le dixième anniversaire de la révolution tunisienne en janvier 2021. Cet anniversaire, dans un contexte de crise sociale et sanitaire a donné lieu à de nouvelles manifestations. Les jeunes sont extrêmement fragiles socialement et économiquement. Face aux revendications de justice ou encore de dignité, la répression est extrêmement violente. Des personnalités politiques, dont Jean-Luc Mélenchon et le groupe parlementaire de la France insoumise, des syndicalistes et universitaires s'unissent pour apporter leur soutien à la jeunesse tunisienne.
Alaa Talbi est directeur exécutif du Forum tunisien des droits économiques et sociaux, universitaire et poète. Il s'agit d'une organisation qui vise notamment à « appeler à la révision du rôle de l’Etat dans le domaine de la redistribution des revenus et des biens et de s’occuper des services publics afin qu’ils soient mis à la disposition de toutes les en veillant à améliorer leur qualité et à minimiser ses coûts». Le dixième anniversaire de la révolution tunisienne a donné lieu à des émeutes : l'occasion de faire un premier bilan de cette décennie post-révolution et de ses limites pour comprendre le mouvement social en cours. Cet entretien inédit, réalisé par Arnaud Le Gall, membre du Monde en Commun avec l'appui d'Alek Piguet permet d'analyser ce qui se passe en janvier 2021 en Tunisie.
Terrafemina
Une femme violée par 20 hommes le 31 décembre 2020 et depuis, il n'y a pas de réaction. Les Soudanaises s'organisent pour dénoncer les violences sexuelles, les féminicides qu'elles subissent. Avec un hasthag (#itsnotokay), pour libérer la parole à propos des crimes sexuels et des rassemblements. Une omerta qui se brise dans un pays où le viol n'est toujours pas reconnu comme un crime à part entière voire qu'il est perçu comme un déshonneur par les familles de la victime.
Cela fait dix années que Ben Ali a quitté le pouvoir. Le peuple s'est mobilisé, des semaines durant entre décembre 2010 et janvier 2011. Une mobilisation partie de la colère de la jeunesse touchée par le chômage, la pauvreté puis une colère qui embrase le pays, puis une région du monde. Malgré la répression, Ben Ali a fini par quitter le pays pour rejoindre l'Arabie saoudite, le 14 janvier 2011. Dix ans après, quel regard porter sur cette révolution et son bilan ? C'est ce que propose Hamma Hammami, dans cette analyse inédite pour Le Monde en Commun.
Reporterre
La démocratie du Rojava permet à des peuples kurdes, arménien ou de différents horizons, cultures et religions de cohabiter ensemble. Enclavée dans un Proche-Orient fait de dictatures, il faut protéger cette république, ce lieu d'expérimentations, par exemple des binômes paritaires à chaque instance décisionnelle, cet espace où l'autogestion a pris le pas sur le capitalisme. Si pour commencer l'année 2021 vous voulez comprendre ce qu'est le Rojava, cet article est fait pour vous !