Guillermo Lasso échappe de peu à la destitution

Les résultats de la procédure de destitution ont été révélés dans la nuit : Guillermo Lasso restera président. L’Assemblée nationale d’Équateur a toutefois formulé des critiques très dures contre le pouvoir exécutif.

80 des 137 élus de l’Assemblée nationale ont réclamé la destitution du président libéral. Un total élevé mais qui échoue à dépasser la majorité des deux tiers nécessaire pour adopter une telle motion (92 députés). La procédure avait été déposée samedi par le groupe de gauche majoritaire, Unión por la Esperanza (UNES), affirmant que le président était le responsable d’une « grave crise politique et d’un trouble à l’ordre public ». Une accusation visant directement son absence de réponse aux revendications d’une grève générale menée depuis plus de deux semaines dans le pays et surtout la gestion catastrophique du maintien de l’ordre. Celle-ci a démultiplié le nombre de blessés et de personnes arrêtées.

Plusieurs députés ont refusé de voter la destitution, estimant que les bases légales sur lesquelles s’appuyait la motion n’étaient pas saines et pouvaient créer un dangereux précédant. Un point de vue qui ne les a pas empêché d’attaquer l’exécutif dans son refus au dialogue. L’Assemblée nationale a ainsi effectué 18 heures de débat dans lesquels les griefs se sont accumulés. Le président de l’Assemblée a résumé ces éléments en lançant un appel ferme à la discussion entre l’ensemble des parties prenantes, au nom de l’unité du pays, de la sortie de crise et de l’avenir de l’Équateur. Si ce dialogue avait bien commencé ce lundi, sous les hospices présidentiels, il est désormais au point mort. L’exécutif a unilatéralement quitté la table des négociations en dénonçant la violence des manifestants qui auraient tué un militaire dans le nord-est du pays mardi. Une pirouette qui a l’avantage de ne pas répondre au fond des revendications.

Pour les politiciens et les médias, la grande question semble être : sommes-nous techniquement en récession ou non ? Pour les millions de personnes en difficulté, la question est : quelle est la différence ? Nous publions la traduction de cet article écrit par Branko Marcetic pour le magazine socialiste américain Jacobin.
Nous publions ici les dernières notes de blog de Jean-Luc Mélenchon sur son voyage en Amérique latine, en français, et en espagnol en deuxième partie d’article. Publicamos aquí las últimas notas del blog de Jean-Luc Mélenchon sobre su viaje a América Latina, en francés, y en español en la segunda parte del artículo.
« La Nupes, coalition de gauche issue de la volonté de Jean-Luc Mélenchon, a privé Emmanuel Macron de sa majorité à l’occasion des législatives. Désormais, c’est un autre combat qui commence pour faire échouer sa politique néolibérale au parlement. » David Broder offre son analyse sur la gauche française et son rôle clé dans la défaite de LREM aux législatives. Un article publié dans Tribune sous le titre original « Comment la gauche française a pris la majorité de Macron ».
« Dans la nuit d'avril où Emmanuel Macron remporte sa réélection, tout le monde remarque l'atmosphère étrange et feutrée qui semble l'entourer. » Hugh Schofield exprime l’échec que constitue ces élections pour le pouvoir en place dans cet article publié par la BBC sous le titre « Emmanuel Macron, un dirigeant coupé net dans sa lancée et très affaibli ».
« Le gouvernement français, centriste, tente désespérément d'éviter la paralysie politique après avoir perdu sa majorité à l'Assemblée nationale. » Ce constat, c’est celui de Paul Kirby au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives. Écrivant pour la BBC, il estime que c’est l’incertitude qui domine les résultats. L’article a été publié sous le titre original « Élections en France : incertitude politique suite à l’effondrement du parti de Macron ».
Les autorités britannique ont décidé d'accepter la demande d'extradition émise par les États-Unis et visant Julian Assange. Une décision qui ne surprend pas, le Royaume-Uni ne souhaitant pas affecter ses bonnes relations outre-Atlantique.
« Macron est resté concentré sur l'extrême droite pendant une bonne partie de son mandat. Il a, à chaque occasion, cherché à en neutraliser la menace. D’un côté il a priorisé certains des thèmes de prédilection de l’extrême droite. De l’autre, il s’est présenté comme le seul rempart possible contre elle. » Cole Strangler offre ici son analyse sur le second tour des législatives françaises qui aura lieu ce dimanche. Son article a été publié dans le New York Times, nous vous en proposons la traduction.
« Jean-Luc Mélenchon est une figure de la gauche radicale française. Il est à la tête d’une alliance qui vise à empêcher Macron de contrôler son gouvernement. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Paul Kirby, publié par la BBC, qui récapitule la position de la NUPES et son ambition à ces législatives. Il a été publié sous le titre « Élections en France : qui est Mélenchon et que défend la NUPES ? ».
Les acteurs du conflit qui frappe depuis plus de 7 années le sol yéménite se sont accordés sur une nouvelle extension du cessez-le-feu mis en œuvre en avril. L'espoir d'une sortie de la guerre par le dialogue est permis.
Le sommet des Amériques a ouvert ses portes en début de semaine jusqu'à vendredi. L'occasion de discussions bilatérales sur plusieurs thématiques dont la lutte contre les flux migratoires. Mais ce dialogue a des limites : les États-Unis se sont opposés à la venue de plusieurs pays.

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.