Une mobilisation mondiale s’organise contre Bolsonaro

Ce dimanche 28 juin, une initiative citoyenne baptisée par ses organisateurs « Stop Bolsonaro » entend élever au rang mondial la contestation contre le président néofasciste brésilien, Jair Bolsonaro.

Au Brésil et dans le monde entier, il s’agit d’exiger dans la rue et sur Twitter avec le hashtag #StopBolsonaroMundial, la destitution d’un président à l’élection contestée et dont la gestion sanitaire de l’épidémie de coronavirus est volontairement inexistante. Qualifiée de « petite grippe » par le président brésilien, la Covid-19 a déjà fait plus de 55 000 victimes dans le pays et touché plus d’un million de personnes. Le Brésil représente à lui seul plus de la moitié de la centaine de milliers de morts que dénombrent l’Amérique latine et la Caraïbe, et est le second pays le plus touché au monde après les États-Unis de Donald Trump.

Face à la pandémie, Bolsonaro laisse ainsi mourir son peuple. Au-delà de la gestion sanitaire, c’est la politique générale du président qui sera contestée ce dimanche partout à travers le monde, et en particulier sa politique raciste et discriminatoire envers les plus pauvres et les minorités, et dont les relants fascisants ne sont plus à démontrer suite aux menaces répétées d’auto-putsch militaire. Plus de 50 villes de 19 pays différents ont déjà rejoint l’action mondiale prévue pour demain.


International mobilisation against Bolsonaro

This Sunday, June 28th, a citizens’ initiative called « Stop Bolsonaro » by the organizers intends to export to international level the contestation against the Brazilian neofascist president, Jair Bolsonaro.

The initiative, started from Brazil and expanded around the world, aims to dismiss the president through street and Twitter protests with the hashtag #StopBolsonaroMundial. Won in very controversial and disputed elections, he was in the absent subscribers in the management of the coronavirus epidemic. Considered as “the little flu » by the Brazilian president, the Covid-19 has already claimed more than 55,000 lives in the country and affected more than a million people. Brazil alone accounts for more than half of the hundreds of thousands of deaths in Latin America and the Caribbean, and is the second most affected country in the world after Donald Trump’s United States.

Bolsonaro lets his people facing death in front of the pandemic. Beyond his health management failure, it is the general policy of the president that will be denied this Sunday all over the world. Particularly, racism and discrimination towards poor people and minorities. After what is being seen from repeated threats of military self-coup, hints of fascism raised to the surface. More than 50 cities from 19 different countries have already joined the global action planned for tomorrow.

Les 24 et 25 septembre 2022, une délégation insoumise s'est rendue à Naples pour soutenir l'Unione Popolare dans les élections générales. Ce que "l'Union Populaire" italienne représente dans le pays est embryonnaire, dans un paysage politique où des années de compromission de la gauche traditionnelle avec les forces libérales et néolibérales ont fini de piétiner la construction d'une gauche de rupture. Filip Ristic, membre de la délégation insoumise, nous livre le récit de ce week-end à Naples, où il était important de nous rendre afin d'exprimer notre solidarité.
Bien que toutes les voies n’aient pas encore été comptées, il est maintenant presque certain que le parti d’extrême-droite suédois, Les Démocrates de Suède, parti fondé à la fin des années 1980 par des groupes néo-nazis, participe à un gouvernement de coalition avec les libéraux et chrétiens démocrates dans une alliance inédite. L’alliance des droites, phénomène qui semble devenir la norme partout en Europe. La Suède, jusqu’ici épargnée par la montée du fascisme et prétendument ouverte, connait à son tour un franchissement de seuil gravissime de l’extrême-droite dans les urnes, après des années de gouvernement sociaux-démocrates. L’ombre du fascisme grignote…
Le résultat du référendum pour une nouvelle constitution au Chili a mis en évidence que les 38% de l'Apruebo n'ont pas dépassé le nombre de soutiens que la gauche de l'élite dirigeante avait déjà obtenus lors de l'élection présidentielle. Par conséquent, dans un cadre de vote obligatoire, le 62% du Rechazo ne peut provenir que de deux sources :
Pour les politiciens et les médias, la grande question semble être : sommes-nous techniquement en récession ou non ? Pour les millions de personnes en difficulté, la question est : quelle est la différence ? Nous publions la traduction de cet article écrit par Branko Marcetic pour le magazine socialiste américain Jacobin.
Nous publions ici les dernières notes de blog de Jean-Luc Mélenchon sur son voyage en Amérique latine, en français, et en espagnol en deuxième partie d’article. Publicamos aquí las últimas notas del blog de Jean-Luc Mélenchon sobre su viaje a América Latina, en francés, y en español en la segunda parte del artículo.
« La Nupes, coalition de gauche issue de la volonté de Jean-Luc Mélenchon, a privé Emmanuel Macron de sa majorité à l’occasion des législatives. Désormais, c’est un autre combat qui commence pour faire échouer sa politique néolibérale au parlement. » David Broder offre son analyse sur la gauche française et son rôle clé dans la défaite de LREM aux législatives. Un article publié dans Tribune sous le titre original « Comment la gauche française a pris la majorité de Macron ».
« Dans la nuit d'avril où Emmanuel Macron remporte sa réélection, tout le monde remarque l'atmosphère étrange et feutrée qui semble l'entourer. » Hugh Schofield exprime l’échec que constitue ces élections pour le pouvoir en place dans cet article publié par la BBC sous le titre « Emmanuel Macron, un dirigeant coupé net dans sa lancée et très affaibli ».
« Le gouvernement français, centriste, tente désespérément d'éviter la paralysie politique après avoir perdu sa majorité à l'Assemblée nationale. » Ce constat, c’est celui de Paul Kirby au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives. Écrivant pour la BBC, il estime que c’est l’incertitude qui domine les résultats. L’article a été publié sous le titre original « Élections en France : incertitude politique suite à l’effondrement du parti de Macron ».
Les autorités britannique ont décidé d'accepter la demande d'extradition émise par les États-Unis et visant Julian Assange. Une décision qui ne surprend pas, le Royaume-Uni ne souhaitant pas affecter ses bonnes relations outre-Atlantique.
« Macron est resté concentré sur l'extrême droite pendant une bonne partie de son mandat. Il a, à chaque occasion, cherché à en neutraliser la menace. D’un côté il a priorisé certains des thèmes de prédilection de l’extrême droite. De l’autre, il s’est présenté comme le seul rempart possible contre elle. » Cole Strangler offre ici son analyse sur le second tour des législatives françaises qui aura lieu ce dimanche. Son article a été publié dans le New York Times, nous vous en proposons la traduction.
« Jean-Luc Mélenchon est une figure de la gauche radicale française. Il est à la tête d’une alliance qui vise à empêcher Macron de contrôler son gouvernement. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Paul Kirby, publié par la BBC, qui récapitule la position de la NUPES et son ambition à ces législatives. Il a été publié sous le titre « Élections en France : qui est Mélenchon et que défend la NUPES ? ».

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.