dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

Révolution citoyenne en Somalie : le Parlement vote pour plus de femmes

Ce papier de Sébastien Németh a été initialement publié sur le site de RFI le 23 juin 2020.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La chambre basse vient d’approuver un projet de loi qui prévoit un quota de 30% de femmes au Parlement somalien. Même si ce dernier doit encore ratifier le texte, c’est une étape de plus vers une féminisation de la politique en Somalie.

C’est un combat de longue haleine dans une société à la fois patriarcale et traditionaliste, mais les progrès sont visibles. Au début des années 2000, les femmes représentaient seulement 8% des parlementaires. En 2012, elles étaient 14%. Aujourd’hui, 80 femmes siègent dans les deux chambres du Parlement, soit presque un quart des postes. Mais la barre des 30%, débattue depuis des années, n’a jamais été franchie.

Avec ce vote prometteur, les activistes espèrent briser le plafond de verre. Le texte a été approuvé à une large majorité, avec seulement sept voix contre, preuve d’un changement de mentalité, même s’il y a des mécontents.

Le député Abdirashid Duale a déclaré que son « droit avait été violé ». Selon lui, les électeurs peuvent choisir le candidat qu’ils veulent, peu importe son sexe. En effet, certains hommes ayant des ambitions politiques considèrent ce quota féminin comme un obstacle risquant de contrecarrer leurs projets.

Il faudra encore voir si ce texte est entériné, et jusqu’à quel point il est appliqué. Hodan Osman reste sur ses gardes. Chercheuse à l’Institut des études africaines, elle ne veut pas d’une mise en pratique symbolique. « Nous voulons des femmes au Parlement qui sachent lire et écrire, qui s’intéressent au futur des Somaliennes et qui puissent militer, notamment contre les violences sexuelles », dit-elle.

Dans le même dossier

Les vidéos