Mark Alizart : « On ne peut pas refaire le monde de demain avec ceux qui ont raté le monde d’hier »

Pour le philosophe Mark Alizart, la crise sanitaire que nous traversons est la bande d’annonce de ce qui nous attend si rien n’est fait sur le plan écologique. Dans son dernier essai  » Le coup d’État climatique  » il nous met en garde face aux dérives du capitalisme.

Nous n’avons jamais vu autant de scientifiques à la télévision. Sur tous les plateaux de tv ils nous somment de rester chez nous, et nous les écoutons. Mark Alizart se réjouit de cette prise de conscience. Selon lui, l’émergence du virus a rendu audible la parole scientifique pour le public. Ce retour des experts dans les bonnes grâces de la population est une bonne chose. Il y a quelques mois, les climatologues étaient encore ridiculisés voire intimidés par des campagnes orchestrées par les lobbies de l’industrie fossile. On est donc en droit d’espérer que cette crise épidémiologique nous projette plus loin dans la lutte contre le changement climatique.  » Il y a une sorte de pédagogie nouvelle qui s’est installée dans l’esprit du public. C’est le fait d’aplatir les courbes. Tout le monde a bien compris pourquoi il était nécessaire de rester confinés à la vision de ces deux courbes, dont l’une montait en flèche si l’épidémie n’était pas maîtrisée. Je pense qu’on peut dire aujourd’hui en étant compris que la question du climat est à peu près semblable. « 

Un des obstacles à cette conscientisation du public face au changement climatique est le capitalisme. Un modèle que nos dirigeants souhaitent préserver quoi qu’il en coûte. Le philosophe pointe du doigt les polémiques qui ont court actuellement aux États-Unis quant à la manière de traiter le virus. Faut-il déconfiner ?  » Ce sont des questions que nous nous posons également en Europe, parce qu’on se dit qu’après tout le capitalisme vaut bien quelques morts du coronavirus « Et pour Mark Alizart, la gestion de la crise sanitaire nous dévoile aussi le fond politique de la question climatique.  » S’il y a si peu de choses qui ont été faites pour contrer le réchauffement climatique c’est parce que plein de gens pensent qu’au fond c’est pareil. Le capitalisme vaut bien quelques morts du réchauffement climatique. En plus ces morts on ne sait pas très bien où ils seront, ils seront sûrement lointains, pas très productifs. Donc ils ne nous intéressent pas tellement. Un peu comme les vieillards qu’on laisse mourir dans les EPHAD. « 

Le capitalisme a besoin de catastrophes

Dans nos pays occidentaux, le dérèglement climatique revêt fréquemment des allures de fin du monde. Notre vision est très collapsologiste, explique le philosophe, paralyse toute forme d’action car  » si c’est la fin de tout, cela ne sert à rien de se battre. Le réchauffement climatique est d’abord une succession de petites et de grosses crises inégalement distribuées à la surface de la planète. Certaines ont déjà commencé et il y a toujours quelqu’un qui peut tirer profit de cette situation.  » Notre vision du capitalisme est selon lui erronée. Car le capitalisme survit même dans la destruction. Détruire de la valeur permet aussi aux actionnaires qui ont pu se défausser de leurs actions de les racheter à bas prix.  » Le capitalisme a besoin de catastrophes et quand elles n’arrivent pas il peut même les fabriquer. » 

Nous avons besoin d’écologistes qui comprennent que nous sommes en guerre et non en crise

Guerre climatique

Lire la suite sur RTBF.BE

« Le gouvernement français, centriste, tente désespérément d'éviter la paralysie politique après avoir perdu sa majorité à l'Assemblée nationale. » Ce constat, c’est celui de Paul Kirby au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives. Écrivant pour la BBC, il estime que c’est l’incertitude qui domine les résultats. L’article a été publié sous le titre original « Élections en France : incertitude politique suite à l’effondrement du parti de Macron ».
Les autorités britannique ont décidé d'accepter la demande d'extradition émise par les États-Unis et visant Julian Assange. Une décision qui ne surprend pas, le Royaume-Uni ne souhaitant pas affecter ses bonnes relations outre-Atlantique.
« Macron est resté concentré sur l'extrême droite pendant une bonne partie de son mandat. Il a, à chaque occasion, cherché à en neutraliser la menace. D’un côté il a priorisé certains des thèmes de prédilection de l’extrême droite. De l’autre, il s’est présenté comme le seul rempart possible contre elle. » Cole Strangler offre ici son analyse sur le second tour des législatives françaises qui aura lieu ce dimanche. Son article a été publié dans le New York Times, nous vous en proposons la traduction.
« Jean-Luc Mélenchon est une figure de la gauche radicale française. Il est à la tête d’une alliance qui vise à empêcher Macron de contrôler son gouvernement. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Paul Kirby, publié par la BBC, qui récapitule la position de la NUPES et son ambition à ces législatives. Il a été publié sous le titre « Élections en France : qui est Mélenchon et que défend la NUPES ? ».
Les acteurs du conflit qui frappe depuis plus de 7 années le sol yéménite se sont accordés sur une nouvelle extension du cessez-le-feu mis en œuvre en avril. L'espoir d'une sortie de la guerre par le dialogue est permis.
Le sommet des Amériques a ouvert ses portes en début de semaine jusqu'à vendredi. L'occasion de discussions bilatérales sur plusieurs thématiques dont la lutte contre les flux migratoires. Mais ce dialogue a des limites : les États-Unis se sont opposés à la venue de plusieurs pays.
« La gauche française a souffert. Elle a dans sa chair électorale les multiples doutes propres à une puissance qui continue d'exister, mais qui n'est plus l'empire d'autrefois. » Ces propos sont ceux d'Oriol Junqueras, leader indépendantiste de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) qui s'exprime dans un tribune de elDiario.es sur la Nupes. Ce texte a été publié sous le titre original « Une France de gauches ? Le défi de Mélenchon contre l'indigestion impériale. »
« La Colombie s’est rendue aux urnes il y a une semaine pour rejeter la politique d'extrême droite d'Iván Duque et d’Álvaro Uribe et pour affirmer que la population colombienne est beaucoup plus progressiste que ce que voudraient faire croire les politiciens actuels. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Luciana Cadahia, philosophe, et Tamara Ospina Posse, politologue, qui décryptent la percée de la gauche au cours de ces dernières années.
La journée mondiale sans tabac a été l'occasion pour le Mexique d'adopter des mesures inédites dans la lutte contre le tabagisme. Il devient le premier pays d'Amérique latine à interdite la cigarette électronique au nom de la santé publique.

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.