L’eau, « défi numéro un de l’humanité »

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, le livret sur la précieuse ressource a été publié. Dédié à ce « bien commun » qu’est l’eau, il détaille les mesures nationales défendues dans le programme de l’Avenir en commun mais comprend également un volet sur la politique internationale qui sera portée par Jean-Luc Mélenchon, en cas d’élection, vis-à-vis de cet élément aux enjeux particuliers.

Le programme fait le choix de la promotion du droit à l’eau et de sa gestion publique à l’international. L’eau deviendra un axe de la diplomatie écologique altermondialiste avec une volonté de préservation du cycle de l’eau. S’ajoute à cela la défense d’un traité d’interdiction des plastiques et la création d’une instance dédiée à l’eau et à son assainissement au sein de l’ONU parmi d’autres mesures.

Ces mesures sont le fruit des travaux effectués par un groupe coordonné par Vivien Rebière, co-auteur du livre « E comme Eau publique », et Isabelle Plichon, militante pour le droit à l’eau au sein du collectif Eau Bien Commun Lyon Métropole. Par ailleurs, le livret « Eau » est le 26ème à être publié alors que d’autres vont encore suivre dans les jours et semaines à venir. Parmi les livrets déjà publiés, l’on retrouve ceux dédiés à la Paix, à la Mer ou à l’Espace, librement consultables ici.

« La Nupes, coalition de gauche issue de la volonté de Jean-Luc Mélenchon, a privé Emmanuel Macron de sa majorité à l’occasion des législatives. Désormais, c’est un autre combat qui commence pour faire échouer sa politique néolibérale au parlement. » David Broder offre son analyse sur la gauche française et son rôle clé dans la défaite de LREM aux législatives. Un article publié dans Tribune sous le titre original « Comment la gauche française a pris la majorité de Macron ».
« Dans la nuit d'avril où Emmanuel Macron remporte sa réélection, tout le monde remarque l'atmosphère étrange et feutrée qui semble l'entourer. » Hugh Schofield exprime l’échec que constitue ces élections pour le pouvoir en place dans cet article publié par la BBC sous le titre « Emmanuel Macron, un dirigeant coupé net dans sa lancée et très affaibli ».
« Le gouvernement français, centriste, tente désespérément d'éviter la paralysie politique après avoir perdu sa majorité à l'Assemblée nationale. » Ce constat, c’est celui de Paul Kirby au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives. Écrivant pour la BBC, il estime que c’est l’incertitude qui domine les résultats. L’article a été publié sous le titre original « Élections en France : incertitude politique suite à l’effondrement du parti de Macron ».
Les autorités britannique ont décidé d'accepter la demande d'extradition émise par les États-Unis et visant Julian Assange. Une décision qui ne surprend pas, le Royaume-Uni ne souhaitant pas affecter ses bonnes relations outre-Atlantique.
« Macron est resté concentré sur l'extrême droite pendant une bonne partie de son mandat. Il a, à chaque occasion, cherché à en neutraliser la menace. D’un côté il a priorisé certains des thèmes de prédilection de l’extrême droite. De l’autre, il s’est présenté comme le seul rempart possible contre elle. » Cole Strangler offre ici son analyse sur le second tour des législatives françaises qui aura lieu ce dimanche. Son article a été publié dans le New York Times, nous vous en proposons la traduction.
« Jean-Luc Mélenchon est une figure de la gauche radicale française. Il est à la tête d’une alliance qui vise à empêcher Macron de contrôler son gouvernement. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Paul Kirby, publié par la BBC, qui récapitule la position de la NUPES et son ambition à ces législatives. Il a été publié sous le titre « Élections en France : qui est Mélenchon et que défend la NUPES ? ».
Les acteurs du conflit qui frappe depuis plus de 7 années le sol yéménite se sont accordés sur une nouvelle extension du cessez-le-feu mis en œuvre en avril. L'espoir d'une sortie de la guerre par le dialogue est permis.
Le sommet des Amériques a ouvert ses portes en début de semaine jusqu'à vendredi. L'occasion de discussions bilatérales sur plusieurs thématiques dont la lutte contre les flux migratoires. Mais ce dialogue a des limites : les États-Unis se sont opposés à la venue de plusieurs pays.
« La gauche française a souffert. Elle a dans sa chair électorale les multiples doutes propres à une puissance qui continue d'exister, mais qui n'est plus l'empire d'autrefois. » Ces propos sont ceux d'Oriol Junqueras, leader indépendantiste de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) qui s'exprime dans un tribune de elDiario.es sur la Nupes. Ce texte a été publié sous le titre original « Une France de gauches ? Le défi de Mélenchon contre l'indigestion impériale. »

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.