dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

Le militant Nizar Banat assassiné par l’Autorité palestinienne

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Le célèbre militant des droits humains critique de l’Autorité palestinienne Nizar Banat, est décédé suite à un raid de la police chez son oncle où il logeait, jeudi 24 juin à l’aube, suscitant l’indignation générale et des manifestations, ainsi que des appels de la communauté internationale à une enquête. 

Nizar Banat, 43 ans et originaire de la ville de Dura en Cisjordanie, a été arrêté en pleine nuit au domicile de son oncle à Dura par les forces de sécurité dépendant de l’Autorité palestinienne. Violemment passé à tabac devant sa famille par une vingtaine de policiers, il avait été transporté dans un poste de police puis évacué d’urgence vers l’hôpital d’Hébron où il est décédé. 

Des centaines de manifestants ont protesté jeudi après-midi dans les rues d’Hébron et de Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne, pour exprimer leur colère et leur soutien à la famille de Nizar Banat, éminent opposant au régime, connu pour ses vidéos sur les réseaux sociaux critiquant l’Autorité palestinienne présidée par Mahmoud Abbas, qu’il accusait de corruption. 

Les Palestiniens sont choqués et des activistes anti-corruption alertent sur les réseaux sociaux, comme Fadi Elsalameen : « Abbas garde le silence sur le meurtre de l’activiste #NizarBanat, refusant de condamner le crime commis par ses forces de sécurité. Abbas a également refusé de condamner ou d’annuler la menace de mort que ses forces armées ont proférée à mon encontre en mars dernier. Notre crime selon Abbas : nous critiquons sa corruption. »

Nizar Banat était surtout candidat sur une liste parlementaire indépendante, le Parti de Libération et Dignité pour les premières élections législatives en 16 ans, initialement prévues le 22 mai 2021 et reportées sine die par l’Autorité palestinienne. Nizar Banat avait soupçonné Mahmoud Abbas de redouter la défaite face à des adversaires du Fatah ou du Hamas. 

L’envoyé spécial de l’ONU pour le Moyen-Orient, Tor Wennesland s’est exprimé sur Twitter : « Alarmé et attristé par la mort de l’activiste, ancien candidat au Parlement, Nizar Banat, suite à son arrestation par les FPS à Hébron. Mes plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches. J’appelle à une enquête rapide, indépendante et transparente. Les auteurs de ces actes doivent être traduits en justice ».

L’Union européenne a appelé à une enquête « indépendante et transparente », après avoir déjà exprimé ses inquiétudes suite à la première arrestation de M. Banat en novembre qui avait duré quatre jours, et après une descente de police chez lui en mai. 

Malgré la violente répression des forces de l’Autorité palestinienne qui ont usé de coups de matraque et de gaz lacrymogènes sur les manifestants ce jeudi, des centaines de Palestiniens se sont réunis aujourd’hui vendredi à la mosquée Al-Aqsa pour protester contre l’assassinat du militant. Ils scandent des slogans contre le président Mahmoud Abbas et demandent sa destitution : 

Dans le même dossier

Les vidéos