dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

L’arrestation « prévisible » d’Alpha Condé

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Le Président guinéen Alpha Condé, au pouvoir depuis onze ans, a été arrêté dimanche 5 septembre lors d’un coup d’état militaire.

Un coup d’état « prévisible ». Longtemps après avoir incarné l’alternative à la dictature, Alpha Condé n’a pas résisté au mandat de trop : il y a un an il menait un « coup d’état constitutionnel » pour s’offrir un troisième mandat. Depuis, ses opposants l’accusent d’avoir opéré un « hold-up électoral » et les manifestations étaient régulières dans ce pays en crise politique et sociale. Moins d’un an après sa réélection donc, le dirigeant guinéen a été victime ce dimanche d’un putsch militaire. Le troisième en quelques mois en Afrique francophone (après le Tchad et le Mali). L’armée a annoncé la dissolution des institutions, la fermeture des frontières et l’instauration d’un couvre-feu. Le chef des putschistes, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya a promis lundi la mise en place d’un « gouvernement d’union nationale chargé de conduire une période de transition politique », sans toutefois préciser la durée de la transition. Il a également tenté de rassurer les partenaires et investisseurs étrangers quant à « la poursuite normale des activités dans le pays ».

Le coup d’état a été condamné par la communauté internationale. Paris a réagi dimanche soir aux évènements : « La France se joint à l’appel de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), pour condamner la tentative de prise de pouvoir par la force survenue le 5 septembre, demander le retour à l’ordre constitutionnel et appeler à la libération immédiate et sans condition du Président Condé », indique une note du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères publiée sur son site web. « La France est en contact étroit avec ses partenaires africains et internationaux », ajoute le Quai d’Orsay. Pour l’instant, aucune réaction du président Macron n’est à signaler.

Sur France Culture, l’historien Amzat Boukari-Yabara a été interrogé sur le fait que notre pays « n’a pas vraiment protesté ». Sa réponse : « Disons que la France se positionne en fonction de ses intérêts, de ce qui les sert ou les dessert. Il y a un an, il y avait la comparaison avec la Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara a pu faire son troisième mandat, validé par Paris, alors que c’était moins le cas en Guinée. La tolérance de Paris vis-à-vis de ces régimes est vraiment un élément qui montre la permanence de la Françafrique. »

La réaction du candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon va dans ce sens :

Dans le même dossier

Les vidéos