La conquête de l’espace devient une guerre commerciale

Décidément, l’argent corrompt tout. Des fonds sous-marins aux étoiles. Et désormais, ce qui était une aventure humaine est transformé en compétition financière : le prix par « passager » est l’enjeu. Elon Musk de SpaceX dit facturer 60 millions de dollars la place contre 80 millions de dollars la place dans la fusée russe Soyouz.

Le 30 mai 2020, le lancement de la fusée SpaceX s’est déroulé avec succès. L’agence privée SpaceX a réussi son lancement d’une fusée vers l’ISS (la station spatiale internationale) avec à son bord deux astronautes américains de la NASA. Depuis plusieurs années, les astronautes dépendaient de la fusée russe Soyouz lancée par l’agence Roskosmos pour atteindre l’ISS.

Derrière SpaceX, première société privée à se voir confier par la NASA une telle mission, on trouve le milliardaire Elon Musk. Outre son projet « Starlink » dont l’objectif est de disposer, en 2025, de 11 943 satellites pour couvrir entièrement la planète, l’américain d’origine sud-africaine, compte bien récupérer le marché du transport vers l’ISS !

Pour les Russes, cela signifie perdre un monopole mais surtout l’obligation de relancer une stratégie spatiale.

Nous vous recommandons la lecture de cet article rédigé à partir d’une dépêche de l’AFP du 31 mai 2020 et publié sur le site Orange.

SpaceX sonne la fin du monopole spatial russe

C’est la fin d’un monopole: après le vol du groupe privé américain SpaceX, les Russes ne sont plus les seuls à envoyer des cosmonautes vers l’ISS, ce qui devrait pousser le programme spatial russe à se réinventer, estiment des experts.

Les deux astronautes de la Nasa transportés par la capsule de SpaceX sont entrés dimanche dans la station spatiale internationale (ISS), après un vol de 19 heures. 

Cette mission est une première depuis l’arrêt, en 2011, des vols de navettes américaines vers l’ISS, qui a laissé aux fusées russes Soyouz, plu s sûres et moins chères, l’exclusivité des vols habités.

Pendant neuf ans, les pensionnaires de l’ISS sont tous partis du cosmodrome russe de Baïkonour, après avoir suivi des entraînements en Russie et appris la langue de Pouchkine.

– « Le trampoline fonctionne »-

Bonne joueuse, l’agence spatiale russe Roskosmos a « salué » le décollage de la fusée de SpaceX, son directeur exécutif pour les vols habités, Sergueï Krikaliov, estimant que « le succès de cette mission va nous apporter de nouvelles opportunités ».

« Le trampoline fonctionne », a plaisanté dimanche lors d’une conférence de presse le fondateur de SpaceX, Elon Musk, un message humoristique adressé au patron de Roskosmos.

Ce dernier, Dmitri Rogozine, avait affirmé en 2014, lors d’une période de tension, alors que Moscou menaçait d’interrompre la coopération spatiale avec Washington, que les spationautes américains pourraient bien avoir besoin d’un « trampoline » pour rejoindre l’ISS.

L’allusion a enflammé les réseaux sociaux russes, de nombreux « memes » internet et blagues ridiculisant Dmitri Rogozine étant publiées.

Le phénomène a même forcé son porte-parole à s’exprimer. « Nous ne comprenons pas vraiment l’hystérie déclenchée par le lancement réussi de la capsule Crew Dragon », a écrit sur Twitter Vladimir Oustimienko. « Ce qui aurait dû arriver il y a longtemps est arrivé ».

M. Oustimienko a également annoncé que la Russie allait tester « deux nouvelles fusées » cette année et reprendre son programme lunaire « l’an prochain ».

Le patron de Roskosmos avait affirmé la veille que la Russie prévoyait à l’automne un lancement test d’une fusée lourde Angara, censée remplacer les vieillissants lanceurs Proton, et qu’elle accélérait le développement de son missile balistique intercontinental Sarmat, présenté comme pouvant surmonter toute défense antimissile.

– Le coup est rude –

Le coup reste néanmoins rude. « Ces vols (opérés par la Russie) étaient une chance inespérée pour Moscou de continuer sa production de Soyouz et conserver un poids dans les négociations sur l’ISS », souligne Isabelle Sourbès-Verger, chercheuse française du Centre national de recherche scientifique (CNRS), spécialiste des politiques spatiales.

Lire la suite ici.


The Space Conquest is becoming a trade war

From sea beds to stars, money does corrupt everything. And what used to be a human adventure has turned into a financial competition. What is at stake is the price per « passenger ». The CEO of SpaceX, Elon Musk, charges 60 million dollars for a seat, when it costs 80 million dollars in the Russian rocket Soyuz.

On May 30, 2020, the SpaceX rocket was launched successfully. The private agency SpaceX succeeded in launching a rocket to transport two American NASA astronauts to the ISS (the International Space Station). For many years, astronauts had depended on the Russian rocket Soyuz launched by Roskosmos, to reach the ISS.

Behind SpaceX, the first private company ever to be entrusted by NASA with such a mission, there is billionaire Elon Musk. In addition to his « Starlink » project, whose goal is to have 11,943 satellites at his disposal by 2025 so as to cover the whole planet, the South-African-born American intends to get ahold of the transport market to the ISS !

For Russia, it means not only losing a monopoly, but also and mainly being obliged to revive their space strategy.

SpaceX sounds the knell of Russia’s space monopoly

This is the end of a long-held monopoly : after the flight of the private American company SpaceX, Russia is no longer the only country to send cosmonauts to the ISS, which should encourage the revival of Russia’s space program, according to some experts.

The two NASA astronauts who were transported in the SpaceX capsule entered the ISS last Sunday, after a 19-hour flight.

This mission has been a first since the flights of American shuttles to the ISS were suspended in 2011, which left the exclusivity of manned flights to the Russian rockets Soyuz, considered as safer and cheaper.

For nine years, all the ISS crew members have been taking off from the Russian cosmodrome at Baïkonur, after being trained in Russia and learning Pushkin’s tongue.

« The trampoline works »

With fair play, Russia’s Space Agency Roskosmos greeted the take-off of the SpaceX rocket, its executive director in charge of manned flights Sergueï Krikaliov deeming that « the success of this mission is going to bring new opportunities in its train ».

« The trampoline works »,  SpaceX founder Elon Musk said jokingly last Sunday during a press conference – a humourous trait aimed at Roskosmos’s boss.

This latter, Dmitri Rogozine, asserted in 2014 – during a period of tensions when Moscow threatened to stop space cooperation with Washington – that American astronauts may well need a « trampoline » to get to the ISS.

The allusion went viral on Russian social networks, on which many Internet memes and jokes ridiculing Dmitri Rogozine were posted.

This event forced his spokesman to go public. « We do not really understand the hysteria triggered by the successful launching of the Crew Dragon capsule », Vladimir Ustimienko posted on Twitter. « What was due to happen long ago, eventually happened. »

Mr Ustimienko also broke the news that Russia was to test « two new rockets » this year and revive its lunar programme « next year ».

The day before, Roskosmos’s boss had asserted that Russia was planning a test launch of Angara – a heavy rocket supposed to replace the ageing Proton launchers – in Autumn, and that it was accelerating the development of its intercontinental ballistic missiles Sarmat , which is presented as capable of overcoming any type of antimissile defence.

It is a severe blow

However, this is still a severe blow. As Isabelle Sourbès-Verger, a French researcher at the CNRS (National Scientific Research Centre), explains :  « Those flights (carried out by Russia) were an unhoped-for chance for Moscow to continue producing Soyuz rockets and to have some weight in the negociations over the ISS »

Les 24 et 25 septembre 2022, une délégation insoumise s'est rendue à Naples pour soutenir l'Unione Popolare dans les élections générales. Ce que "l'Union Populaire" italienne représente dans le pays est embryonnaire, dans un paysage politique où des années de compromission de la gauche traditionnelle avec les forces libérales et néolibérales ont fini de piétiner la construction d'une gauche de rupture. Filip Ristic, membre de la délégation insoumise, nous livre le récit de ce week-end à Naples, où il était important de nous rendre afin d'exprimer notre solidarité.
Bien que toutes les voies n’aient pas encore été comptées, il est maintenant presque certain que le parti d’extrême-droite suédois, Les Démocrates de Suède, parti fondé à la fin des années 1980 par des groupes néo-nazis, participe à un gouvernement de coalition avec les libéraux et chrétiens démocrates dans une alliance inédite. L’alliance des droites, phénomène qui semble devenir la norme partout en Europe. La Suède, jusqu’ici épargnée par la montée du fascisme et prétendument ouverte, connait à son tour un franchissement de seuil gravissime de l’extrême-droite dans les urnes, après des années de gouvernement sociaux-démocrates. L’ombre du fascisme grignote…
Le résultat du référendum pour une nouvelle constitution au Chili a mis en évidence que les 38% de l'Apruebo n'ont pas dépassé le nombre de soutiens que la gauche de l'élite dirigeante avait déjà obtenus lors de l'élection présidentielle. Par conséquent, dans un cadre de vote obligatoire, le 62% du Rechazo ne peut provenir que de deux sources :
Pour les politiciens et les médias, la grande question semble être : sommes-nous techniquement en récession ou non ? Pour les millions de personnes en difficulté, la question est : quelle est la différence ? Nous publions la traduction de cet article écrit par Branko Marcetic pour le magazine socialiste américain Jacobin.
Nous publions ici les dernières notes de blog de Jean-Luc Mélenchon sur son voyage en Amérique latine, en français, et en espagnol en deuxième partie d’article. Publicamos aquí las últimas notas del blog de Jean-Luc Mélenchon sobre su viaje a América Latina, en francés, y en español en la segunda parte del artículo.
« La Nupes, coalition de gauche issue de la volonté de Jean-Luc Mélenchon, a privé Emmanuel Macron de sa majorité à l’occasion des législatives. Désormais, c’est un autre combat qui commence pour faire échouer sa politique néolibérale au parlement. » David Broder offre son analyse sur la gauche française et son rôle clé dans la défaite de LREM aux législatives. Un article publié dans Tribune sous le titre original « Comment la gauche française a pris la majorité de Macron ».
« Dans la nuit d'avril où Emmanuel Macron remporte sa réélection, tout le monde remarque l'atmosphère étrange et feutrée qui semble l'entourer. » Hugh Schofield exprime l’échec que constitue ces élections pour le pouvoir en place dans cet article publié par la BBC sous le titre « Emmanuel Macron, un dirigeant coupé net dans sa lancée et très affaibli ».
« Le gouvernement français, centriste, tente désespérément d'éviter la paralysie politique après avoir perdu sa majorité à l'Assemblée nationale. » Ce constat, c’est celui de Paul Kirby au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives. Écrivant pour la BBC, il estime que c’est l’incertitude qui domine les résultats. L’article a été publié sous le titre original « Élections en France : incertitude politique suite à l’effondrement du parti de Macron ».
Les autorités britannique ont décidé d'accepter la demande d'extradition émise par les États-Unis et visant Julian Assange. Une décision qui ne surprend pas, le Royaume-Uni ne souhaitant pas affecter ses bonnes relations outre-Atlantique.
« Macron est resté concentré sur l'extrême droite pendant une bonne partie de son mandat. Il a, à chaque occasion, cherché à en neutraliser la menace. D’un côté il a priorisé certains des thèmes de prédilection de l’extrême droite. De l’autre, il s’est présenté comme le seul rempart possible contre elle. » Cole Strangler offre ici son analyse sur le second tour des législatives françaises qui aura lieu ce dimanche. Son article a été publié dans le New York Times, nous vous en proposons la traduction.
« Jean-Luc Mélenchon est une figure de la gauche radicale française. Il est à la tête d’une alliance qui vise à empêcher Macron de contrôler son gouvernement. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Paul Kirby, publié par la BBC, qui récapitule la position de la NUPES et son ambition à ces législatives. Il a été publié sous le titre « Élections en France : qui est Mélenchon et que défend la NUPES ? ».

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.