Goodyear : enfin !

C’est l’issue d’un combat acharné mais juste : Goodyear, multinationale qui fabrique des pneus agricoles, est (enfin !) condamnée pour le licenciement abusif de 832 salariés de son usine d’Amiens-Nord.

1 143 emplois supprimés au nom de la bourse. 1143 vies, familles, affectées quand ce ne fut pas plus grave encore. En 2014, Goodyear fermait l’usine d’Amiens alors même qu’elle réalisait 1,7 milliard de dollars de bénéfices.

Pour l’avocat des salariés, Maître Rilov,

« c’est le couronnement d’années de bataille et de lutte acharnée des salariés de ce site, qui avaient décidé de ne pas se laisser faire. (…) Pendant ces six années qu’a duré la procédure, beaucoup de gens leur ont dit qu’ils avaient tort de se battre, que ça n’en valait pas la peine. »

Mickaël Wamen, qui était délégué syndical CGT, est soulagé. Même si, pour lui, la victoire a un goût amer :

« J’en veux aux hommes et aux femmes politiques qui, depuis tout ce temps, auraient pu faire des lois pour interdire ces licenciements boursiers, sans motif économique. Parce qu’on a gagné, on va être indemnisé, mais Goodyear ne rouvrira pas pour autant ce site industriel. Les emplois, eux, sont perdus. »

On aimerait que la direction de Goodyear s’abstienne de faire appel de cette décision et que celle-ci serve d’avertissement à toutes les entreprises qui voient dans la crise liée à la pandémie de Coronavirus, l’occasion de licencier pour enrichir quelques actionnaires. Maître Rilov le dit à la sortie du Conseil des Prud’hommes :

« Nous allons assister à une avalanche de licenciements, les multinationales vont se servir de la pandémie pour mettre en œuvre des plans de restructuration décidés en fait de longue date, utilisant le Covid-19 comme un prétexte, c’est lugubre (…). J’espère que ce jugement inspirera des milliers de salariés qui vont lutter dans les mois à venir contre ces licenciements injustes. »

« Le gouvernement français, centriste, tente désespérément d'éviter la paralysie politique après avoir perdu sa majorité à l'Assemblée nationale. » Ce constat, c’est celui de Paul Kirby au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives. Écrivant pour la BBC, il estime que c’est l’incertitude qui domine les résultats. L’article a été publié sous le titre original « Élections en France : incertitude politique suite à l’effondrement du parti de Macron ».
Les autorités britannique ont décidé d'accepter la demande d'extradition émise par les États-Unis et visant Julian Assange. Une décision qui ne surprend pas, le Royaume-Uni ne souhaitant pas affecter ses bonnes relations outre-Atlantique.
« Macron est resté concentré sur l'extrême droite pendant une bonne partie de son mandat. Il a, à chaque occasion, cherché à en neutraliser la menace. D’un côté il a priorisé certains des thèmes de prédilection de l’extrême droite. De l’autre, il s’est présenté comme le seul rempart possible contre elle. » Cole Strangler offre ici son analyse sur le second tour des législatives françaises qui aura lieu ce dimanche. Son article a été publié dans le New York Times, nous vous en proposons la traduction.
« Jean-Luc Mélenchon est une figure de la gauche radicale française. Il est à la tête d’une alliance qui vise à empêcher Macron de contrôler son gouvernement. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Paul Kirby, publié par la BBC, qui récapitule la position de la NUPES et son ambition à ces législatives. Il a été publié sous le titre « Élections en France : qui est Mélenchon et que défend la NUPES ? ».
Les acteurs du conflit qui frappe depuis plus de 7 années le sol yéménite se sont accordés sur une nouvelle extension du cessez-le-feu mis en œuvre en avril. L'espoir d'une sortie de la guerre par le dialogue est permis.
Le sommet des Amériques a ouvert ses portes en début de semaine jusqu'à vendredi. L'occasion de discussions bilatérales sur plusieurs thématiques dont la lutte contre les flux migratoires. Mais ce dialogue a des limites : les États-Unis se sont opposés à la venue de plusieurs pays.
« La gauche française a souffert. Elle a dans sa chair électorale les multiples doutes propres à une puissance qui continue d'exister, mais qui n'est plus l'empire d'autrefois. » Ces propos sont ceux d'Oriol Junqueras, leader indépendantiste de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) qui s'exprime dans un tribune de elDiario.es sur la Nupes. Ce texte a été publié sous le titre original « Une France de gauches ? Le défi de Mélenchon contre l'indigestion impériale. »
« La Colombie s’est rendue aux urnes il y a une semaine pour rejeter la politique d'extrême droite d'Iván Duque et d’Álvaro Uribe et pour affirmer que la population colombienne est beaucoup plus progressiste que ce que voudraient faire croire les politiciens actuels. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Luciana Cadahia, philosophe, et Tamara Ospina Posse, politologue, qui décryptent la percée de la gauche au cours de ces dernières années.
La journée mondiale sans tabac a été l'occasion pour le Mexique d'adopter des mesures inédites dans la lutte contre le tabagisme. Il devient le premier pays d'Amérique latine à interdite la cigarette électronique au nom de la santé publique.

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.