dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

Le parti présidentiel conserve la majorité

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Ce dimanche 6 juin 2021 avait lieu le plus grand scrutin de l’histoire récente du pays : 95 millions de Mexicains étaient appelés à voter pour les élections législatives et locales. Un scrutin-test à la mi-mandat du président Andres Manuel Lopez Obrador, élu en décembre 2018 et qui a suscité énormément d’espoir pour l’avenir du Mexique.

20 000 mandats sont à renouveler dont ceux des 500 députés. Une élection très importante pour le président AMLO qui a besoin de maintenir sa majorité pour respecter sa feuille de route ambitieuse : refonder l’Etat mexicain en assainissant l’administration (lutte contre la corruption systémique, les collusions avec la criminalité et les problèmes structurels de financement) et mener à bien sa grande réforme du secteur énergétique en conférant la priorité aux investisseurs publics plutôt qu’aux investisseurs privés étrangers (notamment états-uniens). Le parti présidentiel Morena joue sa majorité à la Chambre, essentielle donc pour l’énorme chantier en cours dans le pays. Actuellement, le parti a 365 sièges (sur 500). 

Les premiers résultats montrent une participation à 52% et Morena reste la principale force politique du pays, même s’il a légèrement baissé : 35% des voix contre 39% en 2018. Un affaiblissement relatif qui s’explique par sa gestion critiquée de la crise sanitaire, par la violence (35 000 homicides enregistrés en 2020) et par le fait que les Mexicains sont généralement déçus de la politique. AMLO comptait tout remettre à plat et comptait sur la majorité absolue pour faire des réformes constitutionnelles en passant uniquement par l’Assemblée. Cela ne sera pas possible car il perd la majorité absolue, mais il a des alliés. 

Même si cette baisse du nombre de représentants à la Chambre symbolise une baisse de sa portée politique, AMLO reste très populaire avec un taux de popularité qui dépasse les 60% et Morena reste la plus grande force du pays. À mi-mandat, il a encore deux ans pour travailler les électeurs et aller au bout de son projet.

Dans le même dossier

Les vidéos