🛑 Décès de Lakhdar Bouregaâ, héros de l’indépendance algérienne

Lakhdar Bouregaâ est décédé à cause du coronavirus le mercredi 4 novembre 2020. Il avait 87 ans. Il rejoint le FLN puis combat au sein de l’Armée de Libération Nationale en 1956. Il fait partie des fondateurs du Front des forces socialistes en 1963. Il s’agit du plus vieux parti d’opposition en Algérie.

Figure de l’indépendance algérienne, il prend part au hirak dès 2019. Il s’agit des manifestations contre la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat présidentiel et un changement en profondeur du régime. Pour cela, il est emprisonné le 30 juin 2019 puis libéré le 2 janvier 2020. Son emprisonnement avait suscité l’indignation sur les réseaux sociaux.

Sa mémoire est à présent saluée de manière très large sur les réseaux sociaux.

Sur Facebook, Said Sadi lui a rendu hommage :

Bouregaa : un homme du peuple

Ainsi donc, ce que n’ont pas pu faire les opérations de la quatrième armée du monde et les abus d’un système autocratique vient d’être commis par un misérable virus. Lakhdar Bouregâa part après avoir vécu en homme libre. Peu instruit, il était cependant curieux de tout. Je l’ai souvent reçu à mon bureau où il venait échanger. Je le revois encore commentant l’actualité avec passion. Ses avis, quelques fois expéditifs, étaient néanmoins toujours sincères. En politique, Bouregâa ne calculait jamais. Il fonctionnait à l’affect. Ce que certains de ses compagnons voyaient comme de l’instabilité était en réalité de la spontanéité. L’ancien baroudeur qui n’avait pas d’ambition avait cependant une morale : ne jamais aller à contre courant de ses intuitions, quitte à devoir évoluer par la suite. Ce trait de caractère, que je connaissais moi aussi, ne m’avait pas empêché de lui dédier – avec Samira Messouci – mon livre consacré à la révolution de février 2019.
Sa vie est un condensé de l’Histoire récente de notre pays. Paysan écrasé par le joug colonial, il sut faire du combat contre l’injustice une école de la liberté. À l’indépendance, il se rangea naturellement du côté des mouvements se dressant contre l’arbitraire. Avec l’avènement du multipartisme, il fréquenta les acteurs qui préconisaient l’alternative démocratique. A la fin de sa vie, il dut affronter à titre personnel ce que le peuple subissait en tant qu’entité collective : l’humiliation. Pour se venger de son implication dans l’insurrection citoyenne, le pouvoir alla jusqu’à le faire passer pour un escroc qui aurait usurpé son statut d’officier de la guerre de libération !

Le parcours de Lakhdar Bouregâa est un reflet de notre histoire tragique : avec sa ferveur, ses fragilités et sa sincérité. Il va nous manquer. Repose en paix Âami Lakhdar. Tu as fait ce que doit faire tout citoyen fidèle à lui-même et son peuple : se battre jusqu’au dernier souffle. Nous ne t’oublierons pas.

Page Facebook de Said Sadi
« Le gouvernement français, centriste, tente désespérément d'éviter la paralysie politique après avoir perdu sa majorité à l'Assemblée nationale. » Ce constat, c’est celui de Paul Kirby au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives. Écrivant pour la BBC, il estime que c’est l’incertitude qui domine les résultats. L’article a été publié sous le titre original « Élections en France : incertitude politique suite à l’effondrement du parti de Macron ».
Les autorités britannique ont décidé d'accepter la demande d'extradition émise par les États-Unis et visant Julian Assange. Une décision qui ne surprend pas, le Royaume-Uni ne souhaitant pas affecter ses bonnes relations outre-Atlantique.
« Macron est resté concentré sur l'extrême droite pendant une bonne partie de son mandat. Il a, à chaque occasion, cherché à en neutraliser la menace. D’un côté il a priorisé certains des thèmes de prédilection de l’extrême droite. De l’autre, il s’est présenté comme le seul rempart possible contre elle. » Cole Strangler offre ici son analyse sur le second tour des législatives françaises qui aura lieu ce dimanche. Son article a été publié dans le New York Times, nous vous en proposons la traduction.
« Jean-Luc Mélenchon est une figure de la gauche radicale française. Il est à la tête d’une alliance qui vise à empêcher Macron de contrôler son gouvernement. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Paul Kirby, publié par la BBC, qui récapitule la position de la NUPES et son ambition à ces législatives. Il a été publié sous le titre « Élections en France : qui est Mélenchon et que défend la NUPES ? ».
Les acteurs du conflit qui frappe depuis plus de 7 années le sol yéménite se sont accordés sur une nouvelle extension du cessez-le-feu mis en œuvre en avril. L'espoir d'une sortie de la guerre par le dialogue est permis.
Le sommet des Amériques a ouvert ses portes en début de semaine jusqu'à vendredi. L'occasion de discussions bilatérales sur plusieurs thématiques dont la lutte contre les flux migratoires. Mais ce dialogue a des limites : les États-Unis se sont opposés à la venue de plusieurs pays.
« La gauche française a souffert. Elle a dans sa chair électorale les multiples doutes propres à une puissance qui continue d'exister, mais qui n'est plus l'empire d'autrefois. » Ces propos sont ceux d'Oriol Junqueras, leader indépendantiste de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) qui s'exprime dans un tribune de elDiario.es sur la Nupes. Ce texte a été publié sous le titre original « Une France de gauches ? Le défi de Mélenchon contre l'indigestion impériale. »
« La Colombie s’est rendue aux urnes il y a une semaine pour rejeter la politique d'extrême droite d'Iván Duque et d’Álvaro Uribe et pour affirmer que la population colombienne est beaucoup plus progressiste que ce que voudraient faire croire les politiciens actuels. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Luciana Cadahia, philosophe, et Tamara Ospina Posse, politologue, qui décryptent la percée de la gauche au cours de ces dernières années.
La journée mondiale sans tabac a été l'occasion pour le Mexique d'adopter des mesures inédites dans la lutte contre le tabagisme. Il devient le premier pays d'Amérique latine à interdite la cigarette électronique au nom de la santé publique.

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.