dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

Attaque terroriste contre l’ambassade cubaine à Paris

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

L’ambassade de Cuba à Paris a été visée dans la nuit de lundi à mardi par des cocktails molotov. Le gouvernement cubain dénonce une attaque terroriste et rend responsable les Etats-Unis.

« Je tiens le gouvernement américain pour responsable de ses campagnes continues contre notre pays qui encouragent ces comportements et des appels à la violence, en toute impunité, depuis son territoire », s’est exprimé le Ministre des Affaires étrangères de Cuba Bruno Rodriguez.

Cette attaque intervient alors que des protestations ont lieu à Cuba et qu’une campagne médiatique mensongère se servant d’images de manifestations qui n’ont rien à voir avec Cuba se propagent sur les réseaux sociaux. Les Etats-Unis se servent de la pandémie comme prétexte pour intervenir sur l’île. De nombreuses voix se sont élevées pour appeler Washington à lever le blocus contre Cuba, qui asphyxie l’île depuis plus de 60 ans.

En France, des personnalités politiques et médiatiques ont exprimé leur soutien à Cuba, comme Jean-Luc Mélenchon et les parlementaires de la France insoumise :

Le porte-parole de Génération.s Thomas Portes :

Le responsable éditorial de Regards Pablo Pillaud-Vivien a lui rappelé que ce qui brutalise l’île, c’est avant tout le blocus américain :


L’on aurait pu croire que l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche allait faire renaître l’espoir d’un retour à une normalisation des relations entre Washington et La Havane, amorcée par Barack Obama en 2014 avant de voler en éclats sous Trump (qui a mis en œuvre 243 mesures pour renforcer le blocus), mais non. La politique de Joe Biden sur Cuba s’inscrit dans la continuité de celle de Trump. Pour preuve : l’administration actuelle a même inscrit Cuba – ainsi que l’Iran, la Corée du Nord, la Syrie et le Venezuela – sur la liste des Etats « ne coopérant pas pleinement avec les efforts antiterroristes des Etats-Unis ». Cette annonce qui date du 25 mai, a été le renouvellement d’une mesure prise l’année dernière, signée par Trump quelques jours avant qu’il ne quitte la Maison Blanche. 

Cuba résiste

Le président du Mexique Andres Manuel Lopez Obrador, dans un discours rendant hommage à Simon Bolivar, a déclaré que Cuba devrait être déclarée « patrimoine mondial » et a dénoncé le fait que « Washington n’a jamais cessé de mener des opérations ouvertes ou secrètes contre les pays indépendants au sud du Rio Bravo » et que « l’influence de la politique étrangère américaine est prédominante en Amérique ». Il a ajouté : « Il n’y a qu’un seul cas particulier, celui de Cuba, le pays qui, depuis plus d’un demi-siècle, a affirmé son indépendance, en affrontant politiquement les États-Unis. On peut être d’accord ou non avec la Révolution cubaine, mais avoir résisté 62 ans sans être assujetti, c’est un sacré exploit. Mes paroles peuvent provoquer la colère de certains ou de beaucoup, mais comme le dit la chanson de René Pérez Joglar de la Calle 13 : ‘Je dis toujours ce que je pense’. Par conséquent, je crois que pour sa lutte pour la défense de sa souveraineté, de son pays, le peuple cubain mérite le prix de la dignité. »

Dans le même dossier

Les vidéos