Appel international pour que le futur vaccin contre la Covid-19 soit disponible pour tous

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Plus de 150 personnalités internationales ont lancé un appel à un accès pour tous du futur vaccin contre la Covid-19.

« Seul un vaccin pour tous – dont l’égalité et la solidarité sont la base – peut protéger toute l’humanité et permettre à nos sociétés de fonctionner en toute sécurité. Un accord international audacieux ne peut pas attendre », souligne l’appel qui rappelle la vulnérabilité de l’humanité d’aujourd’hui face à ce virus.

Dans cette lettre ouverte, elles appellent tous les gouvernements à s’unir derrière un vaccin populaire contre Covid-19. Cet appel a été lancé quelques jours avant que les ministres de la santé ne se réunissent virtuellement pour la 73e Assemblée mondiale de la santé prévue le lundi 18 mai.

L’objectif est de « garantir que les vaccins, diagnostics, tests et traitements de la Covid-19 sont fournis gratuitement à tous, partout. L’accès doit être prioritairement réservé aux travailleurs de première ligne, aux personnes les plus vulnérables et aux pays pauvres les moins à même de sauver des vies », ont-elles relevé.

Face à cette douloureuse pandémie mondiale, le monde sera plus sûr que lorsque tout le monde pourra avoir accès à un vaccin. « Ce qui est un défi politique », ont-ils admis, invitant l’Assemblée mondiale de la santé à parvenir à un accord mondial qui garantisse un accès universel rapide à des vaccins et à des traitements de qualité. Une façon de rappeler que « les besoins sont prioritaires sur la capacité de payer ».

Un vaccin exempt de brevet et gratuit pour tous – Président sud-africain Cyril Ramaphosa

« Des milliards de personnes attendent aujourd’hui un vaccin qui est notre meilleur espoir de mettre fin à cette pandémie », a déclaré le Président sud-africain Cyril Ramaphosa, cité dans le communiqué.

« En tant que pays d’Afrique, nous sommes résolus à ce que le vaccin contre Covid-19 soit exempt de brevet, rapidement fabriqué et distribué, et gratuit pour tous. Toute la science doit être partagée entre les gouvernements », a-t-il ajouté, insistant pour que personne ne soit reléguée « au dernier rang de la file d’attente des vaccins en raison de son lieu de résidence ou de ses revenus ».

Pour toutes ces personnalités internationales, ce n’est pas le moment de favoriser les intérêts des entreprises et des gouvernements les plus riches, au détriment de la nécessité universelle de sauver des vies, ou de laisser cette tâche importante et morale aux forces du marché. Dans l’intérêt de toute l’humanité, elles prônent donc un accès aux vaccins et aux traitements. « Nous ne pouvons pas laisser des monopoles, une concurrence grossière et un nationalisme myope faire obstacle à cet accès à la santé », ont-elles mis en garde.

La lettre ouverte, coordonnée par l’ONUSIDA et l’ONG Oxfam, avertit que le monde ne peut pas se permettre d’avoir des monopoles qui peuvent faire obstacle à la nécessité universelle de sauver des vies.

« Il s’agit d’une crise sans précédent et elle exige une réponse sans précédent », a déclaré l’ancienne Présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf. « Tirant les leçons de la lutte contre le virus Ebola, les gouvernements doivent lever tous les obstacles au développement et au déploiement rapide des vaccins et des traitements. Aucun intérêt n’est plus important que la nécessité universelle de sauver des vies ».

L’Assemblée mondiale de la santé invitée à se rallier à la cause d’un vaccin pour tous

En écho à ces propos du prix noble de la paix libérienne, les dirigeants mondiaux ont d’ailleurs rappelé cette maxime populaire selon laquelle « ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter ».

« Mais nous devons également nous souvenir des victoires révolutionnaires des mouvements de santé, notamment des militants et des défenseurs de la lutte contre le sida qui se sont battus pour l’accès de tous à des médicaments abordables », ont-elles fait valoir.

En plaidant pour un accord mondial, ces personnalités internationales souhaitent que les vaccins, les diagnostics et les traitements contre le nouveau coronavirus soient mis en œuvre sous la direction de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). 

L’objectif est de garantir le partage mondial « obligatoire » de toutes les connaissances, données et technologies liées à la Covid-19, avec un ensemble de licences Covid-19 librement accessibles à tous les pays. Les pays devraient être autorisés à utiliser pleinement les sauvegardes et les flexibilités convenues dans la déclaration de Doha sur l’accord sur les propriétés intellectuelles et la santé publique afin de protéger l’accès aux médicaments pour tous.

Il s’agit aussi d’établir un plan mondial et équitable de fabrication et de distribution rapide – entièrement financé par les pays riches – pour le vaccin. En somme, garantir la transparence « au prix coûtant réel » et l’approvisionnement en fonction des besoins. Le but est de rappeler l’urgence d’agir pour renforcer massivement les capacités mondiales de fabrication de milliards de doses de vaccins et pour former et recruter les millions d’agents de santé rémunérés et protégés nécessaires pour les administrer.

Dans cette bataille de l’opinion, ces dirigeants mondiaux demandent aux ministres de la santé réunis à l’Assemblée mondiale de la santé de se rallier d’urgence à la cause d’un vaccin pour tous contre cette maladie. Grâce aux efforts inlassables des secteurs public et privés, et à des milliards de dollars de recherche financée par les pouvoirs publics, la découverte d’un vaccin potentiel progresse « à une vitesse sans précédent » et plusieurs essais cliniques ont déjà commencé.

Pour une gouvernance démocratique et transparente sous l’égide de l’OMS

Ce faisant, personne ne peut être laissé pour compte. « Une gouvernance démocratique et transparente doit être mise en place par l’OMS, avec la participation d’experts indépendants et de partenaires de la société civile, ce qui est essentiel pour garantir la redevabilité de cet accord », ont conclu les personnalités internationales.

Parmi les plus de 150 signataires de cette tribune, figurent le Président de l’Afrique du Sud et de l’Union africaine, Cyril Ramaphosa, le Premier ministre du Pakistan, Imran Khan, le Président du Sénégal, Macky Sall, et son homologue du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo.

Parmi les autres signataires figurent l’ancienne Présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, l’ancien Premier ministre du Royaume-Uni, Gordon Brown, l’ancien Président du Mexique, Ernesto Zedillo, l’ancien Président brésilien Fernando Henrique Cardoso, l’ancienne Premier ministre de la Nouvelle-Zélande, Helen Clark ou l’ancienne Présidente de l’Irlande, Mary Robinson.

Ils rejoignent d’éminents économistes et des défenseurs de la santé, tels que le prix Nobel d’économie, Joseph Stiglitz, l’économiste français Thomas Piketty, le Directeur du centre africain de contrôle et de prévention des maladies, le Dr John Nkengasong, le Rapporteur spécial sur l’extrême pauvreté, Olivier De Schutter ou Dainius Puras, le Rapporteur spécial sur le droit à la santé.

Au sein du système des Nations Unies, il y a aussi Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l’ONUSIDA et Vera Songwe, Cheffe de la Commission économique de l’ONU pour l’Afrique. L’ancienne Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Louise Fréchette signe également cette tribune aux côtés de l’ancienne Présidente de l’Assemblée générale de l’ONU, Maria F. Espinosa ou de Carol Bellamy, ancienne directrice générale de l’UNICEF et Irina Bokova, ancienne Directrice générale de l’UNESCO.

Voir le site de l’ONU

Lors des élections au Honduras en août 2018, 90% des soutiens de Juan Orlando Hernández sur Facebook étaient en fait des faux comptes qui boostaient les publications du candidat, ayant ainsi une incidence sur les algorithmes, sa visibilité et la perception des citoyens du candidat. Julia Carrie Wong est journaliste. Elle a mené l'enquête et montre dans un long article comment des candidats à des élections se servent d'une faille dans Facebook pour manipuler l'opinion. Lorsque des signalements sont faits, Facebook agit peu et tard.
Sophia Chikirou, directrice de la publication du Monde en commun, s’est rendue à Quito en Equateur pour couvrir le second tour de l’élection présidentielle, le dimanche 11 avril 2021. Elle a visité le « centre de contrôle » de la campagne de Andrés Arauz, candidat de la révolution citoyenne. Ce centre réunit près de 150 personnes, des militants, qui travaillent depuis des mois pour monter un système de vigilance sur le bon déroulement du scrutin dans les territoires.
Le deuxième tour de l’élection présidentielle équatorienne a lieu dimanche 11 avril. Les Equatoriens sont appelés à départager deux candidats : Andrés Arauz, soutenu par la révolution citoyenne et Rafael Correa l’ancien président qui vit en exil à Bruxelles ; et Guillermo Lasso, banquier, soutenu par l’actuel président Lenine Moreno.
Jeffrey Sterling est un ancien agent de la CIA, lanceur d'alerte, et diplômé de la faculté de droit de l'université de Washington. Il a exprimé ses doutes quant au respect des protocoles de sécurité lors de l'opération Merlin contre l'Iran. Ses propos n'ont pas été suivis d'effets et il a été poursuivi par la CIA. Au regard de son expérience, Sterling énonce les risques auxquels Julian Assange serait confronté s'il était extradé. Une interview intéressante pour penser la question des lanceurs d'alerte.
Le 7 avril 2021, le député insoumis Michel Larive a participé à une réunion en visio-conférence organisée par le Parlement arabe consacrée aux ponts entre la science et les parlementaires pour le bien de nos sociétés. Le Parlement arabe a été créé en 2001 suite au sommet de la Ligue arabe. Ce parlement traite tant des problèmes économiques que sociaux, que des questions relatives aux droits de l'homme. Le député insoumis Michel Larive fait partie des membres du Groupe français de l'Union interparlementaire. Le 7 avril 2021, il s'est exprimé en faveur de la régulation mondiale des technosciences avec la…
Ömer Faruk Gergerlioğlu, député destitué du Parti démocratique des Peuples (HDP) a été arrêté à son domicile ce vendredi 2 avril 2021 et frappé. Le député avait auparavant été déchu de son mandat parlementaire, le 17 mars 2021. En Turquie, la répression des milieux pro-kurdes continue, à l'heure où le régime tente de faire interdire le HDP.
L'effondrement de l'Ouest de l'Antarctique provoquerait une montée rapide du niveau de la mer de trois mètres. Le glacier de l'île du Pin risque d'atteindre un point de non retour puisqu'il perd davantage de glace que n'importe quel autre glacier de la région, l'un des derniers en date faisant la taille de Malte.
Depuis la fin du mois de mars, les associations et ONG alertent sur le nombre de mineurs à la frontière américaine. En parallèle de ces alertes, les médias participent d'une construction de leur perception bien différente. L'activiste et chargée des relations presse de Bernie Sanders en 2016 Erika Andiola revient dans un bel article sur son histoire, celle d'une enfant arrivée aux Etats-Unis à 11 ans, suite à un départ du Mexique.
Les ONG se sont récemment alarmées du nombre d'enfants en détention à la frontière américaine. Le sujet des demandeurs d'asile ainsi que celui des migrants est également un sujet brûlant. Dans une interview donnée sur CNN, un élu démocrate Jamaal Bowman, est revenu sur les raisons de ces flux : l'impérialisme est mu par la défense d'intérêts capitalistes et a déstabilisé des zones entières au Sud des États-Unis.
Ils étaient réunis pour un mariage... et ont trouvé la mort lors d'une frappe française. Contrairement à ce qu'avait soutenu la France au lendemain de cette frappe meurtrière le 3 janvier, 2021 des civils ont bel et bien péri. Les autorités avaient expliqué que cette frappe n'avait touché que des jihadistes. Le 30 mars 2021, l'AFP a obtenu un document qui révèle les dessous de cette macabre attaque : 19 personnes sont mortes immédiatement après l'explosion tandis que trois autres ont trouvé la mort pendant leur évacuation. Si le ministère des Armées remet en cause les révélations de l'ONU, les…
Nils Anders Tegnell est haut fonctionnaire et médecin suédois. Il est l'acteur de la stratégie suédoise pour lutter contre le coronavirus, en tant qu'épidémiologiste en chef. Sa stratégie, défendue par le gouvernement s'appuyait sur le respect des gestes barrières sans pour autant imposer le confinement. Une stratégie qui a été scrutée mais toujours défendue par l'Agence de sécurité publique suédoise.
L'Organisation des États américains a été créée en 1948. Elle regroupe depuis sa naissance nombre des gouvernements des États d'Amérique. L'organisation s'est historiquement positionnée sur la même ligne que les États-Unis, notamment pendant la Guerre froide. Plusieurs dirigeants d'Amérique du Sud ont tenté de s'extirper de ce joug en créant notamment en 2008 l'Unasur. AMLO et Luis Arce s'engagent pour soutenir les États qui s'émancipent de l'OEA mais qui subissent des attaques suite à cette décision.
« Nous exhortons le président Macron et son gouvernement à abandonner les lois « sécurité globale » et « séparatisme », des dérives autoritaires qui portent atteinte aux droits fondamentaux que la France prétend incarner » : voilà ce que demandent plusieurs personnalités publiques, intellectuels et élus à Emmanuel Macron. Le raidissement autoritaire de la France a une incidence au-delà des frontières de la France et les techniques de maintien de l'ordre sont déployées ailleurs.
« Il n'existe aucun aspect du développement durable qui ne repose pas fondamentalement sur elle », a expliqué António Guterres en parlant de l'eau. Le 22 mars 2022 a eu lieu la journée mondiale de l'eau. L'ONU a organisé une « conversation mondiale sur la façon dont les gens apprécient la ressource vitale dans différentes parties du monde, en fonction des besoins locaux ». Une initiative et des déclarations cruciales à l'heure où la question des biens communs est de plus en plus cruciale.
Le Parquet de Paris a reçu aujourd’hui une plainte des chefs d’assassinats et association de malfaiteurs à la suite de l’opération militaire commanditée le 28 février 2021 par le Maréchal Idriss Deby, Président de la République du Tchad, contre son principal opposant à l’élection présidentielle, Monsieur Yaya Dillo Djerou.
Le 25 mars 2021, la presse, les élus parlent de la Grèce pour fêter le bicentenaire de l'indépendance de ce pays. Pourtant, le pays fait face depuis maintenant un mois à un mouvement social d'ampleur, des étudiants notamment qui demandent une autre affectation des dépenses publiques. Tandis que les hôpitaux grecs sont surchargés, que les libertés individuelles sont attaquées, le gouvernement dépense sans compter pour acheter de quoi réprimer la population.
Luiz Inacio Lula da Silva a appris au début du mois de mars l'annulation de ses condamnations en justice. Depuis, les annonces s'enchaînent : Par trois vote contre deux, la seconde chambre du Tribunal suprême fédéral du Brésil a estimé le mardi 23 mars 2021, que le juge Sergio Moro avait été partial dans le procès instruit contre l'ancien président Lula.
Le 28 janvier 2021, l'historien Maati Monjib a été condamné à un an de prison pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’Etat » par les autorités marocaines. En 2019, l'ONG Human Right Watch analysait que le « Maroc a intensifié sa répression contre des commentateurs des réseaux sociaux, des artistes et des journalistes exprimant des opinions critiques à l’égard de la monarchie ».
Plus de 12 000 femmes et jeunes filles ont disparu en 2020 au Pérou. Dans un pays où le mot de féminicide est de moins en moins tabou, le nombre de femmes disparues et jamais retrouvé demeure extrêmement élevé et a atteint des sommets pendant l'année 2020, alors que la population était confinée. Depuis 2018, pas moins de 41 000 femmes ont disparu. Un sujet d'une telle ampleur qu'il met à l'agenda politique péruvien la question de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles et des moyens dédiés à la prévention et à l'investigation.
La sénatrice de droite Jeanine Añez occupait la présidence bolivienne par intérim, suite au départ d'Evo Morales. Connue pour avoir largement réprimé les manifestants et l'opposition à sa politique, entrainant parfois plusieurs morts lors des manifestations, elle est aujourd'hui accusée de terrorisme par la justice.
La fréquence et l'intensité croissantes des catastrophes "mettent en péril les systèmes alimentaires de la planète", s'alarme jeudi 18 mars 2021 la FAO(Food and Agriculture Organization). La pandémie de Covid-19 qui a désorganisé les chaînes alimentaires, certaines régions ont subit des inondations record, de vastes essaims de criquets pèlerins ravagent les cultures de plusieurs pays d'Afrique. Pour répondre à cette crise majeure accentuée par la pandémie mondiale, l'ONU prépare un sommet sur les systèmes alimentaires.
À l’échelle mondiale, la concentration de gaz à effet de serre est désormais 50% au dessus du niveau préindustriel. Si la France respectait son objectif de neutralité carbone dès 2021, elle aurait épuisé tout le crédit carbone à compter d’aujourd’hui. En effet, aujourd’hui, nous dépassons le seuil de 80 mégatonnes de CO2 qui est notre objectif de neutralité carbone pour... 2050. Le changement climatique a une incidence sur la planète, les écosystèmes ainsi que sur la santé mais cette année encore, la France va creuser sa dette climatique. Un chiffre alarmant qui rappelle l'urgence de la situation et la nécessité…

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.