Appel international pour que le futur vaccin contre la Covid-19 soit disponible pour tous

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Plus de 150 personnalités internationales ont lancé un appel à un accès pour tous du futur vaccin contre la Covid-19.

« Seul un vaccin pour tous – dont l’égalité et la solidarité sont la base – peut protéger toute l’humanité et permettre à nos sociétés de fonctionner en toute sécurité. Un accord international audacieux ne peut pas attendre », souligne l’appel qui rappelle la vulnérabilité de l’humanité d’aujourd’hui face à ce virus.

Dans cette lettre ouverte, elles appellent tous les gouvernements à s’unir derrière un vaccin populaire contre Covid-19. Cet appel a été lancé quelques jours avant que les ministres de la santé ne se réunissent virtuellement pour la 73e Assemblée mondiale de la santé prévue le lundi 18 mai.

L’objectif est de « garantir que les vaccins, diagnostics, tests et traitements de la Covid-19 sont fournis gratuitement à tous, partout. L’accès doit être prioritairement réservé aux travailleurs de première ligne, aux personnes les plus vulnérables et aux pays pauvres les moins à même de sauver des vies », ont-elles relevé.

Face à cette douloureuse pandémie mondiale, le monde sera plus sûr que lorsque tout le monde pourra avoir accès à un vaccin. « Ce qui est un défi politique », ont-ils admis, invitant l’Assemblée mondiale de la santé à parvenir à un accord mondial qui garantisse un accès universel rapide à des vaccins et à des traitements de qualité. Une façon de rappeler que « les besoins sont prioritaires sur la capacité de payer ».

Un vaccin exempt de brevet et gratuit pour tous – Président sud-africain Cyril Ramaphosa

« Des milliards de personnes attendent aujourd’hui un vaccin qui est notre meilleur espoir de mettre fin à cette pandémie », a déclaré le Président sud-africain Cyril Ramaphosa, cité dans le communiqué.

« En tant que pays d’Afrique, nous sommes résolus à ce que le vaccin contre Covid-19 soit exempt de brevet, rapidement fabriqué et distribué, et gratuit pour tous. Toute la science doit être partagée entre les gouvernements », a-t-il ajouté, insistant pour que personne ne soit reléguée « au dernier rang de la file d’attente des vaccins en raison de son lieu de résidence ou de ses revenus ».

Pour toutes ces personnalités internationales, ce n’est pas le moment de favoriser les intérêts des entreprises et des gouvernements les plus riches, au détriment de la nécessité universelle de sauver des vies, ou de laisser cette tâche importante et morale aux forces du marché. Dans l’intérêt de toute l’humanité, elles prônent donc un accès aux vaccins et aux traitements. « Nous ne pouvons pas laisser des monopoles, une concurrence grossière et un nationalisme myope faire obstacle à cet accès à la santé », ont-elles mis en garde.

La lettre ouverte, coordonnée par l’ONUSIDA et l’ONG Oxfam, avertit que le monde ne peut pas se permettre d’avoir des monopoles qui peuvent faire obstacle à la nécessité universelle de sauver des vies.

« Il s’agit d’une crise sans précédent et elle exige une réponse sans précédent », a déclaré l’ancienne Présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf. « Tirant les leçons de la lutte contre le virus Ebola, les gouvernements doivent lever tous les obstacles au développement et au déploiement rapide des vaccins et des traitements. Aucun intérêt n’est plus important que la nécessité universelle de sauver des vies ».

L’Assemblée mondiale de la santé invitée à se rallier à la cause d’un vaccin pour tous

En écho à ces propos du prix noble de la paix libérienne, les dirigeants mondiaux ont d’ailleurs rappelé cette maxime populaire selon laquelle « ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter ».

« Mais nous devons également nous souvenir des victoires révolutionnaires des mouvements de santé, notamment des militants et des défenseurs de la lutte contre le sida qui se sont battus pour l’accès de tous à des médicaments abordables », ont-elles fait valoir.

En plaidant pour un accord mondial, ces personnalités internationales souhaitent que les vaccins, les diagnostics et les traitements contre le nouveau coronavirus soient mis en œuvre sous la direction de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). 

L’objectif est de garantir le partage mondial « obligatoire » de toutes les connaissances, données et technologies liées à la Covid-19, avec un ensemble de licences Covid-19 librement accessibles à tous les pays. Les pays devraient être autorisés à utiliser pleinement les sauvegardes et les flexibilités convenues dans la déclaration de Doha sur l’accord sur les propriétés intellectuelles et la santé publique afin de protéger l’accès aux médicaments pour tous.

Il s’agit aussi d’établir un plan mondial et équitable de fabrication et de distribution rapide – entièrement financé par les pays riches – pour le vaccin. En somme, garantir la transparence « au prix coûtant réel » et l’approvisionnement en fonction des besoins. Le but est de rappeler l’urgence d’agir pour renforcer massivement les capacités mondiales de fabrication de milliards de doses de vaccins et pour former et recruter les millions d’agents de santé rémunérés et protégés nécessaires pour les administrer.

Dans cette bataille de l’opinion, ces dirigeants mondiaux demandent aux ministres de la santé réunis à l’Assemblée mondiale de la santé de se rallier d’urgence à la cause d’un vaccin pour tous contre cette maladie. Grâce aux efforts inlassables des secteurs public et privés, et à des milliards de dollars de recherche financée par les pouvoirs publics, la découverte d’un vaccin potentiel progresse « à une vitesse sans précédent » et plusieurs essais cliniques ont déjà commencé.

Pour une gouvernance démocratique et transparente sous l’égide de l’OMS

Ce faisant, personne ne peut être laissé pour compte. « Une gouvernance démocratique et transparente doit être mise en place par l’OMS, avec la participation d’experts indépendants et de partenaires de la société civile, ce qui est essentiel pour garantir la redevabilité de cet accord », ont conclu les personnalités internationales.

Parmi les plus de 150 signataires de cette tribune, figurent le Président de l’Afrique du Sud et de l’Union africaine, Cyril Ramaphosa, le Premier ministre du Pakistan, Imran Khan, le Président du Sénégal, Macky Sall, et son homologue du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo.

Parmi les autres signataires figurent l’ancienne Présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, l’ancien Premier ministre du Royaume-Uni, Gordon Brown, l’ancien Président du Mexique, Ernesto Zedillo, l’ancien Président brésilien Fernando Henrique Cardoso, l’ancienne Premier ministre de la Nouvelle-Zélande, Helen Clark ou l’ancienne Présidente de l’Irlande, Mary Robinson.

Ils rejoignent d’éminents économistes et des défenseurs de la santé, tels que le prix Nobel d’économie, Joseph Stiglitz, l’économiste français Thomas Piketty, le Directeur du centre africain de contrôle et de prévention des maladies, le Dr John Nkengasong, le Rapporteur spécial sur l’extrême pauvreté, Olivier De Schutter ou Dainius Puras, le Rapporteur spécial sur le droit à la santé.

Au sein du système des Nations Unies, il y a aussi Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l’ONUSIDA et Vera Songwe, Cheffe de la Commission économique de l’ONU pour l’Afrique. L’ancienne Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Louise Fréchette signe également cette tribune aux côtés de l’ancienne Présidente de l’Assemblée générale de l’ONU, Maria F. Espinosa ou de Carol Bellamy, ancienne directrice générale de l’UNICEF et Irina Bokova, ancienne Directrice générale de l’UNESCO.

Voir le site de l’ONU

Les 1000 personnes les plus riches du monde ont retrouvé leur niveau de richesse ante-crise en 9 mois tandis que les plus pauvres auront besoin de 10 ans pour se relever. La crise du coronavirus est aussi le moment d'une crise sociale sans précédent à l'échelle de la planète : de l'inégalité d'accès aux vaccins, aux hôpitaux en passant par les conséquences économiques, le virus met au jour et renforce les inégalités. Le rapport d'Oxfam est plus que nécessaire pour mettre cette situation en lumière.
Les Chefs autochtones Raoni et Almir ont décidé d'attaquer le président brésilien Bolsonaro en justice pour crime contre l'Humanité. Un acte crucial tant pour la forêt amazonienne, le poumon vert de la planète que pour la survie des tribus autochtones. Le verdict qui sera rendu est également crucial dans la lutte pour la reconnaissance du crime d'écocide. Le Monde en Commun vous tiendra au courant des avancées de ce dossier !
Le rapport du bureau du Défenseur du peuple indique qu'au Pérou, 1686 femmes adultes et 3835 mineures ont été portées disparues en 2020. Des chiffres inquiétants qui témoignent de l'ampleur des violences faites aux femmes au Pérou. Si ces disparitions étaient il y a peu de temps associées à des choix personnels, il n'est aujourd'hui plus remis en cause qu'elles sont liées à des féminicides ou de la traite d'êtres humains.
Le 20 janvier 2021 restera comme le jour d'une surprise au Parlement européen : un amendement reconnaissant l'écocide a été adopté. Il figurera dans le rapport annuel sur les droits humains et la démocratie. Il demande maintenant qu'il soit inscrit auprès de la Cour Pénale Internationale comme crime contre l’humanité. Une avancée à saluer à l'heure où certains États demeurent très frileux concernant la reconnaissance de ce crime.
Une coalition de droite, Va por México, compte bloquer Andrés Manuel López Obrador et MORENA dans la mise en oeuvre de leur agenda de réformes progressistes. La coalition de trois partis va présenter des candidats au poste de gouverneur afin de paralyser l'exécutif actuel. Une offensive qui va de pair avec une censure de la part de l'Institut national électoral qui a censuré un communiqué de MORENA.
Nous vous en avons parlé à plusieurs reprises... Jusqu'à 250 millions d'Indiens étaient mobilisés depuis le mois de janvier 2020, contre la dérégulation du secteur agricole. 2% de la population mondiale était en grève et la lutte a fini par payer. La Cour suprême indienne a décidé de suspendre les trois réformes à l'initiative du gouvernement dirigé par Narendra Modi.
La Coalition Solidarité Brésil a publié son deuxième baromètre d’alerte sur la situation des droits humains au Brésil. Il s'agit d'un travail qui a vocation à alerter en France et en Europe sur les conditions de vie au Brésil : du racisme à la sécurité alimentaire en passant par l'environnement, tout est analysé. Un rapport utile qui illustre les effets du néolibéralisme sur les Brésiliens et les Brésiliennes.
Une femme violée par 20 hommes le 31 décembre 2020 et depuis, il n'y a pas de réaction. Les Soudanaises s'organisent pour dénoncer les violences sexuelles, les féminicides qu'elles subissent. Avec un hasthag (#itsnotokay), pour libérer la parole à propos des crimes sexuels et des rassemblements. Une omerta qui se brise dans un pays où le viol n'est toujours pas reconnu comme un crime à part entière voire qu'il est perçu comme un déshonneur par les familles de la victime.
Dalila Touat a distribué des tracts en soutien aux chômeurs et a notamment été jugée pour « outrage à des fonctionnaires et institutions de l’Etat », « diffamation ». Les militants politiques continuent à être poursuivis en Algérie. Le 11 janvier 2021, le parquet avait demandé qu'une amende de 300 000 dinars soit fixée à son égard et elle a été condamnée à 18 mois de prison ferme. Selon le Comité National pour la Libération des Détenus, une centaine de détenus sont aujourd'hui emprisonnés pour des motifs politiques : il faut que la répression du hirak cesse au plus vite…
Ken Livingstone a été maire de Londres entre 2000 et 2008, en tant que candidat dissident du Parti travailliste. Avec Pam Bromley, ils ont été suspendus du Parti travailliste en 2016. Il part aujourd'hui en justice pour demander que la vérité soit faite concernant les accusations d'antisémitisme. Ces accusations ont également touché Jeremy Corbyn qui avait été suspendu puis réintégré. Livingston qualifie ces accusations de politiques, afin de nuire à Corbyn et à ses proches, des accusations qui étaient notamment l'oeuvre de l'aile droite du Labour.
Consacré héros national en 1966, Patrice Lumumba est une des figures les plus importantes de la vie politique congolaise. L'éphémère Premier ministre assassiné à l'âge de 35 ans est l'homme de l'indépendance, de la souveraineté du Congo, lorsque le peuple s'est libéré de l'emprise belge. Une figure qui sert encore de modèle mais des interrogations qui demeurent : qui l'a assassiné, le 17 janvier 1961 ?
Deux femmes juges ont été abattues dans les rues de Kaboul, le dimanche 17 janvier 2021. Des attaques fréquentes qui ciblent des défenseurs des droits, des personnalités publiques ou des journalistes. Des attaques souvent revendiquées par les talibans. Ces deux femmes s'ajoutent à une liste déjà longue, dans un contexte de négociation de paix.
La démocratie du Rojava permet à des peuples kurdes, arménien ou de différents horizons, cultures et religions de cohabiter ensemble. Enclavée dans un Proche-Orient fait de dictatures, il faut protéger cette république, ce lieu d'expérimentations, par exemple des binômes paritaires à chaque instance décisionnelle, cet espace où l'autogestion a pris le pas sur le capitalisme. Si pour commencer l'année 2021 vous voulez comprendre ce qu'est le Rojava, cet article est fait pour vous !
Hagai El-Ad est un militant israélien des droits de l'homme. Selon lui, les lois qui séparent les individus, la relégation, les discriminations font d'Israël un lieu d'apartheid. Nommer les choses justement, avec lucidité est un moyen d'avancer et de faire changer les choses. Son analyse parue initialement dans The Guardian n'a pas manqué de faire réagir des personnalités politiques israéliennes. Une analyse qui fera date à lire et partager !
Sheel, réfugié bengali de 40 ans vit à Toulouse. Le serveur a obtenu de la justice administrative qu'il pouvait rester en France en raison d'une maladie respiratoire : s'il retournait au Bengladesh, un des pays parmi les plus pollués au monde, sa vie serait menacée. Cette première en France doit servir d'exemple et rappelle également à quel point les populations vivant dans des endroits pollués voient leur santé mise en danger au quotidien. Les réfugiés climatiques seront 143 millions en 2050, il s'agit donc d'un sujet qui sera dans l'agenda politique de beaucoup de pays dans le futur.
Trump n’est pas Hitler et les États-Unis ne sont pas l’Allemagne nazie. Aucune armée d’invasion n’est en route vers la Maison Blanche. Malgré tout cela, il n’est pas possible d’éviter une comparaison entre Trump ces derniers jours et les derniers jours d’Hitler. Hitler dans son bunker, Trump à la Maison Blanche. Tous deux, ayant perdu le sens des réalités, donnent des ordres que personne ne suit et, lorsqu’ils sont désobéis, déclarent des trahisons qui atteignent les soutiens parmi les plus et les plus inconditionnels : Himmler, dans le cas de Hitler ; Mike Pence, dans le cas de Trump. Tout…
Vijay Prashad et Noam Chomsky ont fait naitre de leur rencontre un texte qui prend de la hauteur sur la situation sanitaire pour revenir sur ce qui menace l'humanité en 2021. L'annihilation nucléaire, le néolibéralisme et une catastrophe climatique, voilà ce qui nous guette toutes et tous. Le Monde en Commun vous propose une traduction de ce texte précieux !
« Une milice soutenue par les États-Unis qui tue des enfants pourrait être la stratégie de sortie de la plus longue guerre des États-Unis » : voilà comment Andrew Quilty qualifie ce que font les États-Unis en Afghanistan. Cet article qui décrit avec précision la situation en Afghanistan est incontournable pour comprendre cette guerre sans fin. Le Monde en Commun vous propose une traduction inédite de cet article à lire et partager !
Ramy Shaath est détenu depuis maintenant plus de 18 mois au Caire. Militant égyptien-palestinien, il a tenté de sensibiliser concernant les droits des Palestiniens en s’inspirant des méthodes non-violentes. Il dénonce également la répression des Égyptiens qui prennent la parole concernant la vie publique. Son épouse Céline Lebrun Shaath demande régulièrement sa libération et pointe du doigt l’inaction du gouvernement. Concernant son arrestation, Amnesty International rapporte les faits suivants : En juin 2019, Ramy participe à de nombreux événements publics et donne à la presse des interviews dans lesquelles il exprime sa vive opposition au plan américain visant à résoudre…
Nos ancêtres les Gaulois, vraiment ? Carole Renaud-Paligot est l'auteure de L'École aux colonies entre mission civilisatrice et racialisation 1816-1940. Cet ouvrage et la synthèse de ses recherches qu'elle publie dans The Conversation permettent de saisir la rhétorique et la mise en pratique de la prétendue mission civilisatrice. Bien loin du projet d'émancipation, l'école était auxiliaire de l'exploitation économique dans les colonies. Un ouvrage qui prolonge l'historiographie et qui met au jour des archives inédites !
Il était 14h30 à Washington D.C, 20h30 en France et les images ont commencé à affluer : des manifestants revêtant pour certains des insignes et des costumes faisant référence à l'extrême droite envahissaient le Capitole pour empêcher la certification de Joe Biden par le Congrès. Une certification qu'ils ont réussi à empêcher pendant six heures. Les responsables politiques ont pour beaucoup réagi à cet événement, certains plus vite que d'autres. Le Monde en Commun revient sur ces quelques heures qui ont secoué les États-Unis et synthétise un certain nombre de réactions.
Cela fait plus de trois années que les Rohingyas ont fui la Birmanie, en proie à des affrontements meurtriers, des exactions commises par l'armée birmane, des destructions de leurs villages. Ils ont fui vers le Bangladesh où ils survivent dans un des camps de réfugiés parmi les plus grands au monde. La situation a évolué avec la réactivation d'un projet, en décembre 2020 : les autorités bangladaises ont annoncé que les Rohingyas seraient progressivement déplacés vers la petite île faite de limons de Bhasan Char. Une décision qui interroge et pose la question de l'intégrité des Rohingyas, une fois de…
Les députés du parti de Nicolás Maduro occupent depuis le 5 janvier 2021 256 des 277 sièges du Parlement. Les élus du Parti socialiste unifié du Venezuela se sont installés le 5 décembre 2021. Le pouvoir s'éloigne un peu plus de Juan Guaidó qui a perdu tout soutien populaire, impuissant pour faire face à l'inflation des prix.
Le lundi 4 janvier 2021, le tribunal britannique a décidé que Julian Assange ne serait pas extradé vers les États-Unis, où il est actuellement inculpé pour espionnage. Il encourt une peine de 175 ans de prison. Il est actuellement incarcéré à la prison de haute sécurité de Belmarsh. Sa demande de libération sous caution sera quant à elle examinée le 6 janvier 2021. Dans cette période cruciale pour ce lanceur d'alerte, Le Monde en Commun revient sur les différentes étapes de ce cas de lawfare.
En Bosnie, les groupes de défense des droits des réfugiés alertent à propos d'une crise majeure en cours. Un camp situé près de la frontière bosniaque avec la Croatie abrite près de 1 000 personnes qui espèrent traverser en Europe occidentale pour demander l'asile est aujourd'hui en danger à cause des très basses températures hivernales. L'Union Européenne a débloqué 3,5 millions d'euros d'aide humanitaire pour leur venir en aide, le 4 janvier 2021 après plusieurs semaines sans que personne ne réagisse.
La dernière mesure de l'année 2020 prise par le président du Mexique Andrés Manuel López Obrador constitue un horizon d'espoir et un exemple de conquête en matière de souveraineté alimentaire : il a en effet fait interdire le glyphosate et le maïs transgénique par un décret qui sera au plus tard en vigueur en 2023. Cela laisse le temps de faire toutes les réformes du système et également de faire évoluer les pratiques agricoles afin que cette interdiction ne puisse être fragilisée. Une décision forte en matière d'alimentation durable et saine à l'heure où d'autres pays comme la France reculent…
Le mardi 15 décembre 2020, Michelle Bachelet, ancienne ministre au Chili (entre 2000 et 2004) et actuellement Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme a dévoilé le nombre de massacres en Colombie pour l'année 2020 : 66 massacres, 255 morts et 120 défenseurs des droits de l’homme assassinés. Michelle Bachelet a demandé à ce que l'État soit présent partout sur le territoire, que des procès impartiaux soient organisés. D'autres rapports comme celui de l’Institut d’études pour le développement et la paix font état d'un nombre de victimes encore plus important. Le démantèlement des anciens groupes paramilitaires impliqués dans le trafic…
Entre septembre 2014 et janvier 2015, près de 1 050 combattants kurdes ont trouvé la mort pendant la bataille de Kobané. Près de 200 000 civils ont été déplacés. Ce court métrage constitue une manière originale d'aborder une lutte contemporaine, en mettant en lumière l'engagement d'une jeune fille kurde qui décide de prendre les armes pour les siens.
Edward Snowden a mis au jour l'existence de plusieurs programmes de surveillance de masse aux États-Unis et en Grande-Bretagne, alors qu'il travaillait au sein de la NSA. Il a été inculpé pour cela en 2013 pour espionnage et vol. Depuis, il réside en Russie. S'il est perçu comme un traitre et encourt une peine de prison, cet article publié dans Jacobin invite à faire d'Edward Snowden un héros national puisque ses révélations étaient des révélations d'intérêt général. Un article qui s'oppose au discours dominant sur le sujet qui montre qui invite à penser les lanceurs d'alerte sous le prisme de…
Les mois passent et le candidat communiste aux élections chiliennes Daniel Jadue reste plébiscité dans les sondages. Passé de 6 à 24% des intentions de vote, le candidat fait peur et reconfigure les alliances politiques. Face aux partis de la Concertation qui ont accepté le système économique (la Démocratie Chrétienne et le Parti Socialiste), le Parti Communiste et Frente Amplio se rapprochent, jusqu'à présenter des listes communes pour la Constituante. Une perspective qui se précise pour rompre avec l'ordre établi, l'ordre hérité de Pinochet.

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.