150 Palestiniens blessés dans un assaut policier

Plus de 150 Palestiniens ont été blessés dans l’assaut de la mosquée al-Aqsa à Jérusalem. Une intervention décidée par les forces de sécurité israéliennes qui a par ailleurs entraîné la détention de plusieurs centaines de personnes. Une étape supplémentaire dans la montée des tensions au Moyen-Orient.

Vendredi 15 avril, avant l’aube, la police israélienne est intervenue dans l’enceinte de la mosquée al-Aqsa. Le site, situé sur l’esplanade des Mosquées de Jérusalem, accueillait des centaines de croyants venus prier en cette période de ramadan. À l’arrivée des forces de l’ordre, des heurts ont éclaté avec quelques lancers de pierres tandis que la police faisait usage d’une quantité importante de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogène. Des tirs de balles en caoutchouc ont également été identifiés.

Les images circulant en ligne montrent l’intérieur de la mosquée emplie de gaz tandis que des affrontements entre Palestiniens et forces de l’ordre israéliennes avaient lieu à l’extérieur sur la place. Ces dernières ont justifié l’intervention en affirmant qu’elles mettaient fin à un rassemblement violent qui avait débuté dans l’enceinte de la mosquée. Des pierres auraient ainsi été jetées vers le mur des Lamentations en contrebas.

Une version contestée par les croyants sur place qui évoquent surtout la violence et la disproportion totale des mesures décidées par les autorités pour intervenir. En effet, le public présent ce vendredi matin était composé en grande partie de femmes, d’enfants et de personnes âgées. Un garde du site religieux a ainsi été blessé à l’œil tandis que le Croissant-Rouge palestinien évoquait dans son dernier bilan 158 personnes blessées, immédiatement prises en charge. De son côté, les autorités israéliennes ont annoncé dans un communiqué l’arrestation de 300 personnes, un chiffre sous-estimé selon des relevé d’organisations palestiniennes qui affirment que ce sont en réalité 400 personnes qui sont désormais en détention.

Les réactions politiques n’ont en tout cas pas tardé avec une condamnation ferme des autorités palestiniennes. Elles ont dénoncé la profanation d’un lieu saint à cause de cette intervention armée et ont plus généralement appelé la communauté internationale à mettre fin à l’agression israélienne. De son côté l’Union européenne, par voix de son porte-parole aux affaires étrangères, a exprimé son inquiétude vis-à-vis de la montée des tension, appelant à un maintien du statu quo dans les sites sacrés de Jérusalem.

Cet incident constitue une nouvelle étape dans la montée des tensions entre Israéliens et Palestiniens qui prend forme depuis quelques semaines. Une telle recrudescence n’avait plus eu lieu depuis 2016 avec des incidents croissants du côté de la bande de Gaza. 14 Israéliens et 16 Palestiniens sont morts jusqu’à présent dans des attaques mutuelles. Des violences liées à la politique discriminatoire appliquée par les autorités israéliennes y compris dans les territoires occupées. Un crime d’apartheid, tel que dénoncé par Amnesty International il y a deux mois.

La secrétaire d’État à l’Intérieur (Home Secretary) britannique est régulièrement décriée pour les décisions de son ministère. C’est à cette figure du gouvernement Johnson que revient la décision finale sur l’extradition ou non de Julian Assange.
Le décret avait été publié dans l'entre-deux-tours de la présidentielle : en application d'une réforme de la haute fonction publique, les deux corps historiques du ministère des Affaires étrangères devraient être progressivement supprimés. Une annonce soudaine, remise en cause par les diplomates qui s'inquiètent du devenir de la profession.
« La Banque centrale européenne est confrontée à une forte inflation dans la zone euro. Elle prévoit bientôt une hausse des taux d’intérêt auxquels elle prête aux banques qui elles-mêmes vendent du crédit ensuite. Commençons par dire que dans le contexte économique actuel, la hausse des taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation est inutile. » Nous publions ici la note de Jean-Luc Mélenchon issue de son blog dans laquelle il appelle la BCE à ne pas réhausser les taux d'intérêts.
Dans un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'organisation alerte sur le risque que fait peser l'obésité sur la population. La maladie pourrait devenir la première cause de cancers évitables, devant le tabagisme.
L’entreprise de démolition menée par les conservateurs aux États-Unis contre le droit à l’avortement se poursuit. La Cour suprême serait sur le point d’adopter un revirement de jurisprudence sur la question, une information révélée dans une fuite inédite dans l’histoire de l’institution.
À l'occasion de la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses, des millions de personnes sont descendues dans les rues partout dans le monde. Certains rassemblements ont été particulièrement mouvementés, reflétant des revendications diverses avec des sociétés toujours plus aliénantes. Petit tour du monde.
« Avec 30 % des voix à la présidentielle, la gauche unie peut espérer l’obtention d’un poids important à l’Assemblée nationale. » El Espectador relaye l’information de l’accord entre les écologistes et La France insoumise. Le quotidien colombien y voit un signe de bon augure pour les législatives de juin. L’article a été publié sous le titre « Un accord historique pour la gauche française rebat les cartes avant les élections ».
« Les élections législatives de juin détermineront la capacité d’Emmanuel Macron à gouverner dans un système français où la composition du gouvernement dépend d’une majorité à l’Assemblée nationale. Dans la Vème République, il y a eu trois cohabitations avec un président et un Premier ministre issus de partis opposés. » Publié dans le titre de presse catalan Público, nous vous proposons la traduction de cet article d’Aída Palau Sorolla. Il a été publié sous le titre original « Désormais réélu, Macron met en jeu sa capacité à gouverner en jeu lors des élections législatives de juin ».
« Depuis des années, les médias le qualifient de « diviseur » et l’accusent d’« indulgence envers l'islamisme ». Des attaques qui n’ont pas empêché Jean-Luc Mélenchon d’obtenir un résultat historique lors des élections françaises. La députée de gauche Danièle Obono explique à Jacobin comment sa campagne a défié les attaques – et a sauvé la gauche de l'effondrement. » Nous traduisons cet entretien entre Danièle Obono et David Broder du média états-unien Jacobin, publié sous le titre original « Jean-Luc Mélenchon a défié les attaques et donné de l'espoir à la gauche française ».

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.