Traduits

Tous les articles

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.
Aux quatre coins du monde s’allument des incendies sociaux qui se conjuguent pour signifier quelque chose qui dépasse chaque cas vu séparément. Une nouvelle saison de l’Histoire semble être en train de se lever. L’étudier est une tâche ardente pour nombre d’entre nous qui travaillons à finir de formaliser « la théorie de l’Ère du peuple et de la Révolution citoyenne ». Jusqu’à ce jour, la valeur descriptive et prédictrice de cette théorie a semblé fonctionner sans démenti. Quelques notes ici à ce sujet.
Nous sommes en 2013 quand Jean-Luc Mélenchon lance le Manifeste pour l’écosocialisme : 18 thèses universelles qui marquent un tournant pour les socialistes. Il s’agit d’en finir avec l’utopie productiviste dans un monde dont on sait désormais que les ressources renouvelables sont non seulement limitées mais que les activités humaines sont en train d’asphyxier l’écosystème au point de mettre en danger la survie de l’Humanité. Jean-Luc Mélenchon démarchera des hommes d’Etat, des personnalités politiques sur tous les continents pour les convaincre d’adopter ses thèses afin d’orienter les politiques publiques.

Par format

Par date

Par dossiers