dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

Pablo Iglesias : La gauche doit empêcher les franquistes de revenir au pouvoir

Dans son premier article depuis qu'il s'est retiré de la politique de premier plan, le fondateur de Podemos, Pablo Iglesias, affirme que la résurgence de la droite nationaliste en Espagne est une menace pour les libertés démocratiques fondamentales. Nous avons traduit l'article du magazine socialiste Jacobin dans lequel Pablo Iglesias livre son analyse de la situation politique en Espagne, où la droite nationaliste se durcit.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Depuis dix-huit mois, l’Espagne est dirigée par la première coalition de gauche depuis la guerre civile espagnole, qui réunit le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) du Premier ministre Pedro Sánchez et le parti de gauche radicale Unidas Podemos. Mais sa majorité reposant également sur le soutien des partis indépendantistes de Catalogne et du Pays basque, l’appel à défendre l’unité espagnole contre les « rouges » sert de ciment à une droite nationaliste qui se durcit.

Les principaux acteurs sont des partis qui ont leurs racines dans la dictature de Francisco Franco. Le premier est le Partido Popular (PP), la principale force conservatrice d’Espagne depuis la transition vers la démocratie à la fin des années 1970. L’autre est le parti extrémiste Vox, dont le leader, Santiago Abascal, préfère ouvertement l’ère franquiste à l’administration actuelle, et qui cherche à réduire les pouvoirs des régions et des nations autonomes. Avec le déclin d’un troisième parti de centre-droit, le libéral-nationaliste Ciudadanos, les sondages suggèrent que le PP et Vox pourraient ensemble obtenir une majorité de droite au Congrès après les prochaines élections.

La perspective qu’une telle coalition prenne le contrôle du gouvernement est particulièrement troublante compte tenu de la force évidente des forces antidémocratiques au sein de la machine étatique : ces dernières années, des procès hautement politisés ont condamné des hommes politiques catalans de premier plan à de longues peines de prison, tandis que des officiers de l’armée ont été découverts en train d’échanger des messages sur l' »exécution de 26 millions de fils de pute » pour défendre l’État espagnol.

L’une des figures centrales de la formation du gouvernement actuel est Pablo Iglesias, le leader historique de Unidas Podemos. Dans sa première chronique depuis sa retraite en mai dernier, publiée pour la première fois en espagnol sur ctxt, Iglesias a expliqué les impulsions antidémocratiques des forces de droite montantes, et ce que la gauche et les partis des minorités nationales peuvent faire pour résister à l’offensive nationaliste croissante.

Par Pablo Iglesias

« Cela ne s’est produit dans aucune des quatre élections générales organisées depuis 2015. Pendant longtemps, je ne pensais pas que cela pourrait se produire un jour. Mais maintenant, je pense que c’est possible. Le Partido Popular et Vox pourraient obtenir plus de 175 députés, soit une majorité au Congrès espagnol.

Après l’effondrement de Ciudadanos, la droite se présentera aux prochaines élections générales avec seulement deux tickets. Si l’on laisse de côté la crédibilité des sondages qui annoncent actuellement une victoire de la droite et de l’extrême droite, ce seul fait rend une telle victoire plus envisageable.

Mais il y a aussi un autre facteur, que je considère comme crucial, qui a déplacé les bases idéologiques d’une partie considérable de la société espagnole. Ce facteur, c’est l’équilibre des forces dans les médias. En dehors des écosystèmes médiatiques basque et catalan, les médias de droite basés à Madrid jouissent d’une domination culturelle absolue. Et ils ont une énorme capacité à déterminer et à conditionner ce que des millions de citoyens pensent.

Vox entrera-t-il dans le cabinet ? Je vous le garantis. Ce parti d’extrême droite peut s’épargner la peine de participer aux gouvernements locaux ou aux administrations autonomes [dans les régions et les nations à l’intérieur des frontières espagnoles]. Mais pour une force qui est elle-même l’enfant du pouvoir, financée par de grandes entreprises et des groupes étrangers (dont la branche politique d’une organisation terroriste iranienne), et qui compte de nombreuses recrues au sein des structures de l’État, la perspective d’entrer au gouvernement espagnol est irrésistible.

Que se passerait-il alors ? La droite et l’extrême droite ne connaissent que trop bien les règles de la guerre culturelle ; elles ne se laisseront probablement pas entraîner sur les champs de bataille de la politique sociale ou de l’économie. La condition de possibilité de la montée de la droite et de l’extrême droite a été l’españolismo [nationalisme espagnol, dirigé contre les nationalités minoritaires] le plus réactionnaire. Et c’est aussi ce qui permettra à ces forces de droite de se maintenir au pouvoir. L’españolismo réactionnaire va donc chercher son ennemi idéologique naturel : le plurinationalisme.

« Quelle que soit la décision que prendront les instances judiciaires européennes concernant l’interdiction des partis indépendantistes, elle ne fera rien pour empêcher la stratégie préférée du bloc réactionnaire de faire reculer la démocratie. »

Sans aucun doute, la principale revendication de Vox serait une offensive contre les pouvoirs des administrations autonomes. Et le Partido Popular trouverait cela irrésistible. Car cette demande susciterait les passions de toute la base culturelle de la droite, alimentée par les grands médias conservateurs qui ont passé des années à insister sur le fait que les salles de classe de Catalogne sont « complices » de la cause indépendantiste, « endoctrinant » les enfants de la nation. Et vous pouvez deviner ce qui allait suivre.

Ecraser l’opposition

Face à un gouvernement de droite déterminé à reprendre les pouvoirs sur, par exemple, l’éducation, les partis qui défendent le plurinationalisme, les gouvernements catalan et basque, les communautés éducatives, ainsi que de larges couches de citoyens, n’auraient d’autre choix que de s’opposer et de se mobiliser. Et c’est précisément le terrain qu’un gouvernement du Partido Popular/Vox choisirait pour faire monter la tension et finalement interdire le parti Euskal Herria Bildu (EH Bildu) du Pays Basque et les forces indépendantistes catalanes. Le leader de Vox, Santiago Abascal, l’a clairement indiqué dans sa motion de censure contre le gouvernement en place.

Face à un gouvernement de droite déterminé à reprendre les pouvoirs sur, par exemple, l’éducation, les partis qui défendent le plurinationalisme, les gouvernements catalan et basque, les communautés éducatives, ainsi que de larges couches de citoyens, n’auraient d’autre choix que de s’opposer et de se mobiliser. Et c’est précisément le terrain qu’un gouvernement du Partido Popular/Vox choisirait pour faire monter la tension et finalement interdire le parti Euskal Herria Bildu (EH Bildu) du Pays Basque et les forces indépendantistes catalanes. Le leader de Vox, Santiago Abascal, l’a clairement indiqué dans sa motion de censure contre le gouvernement en place.

Pour l’extrême droite, 26 millions de citoyens ne sont pas seulement un fardeau trop lourd, mais aussi un grand nombre de leurs options électorales. Des mesures exceptionnelles d’interdiction de ces partis seraient un choc pour certains ; et une telle démarche soulèverait l’indignation de tout démocrate. Mais ces mesures pourraient compter sur d’importantes bases de soutien dans les secteurs dominants des autorités judiciaires, de nombreux groupes économiques puissants et, pour l’essentiel, les forces médiatiques de Madrid. Quoi que les instances juridiques européennes puissent éventuellement dire à propos d’une telle démarche, cela n’empêchera en rien la stratégie préférée du bloc réactionnaire de faire reculer la démocratie. En effet, cette régression peut également se produire dans d’autres pays européens, à commencer par l’Italie.

Cela semble extrême, mais ce n’est pas si difficile à imaginer. Les interdictions de partis ne sont guère inconnues dans notre État. Trouver de nouvelles justifications pour une telle mesure (la menace pour l’unité de l’Espagne, ou le défi à la monarchie, par exemple) est assez viable, et des dizaines de juristes seraient prêts à la justifier. L’expérience de l’affrontement avec les forces indépendantistes catalanes a été positive pour la droite et lui servira de référence. Cet affrontement leur a donné un ennemi auquel ils pouvaient constamment se référer dans leurs discours, a normalisé la présence de prisonniers politiques qui n’avaient (même de loin) commis aucun acte violent, a politisé et impliqué politiquement les secteurs les plus réactionnaires du pouvoir judiciaire, et a même entraîné la monarchie dans une position sans précédent, à partir du 3 octobre 2017 [lorsque le roi Felipe VI a déclaré les institutions catalanes hors la loi, suite au référendum d’indépendance contesté].

À partir de ce jour, le Partido Popular et Vox se sont réclamés de Felipe VI comme jamais auparavant, ce qui contraste clairement avec son prédécesseur, qui a su garder son tact face au PSOE et [son premier ministre de 1982 à 1996] Felipe González. Alors que dans le système politique issu de la transition post-franquiste, la monarchie a pu séduire le PSOE et même le Parti communiste de Santiago Carillo et certains secteurs du nationalisme catalan et basque, sous la perestroïka conservatrice de Felipe VI, la monarchie est un point de référence politique pour la seule droite nationaliste espagnole.

Je crois que, les choses étant allées aussi loin, il n’y a aucun doute sur la façon dont se comporteraient les éléments que la droite a placés dans la Cour constitutionnelle et les autorités judiciaires. Interdire EH Bildu et les indépendantistes catalans serait d’ailleurs loin de garantir à la droite des victoires électorales permanentes. Avec Bildu ainsi que les partis catalans Junts et Esquerra Republicana hors du tableau électoral, la droite pourrait se garantir une victoire sur le PSOE tout en maintenant sa pression habituelle sur Unidas Podemos par le biais de scandales médiatiques sournois et de juges politiquement motivés, sans avoir besoin de trouver des excuses pour l’interdire.

Échec de la transition

Comment en sommes-nous arrivés là ? De la transition espagnole vers la démocratie qui s’est achevée par la tentative de coup d’État du 23 février 1981 et la victoire écrasante de Felipe González en 1982, est né un système de partis qui a été décisif pour assurer la stabilité de notre système politique, pacifier les conflits issus du plurinationalisme et organiser la modernisation de l’économie espagnole dans le cadre de la division européenne du travail.

Ce système s’articulait autour de deux grands partis d’Etat : le PSOE, aligné sur les sociaux-démocrates allemands, qui abandonna rapidement son radicalisme verbal, le marxisme de ses statuts et, surtout, toute ambition de diriger un projet socialiste pour l’Europe du Sud avec les socialistes portugais ; et l’Alianza Popular [ancêtre éphémère du Partido Popular] qui, après avoir absorbé l’Union du centre démocratique, n’eut aucun mal à prendre ses distances avec ses origines franquistes et à s’aligner sur les traditions démocrates-chrétiennes de ses homologues européens. N’oublions pas que le premier ministre du PP, José María Aznar, est allé jusqu’à revendiquer l’héritage de Manuel Azaña [président de centre-gauche de la République espagnole pendant la guerre civile de 1936-1939].

Aux deux principaux partis du système espagnol s’ajoutaient les deux partis dominants des sous-systèmes basque et catalan. Le premier était le Parti nationaliste basque (PNV), la seule option reconnue pour gérer le chemin particulier du Pays basque vers l’autonomie – un rôle dans lequel les actions de l’ETA [groupe séparatiste basque armé Euskadi Ta Askatasuna] l’ont encore renforcé. La force hégémonique en Catalogne était le Convergència i Unió [centre-droit] de Jordi Pujol, tandis que le Parti socialiste catalan mettait rapidement fin aux énormes espoirs initiaux du PSUC [communiste].

Il est clair que la solution [que Manuel Clavero, ministre adjoint des régions de 1977-1979, a qualifiée de] « cafés tous azimuts » n’était guère compatible avec les réalités d’un État plurinational, notamment en ce qui concerne les ambiguïtés de l’article 8 de la Constitution [sur la supermajorité requise dans toute l’Espagne pour une réforme constitutionnelle]. Mais il est indéniable que cette solution a permis d’assurer la stabilité, d’organiser une décentralisation administrative considérable et de laisser aux Catalans et aux Basques la possibilité de négocier des prérogatives qui leur sont propres, comme leurs forces de police autonomes.

Le fondement de ce système de partis « deux plus deux » était que les quatre partis étaient d’accord sur les axes clés de la politique économique que l’Espagne devrait suivre dans le cadre européen ; les quatre ont repris le parapluie de l’OTAN comme la meilleure option possible ; et les quatre ont accepté – bien qu’avec des niveaux d’enthousiasme variables – la monarchie. Les consensus qui sous-tendent ce régime permettront, pendant plus de trois décennies, aux pouvoirs parallèles au système des partis (les oligarchies économiques, les puissantes forces médiatiques, les autorités judiciaires de plus en plus conservatrices et les sections les plus intransigeantes des anciens appareils répressifs, recyclés sous le prétexte de la lutte contre le terrorisme) d’être moins visibles dans la sphère politique qu’ils ne le sont aujourd’hui.

Dix ans

Alors, que s’est-il passé au cours de ces dix dernières années, pour nous mettre dans une situation aussi dangereuse si la droite revient au gouvernement avec l’extrême droite ? Eh bien, ces années ont vu le mouvement indépendantiste catalan et Podemos. Ces deux acteurs ont fait exploser le système de partis espagnol, c’est-à-dire la seule structure de pouvoir que les citoyens peuvent changer en votant. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un œil à l’une des sessions parlementaires où le gouvernement répond aux questions. Vous verrez un gouvernement de coalition sans précédent comprenant Podemos et des ministres communistes, soutenus par les forces indépendantes basques et catalanes, qui fait maintenant face à un gouvernement alternatif potentiel du Partido Popular plus Vox.

La question qui se pose aujourd’hui en Espagne est la suivante : qui va diriger la réforme de l’État ? Les pouvoirs qui ne se sont pas soumis au contrôle démocratique – y compris les élites du pouvoir judiciaire, qui ont déjà passé plus de mille jours à faciliter le pouvoir du Partido Popular et à bloquer le renouvellement du Conseil général du pouvoir judiciaire – sont conscients de ce conflit et ont pris position. Et maintenant, il y a aussi une monarchie qui a renoncé à une Espagne progressiste et plurinationale et qui ne cesse de faire des gestes en direction des forces les plus réactionnaires (le dernier en date étant l’ostentation avec laquelle ils ont présenté une princesse se dirigeant vers un collège privé extrêmement coûteux en Grande-Bretagne). Ce bloc de pouvoir représente la réaction à l’élan démocratique qui a suivi la grande crise de 2008.

Que faut-il faire ? À mon avis, les forces de gauche autres que le PSOE, dans tout l’État, devraient accroître leur collaboration et créer des espaces communs de réflexion stratégique. Je pense qu’elles devraient accepter qu’une alliance gouvernementale avec le PSOE est, dans cette conjoncture, nécessaire pour protéger la démocratie et mettre en œuvre des mesures de justice sociale à travers les politiques publiques. La pandémie a renforcé un sentiment de fierté dans le secteur public, au-delà des clivages partisans. Le virage keynésien (jusqu’à un certain point) que l’Union européenne a été obligée de prendre est une opportunité qui a peu de précédents. En même temps, nous sommes confrontés à un projet réactionnaire qui, une fois au pouvoir, combinera le néolibéralisme le plus féroce avec une attaque contre les pouvoirs des gouvernements autonomes et la persécution des militants indépendantistes. Face à cette menace, la gauche doit explorer les voies d’une réorganisation confédérale d’un État partagé, plus en phase avec le plurinationalisme et les souhaits des différents peuples qui le composent.

Si certaines de ces forces peuvent être des concurrents électoraux, je pense qu’elles doivent aujourd’hui s’entendre sur une feuille de route commune dans leurs négociations avec les socialistes. L’effondrement de Ciudadanos a tué le rêve d’une troisième voie à l’espagnole. Parallèlement, la non-viabilité de la grande coalition – garantissant le pouvoir de Vox – n’a laissé au PSOE aucune autre option que de négocier et de parvenir à un accord pour gouverner ensemble avec Unidas Podemos et avec l’ensemble du bloc qui a soutenu la législature actuelle.

L’importante position tactique de ce bloc est également le produit d’une dure vérité qui est devenue évidente ces dernières années. À savoir, il est très peu probable que le PSOE aurait facilité un gouvernement dirigé par Unidas Podemos si ce dernier l’avait dépassé électoralement en 2016 (comme tous les sondages le laissaient penser). Et si le PSOE avait facilité ce gouvernement hypothétique, il est clair que les grands pouvoirs de la société espagnole auraient mis en place une réaction concertée pour le faire tomber en quelques jours. L’histoire a démontré que, pour gouverner, il ne suffit pas de gagner en nombre de voix, il faut aussi avoir l’avantage dans quelques autres rapports de force.

« Depuis de nombreuses années, à Madrid, nous ne perdons pas seulement des élections mais aussi une bataille culturelle et idéologique. »

En outre, je crois que la gauche doit accepter que le terrain de la culture et de l’idéologie est tout aussi décisif que celui de la mobilisation sociale et des institutions. Il suffit d’allumer la télévision ou de lire les éditoriaux de la plupart des quotidiens madrilènes pour se rendre compte que la droite l’a déjà compris. La leçon tirée des élections de mai dernier à Madrid – avec la victoire du Partido Popular le plus extrême que nous ayons jamais vu – devrait mettre en alerte tous les démocrates et toute la gauche, étant donné le potentiel de propagation de cet exemple ailleurs. Depuis de nombreuses années, à Madrid, nous ne perdons pas seulement des élections mais aussi une bataille culturelle et idéologique.

Dans le même dossier

Les vidéos