dossier

Contre le lawfare

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

l'article

Les États-Unis ont envisagé d’enlever et même d’assassiner Julian Assange

Alors que le gouvernement américain se bat pour extrader le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, un nouveau rapport qui fait l'effet d'une bombe révèle jusqu'où la CIA a envisagé d'aller dans sa guerre contre le journaliste australien. Elle a envisagé non seulement d'enlever mais aussi d'assassiner Assange. Nous avons traduit cet article complet sur le sujet publié dans le magazine américain socialiste Jacobin.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Le mois prochain, les procureurs britanniques, au nom du gouvernement américain, feront valoir devant la Haute Cour britannique que la décision d’un juge de bloquer l’extradition du journaliste australien Julian Assange devrait être annulée. Il s’agira de la dernière attaque juridique des États-Unis contre le fondateur de WikiLeaks. Pourtant, alors même que la Haute Cour s’apprête à entendre les arguments qui permettront de décider si Assange sera jugé aux États-Unis, une image plus complète et plus sombre de la campagne extralégale du gouvernement américain contre Assange se dessine.

Une enquête majeure de Yahoo News, basée sur des entretiens avec plus de trente anciens responsables américains, donne l’image la plus détaillée à ce jour de la guerre de la CIA contre WikiLeaks. Et c’est vraiment troublant. Les tactiques pesées par la CIA sous Mike Pompeo – y compris l’enlèvement et l’assassinat – étaient si extrêmes qu’elles ont même alarmé des membres du Conseil national de sécurité et des avocats de la Maison-Blanche, guère des partisans d’Assange.

Certains se sont tellement inquiétés de la légalité de ce que proposait la CIA qu’ils ont alerté les comités de surveillance du Congrès. Selon Michael Isikoff, l’un des trois journalistes qui ont travaillé sur l’histoire de Yahoo News, les arguments sur l’opportunité d’enlever Assange « ont été l’un des débats les plus litigieux sur le renseignement de la présidence Trump, et tout cela s’est fait en secret. Le public n’avait aucune idée de ce qui se passait. » Pompeo a publiquement répondu aux allégations en affirmant que ceux qui ont parlé à Yahoo devraient être poursuivis pour avoir exposé les activités de la CIA. Mais il a concédé que « des morceaux sont vrais ».

From Obama to Trump

Assange est dans le collimateur du gouvernement américain depuis qu’il a publié des câbles relatifs aux guerres américaines en Irak et en Afghanistan (fournis à WikiLeaks par Chelsea Manning). En 2011, le ministère de la Justice a convoqué un grand jury pour envisager la mise en accusation d’Assange.

Mais alors que l’administration Obama menait une guerre sans précédent contre les sources des journalistes et les dénonciateurs, elle a décidé de ne pas s’en prendre directement à des journalistes comme Assange, craignant que cela ne crée un précédent pour la poursuite de grands journaux comme le New York Times. Malgré l’énorme répression de l’administration contre les libertés de la presse, elle a tracé une ligne. En plus de mettre un terme à toute poursuite contre Assange, la Maison Blanche d’Obama a également limité les actions que les agences de renseignement comme la CIA pouvaient entreprendre contre WikiLeaks, arguant qu’elles méritaient les protections accordées aux organes de presse.

Pendant ce temps, la communauté du renseignement a mijoté. Après que le Guardian et le Washington Post ont publié des articles sur la surveillance illégale de la NSA – fruit des révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden – la communauté du renseignement a de nouveau cherché à faire couler le sang. La CIA a fait pression sur l’administration Obama pour que certaines personnalités, auparavant considérées comme des journalistes, soient redéfinies comme des « courtiers en information », ce qui permettrait de mener des enquêtes plus poussées à leur encontre et ouvrirait la porte à d’éventuelles poursuites pénales.

La CIA voulait qualifier non seulement Assange et WikiLeaks de « courtiers en information », mais aussi Glenn Greenwald et Laura Poitras, les journalistes qui ont révélé l’affaire Snowden. L’administration Obama a rejeté ces demandes effrayantes, mais a autorisé une plus grande collecte de renseignements contre WikiLeaks. Il n’était plus nécessaire d’obtenir des mandats, des assignations à comparaître ou des lettres de sécurité nationale pour obtenir des informations sur WikiLeaks. La CIA avait maintenant une « équipe WikiLeaks ».

Les révélations de WikiLeaks sur Hillary Clinton ont provoqué l’ire fanatique de nombreux démocrates partisans. Elles ont également valu à l’organisation les louanges de Trump pendant la campagne. Pourtant, ce serait l’administration Trump qui intensifierait considérablement la guerre juridique et extralégale contre WikiLeaks.

Trump et le « Vault 7 »

Trump a donné le ton très tôt. Il a nommé son ministre de la Justice, Jeff Sessions, un partisan de longue date de la surveillance et un adversaire du premier amendement qui a fait du ciblage des « fuites » une priorité en matière de poursuites judiciaires. Pour le poste de chef de la CIA, Trump a choisi Mike Pompeo. Pompeo avait attaqué à plusieurs reprises le lanceur d’alerte Edward Snowden, appelant même à son exécution.

Sessions a relancé l’enquête criminelle sur Assange et a fait pression sur les procureurs pour qu’ils engagent des poursuites contre Assange dans le district Est pour les divulgations de 2010 à 2011. En avril 2017, Sessions a annoncé publiquement que poursuivre le journaliste était une priorité absolue. Lorsqu’on l’a interrogé sur les implications d’une telle démarche pour des médias comme le New York Times, Sessions n’a pas semblé impressionné.

Une semaine à peine avant l’annonce glaciale de Sessions, Pompeo a déclaré lors d’un discours public que WikiLeaks était une agence de renseignement non étatique hostile. Étant donné le contexte public, beaucoup ont considéré cette déclaration comme de la poudre aux yeux. Mais il s’est avéré qu’elle faisait partie d’une théorie juridique bien plus inquiétante.

Environ un mois plus tôt, lors de la plus grande perte de données de l’histoire de la CIA, WikiLeaks a publié « Vault 7 », qui détaillait les outils de piratage de la CIA. Cette publication a rendu Pompeo et la CIA furieux. Comme l’indique clairement l’article de Yahoo News, Pompeo est devenu obsédé par Assange et WikiLeaks. Aucun complot, semble-t-il, n’était trop sauvage.

Les intrigues

Lorsque la CIA entreprend une action secrète, elle doit recevoir l’autorisation du président dans ce qu’on appelle un « constat ». Certains membres du Congrès sont informés. Pourtant, lorsque la CIA traite avec des agences d’espionnage rivales, ses mesures sont considérées comme du « contre-espionnage offensif » et aucune conclusion n’est requise.

La CIA a tenté, sans succès, de lier WikiLeaks aux services de renseignements russes. Désireuse d’échapper à toute surveillance, la CIA a déclaré que Wikileaks était une agence de renseignement non étatique, ce qui leur permettait d’agir sans approbation présidentielle ni avis du Congrès. (La loi de 2018 sur l’autorisation du renseignement, adoptée par le Congrès, a déclaré que « WikiLeaks et ses hauts dirigeants ressemblent à un service de renseignement hostile non étatique souvent soutenu par des acteurs étatiques et devraient être traités comme un tel service par les États-Unis. » Cela soulève de sérieuses questions sur ce que le Congrès savait. Aucune législation ultérieure ne contenait un langage similaire).

À ce moment-là, l’obsession de la CIA a pris un tournant sombre. Des cadres de l’agence ont demandé des « croquis » sur la façon d’assassiner Assange et d’autres personnalités de WikiLeaks impliquées dans le projet Vault 7. Ces plans ont été abandonnés et ne semblent pas avoir dépassé le stade des discussions internes de la CIA. Néanmoins, le fait que des dirigeants de la CIA aient demandé l’élaboration de plans d’assassinat est pour le moins alarmant.

Si les plans d’assassinat n’ont pas été approfondis, le projet d’enlèvement d’Assange est parvenu jusqu’à la Maison-Blanche. Il a laissé perplexes les avocats du Conseil national de sécurité, qui ont fait remarquer qu’Assange n’avait même pas été accusé d’un crime et que l’on ne savait pas très bien en vertu de quelle autorité la CIA pouvait saisir Assange, ni même où elle le détiendrait. Un fonctionnaire anonyme ayant assisté aux réunions du Conseil national de sécurité a déclaré à Yahoo News : « Allions-nous revenir aux « sites noirs » ? »

En 2017, les plans ont atteint de nouveaux niveaux de dérèglement. La CIA a acquis la conviction que les Russes allaient tenter d' »exfiltrer » Assange de l’ambassade d’Équateur à Londres et de l’amener en Russie.

La CIA pensait que les Équatoriens libéreraient Assange dans la rue. Les Russes attendraient – très probablement dans une voiture diplomatique – pour conduire Assange à l’aéroport et quitter le pays. Il a été suggéré que des agents de la CIA emboutissent une voiture dans un autre véhicule, créant ainsi un embouteillage et retardant le véhicule diplomatique russe transportant Assange. Il a toutefois été décidé que si une telle action était appropriée en Afghanistan, elle ne l’était pas dans les rues de Londres.

Si les accidents de voiture étaient trop nombreux, la CIA se préparait pleinement à une fusillade. Inquiète de l’aspect visuel d’une fusillade entre Américains et Russes dans les rues de Londres, elle a demandé à ses homologues britanniques de se charger de tous les tirs. Les Britanniques ont accepté. (Tirer sur un véhicule diplomatique russe serait un acte de guerre).

Si les Russes avaient échappé à la grêle de tirs, étaient parvenus à l’aéroport et au tarmac, et avaient fait monter Assange dans un avion, la CIA se préparait à tirer sur les pneus de l’avion pour l’empêcher de décoller. Si l’avion parvenait tout de même à décoller, la CIA était prête à demander aux pays de l’Union européenne de lui refuser l’accès à leur espace aérien – un mauvais tour que les États-Unis avaient déjà utilisé lorsqu’ils pensaient que le président bolivien Evo Morales transportait secrètement Snowden à bord de son avion présidentiel.

Stella Morris, la partenaire d’Assange, nie que les Russes allaient exfiltrer Assange. Néanmoins, comme Isikoff l’a souligné dans une interview, la CIA croyait que c’était réel et leurs plans étaient mortellement sérieux. Si sérieux, en fait, que Trump lui-même a été mis au courant du plan par ceux qui craignaient que cela ne crée un vilain incident international.

La crainte de la CIA qu’Assange s’enfuie était en partie due au fait que WikiLeaks n’avait divulgué qu’une partie des documents Vault 7 en sa possession. L’agence craignait qu’Assange puisse s’enfuir en Russie avec des secrets. Mais les fonctionnaires qui ont parlé à Yahoo ont clairement indiqué qu’une préoccupation égale, voire supérieure, était la victoire géopolitique ou propagandiste que Vladmir Poutine remporterait si la Russie abritait non seulement Snowden, mais aussi Assange. C’est ce qui semble être la motivation derrière ce plan profondément irrationnel.

Des plans d’assassinat hérités de la guerre froide, des enlèvements et des restitutions hérités de la « guerre contre le terrorisme », un acte de guerre contre un autre gouvernement, le tout avec une seule fin en vue : s’assurer qu’Assange n’échappera jamais aux griffes de l’empire américain.

Les crimes de la CIA

Les dernières révélations sont particulièrement choquantes, mais elles s’ajoutent à une liste croissante d’indignations. Outre les avocats du Conseil national de sécurité, la CIA a également provoqué la colère de Sessions et du ministère de la Justice. Leurs motivations n’étaient pas pures : le ministère de la Justice considérait qu’Assange était sur son terrain et que les actions de la CIA compromettaient une éventuelle poursuite pénale (le projet d’enlèvement de la CIA a peut-être fait pression sur le ministère de la Justice pour qu’il accélère la recherche d’une mise en accusation). Même avant Sessions, le FBI et la CIA se disputaient la juridiction sur Assange. Le FBI faisait pression pour qu’Assange soit accusé depuis les années Obama.

Toutefois, les mains du FBI sont loin d’être propres. En juin, le journal islandais Stundin a révélé qu’un informateur du FBI (qui avait lui-même été condamné pour des crimes sexuels) avait admis que les allégations figurant dans l’acte d’accusation américain contre Assange étaient fabriquées.

Plus tôt cette année, Declassified UK a révélé l’existence de l’opération Pélican, un complot du ministère britannique des affaires étrangères visant à faire sortir Assange de l’ambassade d’Équateur.

Tout cela intervient alors que la Haute Cour d’Espagne enquête sur la société de sécurité espagnole UC Global. UC Global a été engagée pour assurer la sécurité de l’ambassade d’Équateur à Londres, mais elle aurait coopéré avec les services de renseignements américains en espionnant Assange, ses avocats et les journalistes qui lui rendaient visite. En fait, c’est un ancien employé d’UC Global qui a déclaré pour la première fois que la CIA avait envisagé de tuer Assange.

Les crimes de la CIA doivent être compris dans le cadre de cette guerre plus large contre Assange. Mais il existe un autre contexte important. Après les révélations sur le recours de la CIA aux restitutions et à la torture pendant la guerre contre le terrorisme, des appels ont été lancés en faveur de poursuites judiciaires. Au lieu de cela, Obama a choisi de regarder vers l’avant, et non vers l’arrière.

Pour ceux qui se sont attaqués aux crimes de guerre de la CIA, le calcul est tout autre. L’administration Obama, à l’instigation de la CIA, a permis que l’American Civil Liberties Union fasse l’objet d’une enquête pénale après que ses avocats représentant des clients à Guantanamo ont réussi à identifier les tortionnaires de la CIA dans des dossiers judiciaires. Alors que la vénérable organisation de défense des libertés civiles a été blanchie, John Kiriakou, qui a dénoncé la torture, a été poursuivi, ce que la CIA avait demandé à l’administration Bush mais lui avait été refusé.

La décision de laisser les criminels de guerre de la CIA s’en tirer à bon compte tout en traitant les dénonciateurs, les journalistes et les autres personnes qui exposent les crimes de guerre américains comme des ennemis au même titre que les espions ou les terroristes, a des conséquences.

L’une de ces conséquences : une CIA totalement anarchique qui complote pour assassiner ou kidnapper un journaliste.

Dans le même dossier

Les vidéos