dossier

La fin du libéralisme

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Texte de référence à venir…

l'article

Les États-Unis doivent mettre fin à leurs sanctions brutales contre Cuba, et non y intervenir

Nous publions ici la traduction d’un article paru dans le magazine socialiste américain Jacobin, à propos de Cuba. Si l’auteur modère ses propos et précise dès le début de l’article qu’il est encore trop tôt pour déterminer le « caractère politique de ces manifestations », il appelle surtout les Etats-Unis à lever le blocus criminel contre Cuba, qui asphyxie l’île depuis plus de 60 ans.

Par Ben Burgis

Tandis que des protestations éclatent à Cuba, certains politiciens appellent à une intervention américaine. Ce serait un désastre. La meilleure chose que les États-Unis puissent faire pour aider le peuple cubain est de lever leur embargo brutal et inhumain.

Il est bien trop tôt pour se prononcer définitivement sur le caractère politique de ces manifestations. Il est fort probable que les personnes dans les rues représentent un mélange de factions ayant des plaintes et des programmes à long terme très différents.

Ce qui est clair, c’est que les pénuries de nourriture, de médicaments, d’électricité et d’autres produits de base ont été l’étincelle immédiate des protestations. (Les magasins qui ont été pillés sont controversés car ils vendent des produits coûteux à des étrangers qui peuvent payer dans une monnaie que la plupart des Cubains ne possèdent pas). Les politiciens américains qui aspirent à renverser le gouvernement cubain ont mis en avant ces conditions pour demander une intervention.

Par exemple, la députée démocrate Val Demings, qui représente le 10e district de Floride, a établi un lien entre les appels des manifestants à « se libérer de la maladie, de la pauvreté et de la corruption » et la nécessité de « se libérer de la tyrannie et de la dictature ». Pour garantir ces libertés, Demings affirme que « la Maison Blanche doit agir rapidement ».

Mais quel type d’action rapide veut-elle que Joe Biden prenne ? Elle ne veut pas dire que les États-Unis doivent imposer des sanctions économiques paralysantes à Cuba ou qu’ils doivent soutenir et donner asile aux terroristes qui commettent des attentats et des assassinats sur l’île. Tout cela se passe depuis l’administration Kennedy. Il est difficile de voir ce qu’il reste sur la table, à part une intervention militaire directe.

Le maire de Miami, Francis Suarez, a été plus explicite. « Le peuple cubain, dit-il, a besoin d’une aide internationale, y compris d’une intervention des États-Unis sous une forme ou une autre, qu’il s’agisse de nourriture, de médicaments ou d’une intervention militaire.

Cuba a un long et héroïque passé d’envoi d’aide médicale à d’autres nations. L’envoi de nourriture ou de médicaments à l’île pendant sa propre crise serait une excellente idée, d’autant plus que la politique américaine est l’une des causes directes des pénuries. Mais une intervention militaire serait un désastre à tous les niveaux possibles.

Les socialistes démocratiques apprécient la liberté d’expression, les élections multipartites, les syndicats indépendants et la démocratie sur le lieu de travail. Nous ne devons pas nier que la société cubaine est défectueuse à ces égards et à d’autres. Nous ne devons pas non plus supposer que chaque Cubain frustré qui descend dans la rue est une marionnette de la CIA ou un partisan de la privatisation du système de santé cubain. Mais quiconque pense que l’intervention des États-Unis conduirait à de meilleurs résultats et non à des résultats bien pires a perdu le contact avec la réalité.

Pour voir quel genre de gouvernement l’ingérence américaine produirait, il suffit de regarder le voisin Haïti, dont les marines américains ont destitué le président en 2004. Quiconque croit qu’une intervention américaine à Cuba permettrait d’instaurer une démocratie libérale stable et prospère doit d’abord expliquer pourquoi Haïti est en proie à des niveaux dystopiques de pauvreté, d’inégalité, de corruption et de violence politique.

En tout état de cause, une tentative sérieuse de renverser le gouvernement cubain pour imposer une alternative favorable aux États-Unis pourrait finir par ressembler moins aux interventions américaines en Haïti, laides mais de relativement courte durée, qu’à la guerre du Vietnam. Le gouvernement cubain est arrivé au pouvoir grâce à une révolution populaire qui bénéficie toujours d’un soutien important. Il est absurde de penser que les États-Unis pourraient renverser ce gouvernement sans qu’un grand nombre de personnes ne prennent les armes en réponse.

La guerre perpétuelle de l’Amérique en Afghanistan dure depuis presque deux décennies. Les vagues de sang et de chaos provoquées par l’invasion de l’Irak en 2003 sont toujours d’actualité. Que quelqu’un puisse croire, en 2021, qu’intervenir à Cuba améliorerait les choses est un témoignage effrayant du pouvoir aveuglant de l’idéologie.

Si le gouvernement américain voulait vraiment aider le peuple cubain, il y a un moyen facile et évident : mettre fin aux sanctions. Chacune des pénuries dont parlent les manifestants a au moins été aggravée par l’embargo américain. La réponse n’est pas plus d’intervention. C’est moins.

Les anticommunistes de droite veulent souvent jouer sur les deux tableaux. D’une part, ils nient que l’embargo contribue de manière significative aux difficultés rencontrées à Cuba, arguant que les pénuries sont presque entièrement dues aux failles du système cubain. D’autre part, ils insistent sur le fait qu’il est essentiel que l’embargo reste en place. Mais pourquoi ? S’il n’a vraiment aucun effet majeur sur l’économie cubaine, comment pourrait-il être un outil important pour faire pression sur le gouvernement cubain afin qu’il réponde aux exigences américaines ? S’il n’exacerbe vraiment pas les problèmes économiques de l’île, pourquoi ne pas le prouver en normalisant les relations commerciales ?

Le mois dernier, les Nations unies ont voté à une écrasante majorité pour demander aux États-Unis de lever l’embargo. Seuls les États-Unis et Israël ont voté contre. (L’Ukraine, la Colombie et le Brésil de Jair Bolsonaro ont été les seules abstentions.) Et 184 nations ont voté oui.

Il est temps d’écouter la condamnation du monde. L’embargo doit prendre fin.

la revue de presse en direct

Dans le même dossier

Les vidéos