La représentante Barbara Lee, la seule à avoir voté contre la guerre après le 11 septembre, réclame une enquête sur la guerre en Afghanistan

Il y a vingt ans, la représentante Barbara Lee a été le seul membre du Congrès à voter contre la guerre au lendemain des attentats dévastateurs du 11 septembre 2001 qui ont tué environ 3 000 personnes. « Ne devenons pas le mal que nous déplorons », avait-t-elle exhorté à ses collègues dans un discours émouvant prononcé à la Chambre. Le vote final avait été été de 420 contre 1.
Cette semaine, alors que les États-Unis célèbrent le 20e anniversaire du 11 septembre, la représentante Lee s’est entretenue avec Amy Goodman, de Democracy Now !, au sujet de son vote fatidique en 2001 et de la façon dont ses pires craintes concernant les « guerres éternelles » se sont réalisées : « Tout ce que cela disait, c’est que le président pouvait recourir à la force pour toujours, à condition que cette nation, cet individu ou cette organisation ait un lien avec le 11 septembre. C’était juste une abdication totale de nos responsabilités en tant que membres du Congrès. » Nous avons retranscrit et traduit l’interview de la représentante Lee sur Democracy Now et nous la publions ici.

AMY GOODMAN : Samedi marque le 20ème anniversaire des attaques du 11 septembre. Dans les jours qui ont suivi, la nation a été ébranlée par la mort de plus de 3 000 personnes, tandis que le président George W. Bush battait le tambour pour la guerre. Le 14 septembre 2001, trois jours après les attaques dévastatrices du 11 septembre, les membres du Congrès ont tenu un débat de cinq heures sur la question de savoir s’il fallait accorder au président des pouvoirs étendus lui permettant de recourir à la force militaire en représailles aux attaques, que le Sénat avait déjà adoptées par 98 voix contre 0. Barbara Lee, membre démocrate du Congrès de Californie, dont la voix tremblait d’émotion lorsqu’elle s’exprimait depuis la Chambre, fut le seul membre du Congrès à voter contre la guerre au lendemain du 11 septembre. Le vote final a été de 420 contre 1.

Voici le texte de son allocution d’alors :

« Monsieur le Président, mesdames et messieurs les députés, je me lève aujourd’hui avec un cœur très lourd, rempli de tristesse pour les familles et les êtres chers qui ont été tués et blessés cette semaine. Seuls les plus stupides et les plus insensibles ne comprendraient pas le chagrin qui s’est emparé de notre peuple et de millions de personnes dans le monde.
Cet acte inqualifiable perpétré contre les États-Unis m’a cependant obligée à me fier à ma boussole morale, à ma conscience et à mon Dieu pour me guider. Le 11 septembre a changé le monde. Nos peurs les plus profondes nous hantent désormais. Pourtant, je suis convaincue qu’une action militaire n’empêchera pas de nouveaux actes de terrorisme international contre les États-Unis. C’est une question très complexe et compliquée.
Cette résolution sera adoptée, même si nous savons tous que le président peut mener une guerre sans elle. Aussi difficile que puisse être ce vote, certains d’entre nous doivent appeler à la retenue. Notre pays est en état de deuil. Certains d’entre nous doivent dire : « Prenons du recul pour un moment. Faisons une pause, juste une minute, et réfléchissons aux implications de nos actions d’aujourd’hui afin que cela ne devienne pas incontrôlable. »
J’ai beaucoup réfléchi à ce vote, mais je l’ai accepté aujourd’hui, et j’ai accepté de m’opposer à cette résolution pendant le très douloureux mais très beau service commémoratif. Comme l’a si bien dit un membre du clergé, « En agissant, ne devenons pas le mal que nous déplorons ». Je vous remercie, et je vous cède le reste de mon temps de parole.

AMY GOODMAN : « Ne devenons pas le mal que nous déplorons. » Avec ces mots, Barbara Lee, membre du Congrès d’Oakland, a fait trembler la Chambre, le Capitole, ce pays, le monde, la seule voix sur plus de 400 membres du Congrès.
À l’époque, Barbara Lee était l’un des membres les plus récents du Congrès et l’une des rares femmes afro-américaines à occuper un poste à la Chambre ou au Sénat. Aujourd’hui, dans son 12e mandat, elle est la femme afro-américaine la plus haut placée au Congrès.
Nous sommes aujourd’hui 20 ans plus tard. Mercredi dernier, j’ai interviewé la députée Lee lors d’un événement virtuel organisé par l’Institute for Policy Studies, fondé par Marcus Raskin, un ancien assistant de l’administration Kennedy devenu militant progressiste et auteur. J’ai demandé à la députée Lee comment elle a décidé de faire cavalier seul, ce qui a motivé cette décision, où elle se trouvait lorsqu’elle a décidé de faire son discours, et comment les gens ont réagi.

BARBARA LEE : Merci beaucoup, Amy. Et vraiment, merci à tous, en particulier à l’IPS pour accueillir ce forum très important aujourd’hui. Et laissez-moi juste dire, pour le contexte historique et aussi juste en l’honneur de Marcus Raskin; Marcus était la dernière personne à qui j’ai parlée avant de faire ce discours.
À ce moment, je revenais tout juste du mémorial. J’étais membre de la commission des affaires étrangères, d’où provenait la résolution. Et, bien sûr, elle n’est pas passée par la commission. Elle était censée être examinée le samedi. Quand je suis arrivée au bureau, mon équipe m’a dit : « Tu dois aller à l’étage. La résolution va être accordée. Le vote va avoir lieu dans une heure ou deux. »
J’ai couru jusqu’à l’étage. J’essayais d’organiser mes idées. Comme vous pouvez le voir, je n’étais pas vraiment – je ne dirai pas « pas préparée », mais je n’avais pas ce que je voulais en termes de cadre et de points de discussion. J’ai juste griffonné quelque chose sur un morceau de papier. Et j’ai appelé Marcus. Et avant lui j’avais parlé à mon ancien patron, Ron Dellums, qui était, pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, un grand combattant pour la paix et la justice de mon district. J’ai travaillé pour lui pendant 11 ans, mon prédécesseur. J’avais donc parlé avec Ron, qui est un travailleur social psychiatrique de profession, ainsi qu’à plusieurs avocats constitutionnels, à mon pasteur, et bien sûr, à ma mère et à ma famille.

C’était un moment très difficile, mais personne à qui j’ai parlé ne m’a dit comment voter. Même Marcus. Nous avons parlé du pour et du contre, de ce que la Constitution exigeait, de ce dont il s’agissait, de toutes ces considérations. Ce fut très utile pour moi. Toutes ces personnes semblaient ne pas vouloir me dire de voter non, car elles savaient l’enfer que ça allait déclencher. Elles m’ont donné les pour et les contre.
Avec Ron, par exemple, nous avons parlé de notre expérience en psychologie et en travail social psychiatrique. Et la première chose que vous apprenez en Psychologie 101 c’est que vous ne prenez pas de décisions critiques et sérieuses lorsque vous êtes en deuil et lorsque vous êtes anxieux et lorsque vous êtes en colère. Ce sont des moments où vous devez vivre – vous savez, vous devez passer au travers. Ensuite, on peut peut-être commencer à s’engager dans un processus qui est réfléchi.
J’ai parlé avec d’autres membres du clergé. Avec mon ami dont je suis beaucoup le travail et les sermons; le révérend James Forbes, qui est le pasteur de Riverside Church. Egalement avec le révérend William Sloane Coffin. Dans le passé, ils ont parlé des « guerres justes », de ce que sont les guerres justes, de leurs « critères ». Et donc, vous savez, ma foi entrait en ligne de compte, mais il s’agissait essentiellement de l’exigence constitutionnelle selon laquelle les membres du Congrès ne peuvent pas abandonner notre responsabilité à la branche exécutive, au président, qu’il s’agisse d’un président démocrate ou républicain.

Et donc j’ai pris la décision – une fois que j’ai lu la résolution, parce que nous en avions eu une avant, nous l’avions renvoyée, personne ne pouvait la soutenir. Et quand ils ont rapporté la seconde, elle était encore trop vague, en 60 mots, elle disait que le président pouvait utiliser la force pour toujours, tant que cette nation, cet individu ou cette organisation était lié au 11 septembre. Je veux dire, c’était juste une abdication totale de nos responsabilités en tant que membres du Congrès. Et je savais alors que cela préparait le terrain pour des guerres éternelles, à perpétuité.
Lors d’un sermon à l’église, j’ai entendu le révérend Nathan Baxter dire : « En agissant, ne devenons pas le mal que nous déplorons. » J’ai écrit cela sur le programme, et j’étais alors assez sûre, en allant au service commémoratif, que je voterai non à 95%. Mais quand j’ai entendu le révérend, c’était 100%. Je savais que je devais voter non.
Et en fait, avant d’aller au service commémoratif, je n’allais pas y aller. J’ai parlé à Elijah Cummings. On discutait à l’arrière de la salle. Et quelque chose m’a motivé et m’a poussé à dire « Non, Elijah, j’y vais », et j’ai descendu les marches en courant. Je pense que j’étais la dernière personne dans le bus. C’était un jour sombre et pluvieux, et j’avais une canette de ginger ale dans la main. Je n’oublierai jamais ça. Et donc, c’est un peu, vous savez, ce qui a conduit à ça. Mais c’était un moment très grave pour le pays.

Et, bien sûr, j’étais assise au Capitole et j’ai dû évacuer ce matin-là avec quelques membres du Black Caucus et l’administrateur de la Small Business Administration. Et nous avons dû évacuer à 8h15, 8h30. Je ne savais pas vraiment pourquoi, à part « Sortez d’ici ». J’ai regardé en arrière, j’ai vu la fumée, et c’était le Pentagone qui avait été touché. Mais aussi dans cet avion, sur le vol 93, qui arrivait au Capitole, mon chef de cabinet, Sandré Swanson, sa cousine était Wanda Green, l’une des hôtesses de l’air du vol 93. Et donc, pendant cette semaine, bien sûr, j’ai pensé à tous ceux qui ont perdu la vie, aux communautés qui ne se sont toujours pas remises. Et ces héros du vol 93, qui ont abattu cet avion, auraient pu me sauver la vie et sauver la vie de ceux qui se trouvaient au Capitole.

AMY GOODMAN : Alors, que s’est-il passé après que vous ayez quitté l’hémicycle de la Chambre, en prononçant ce discours mémorable de deux minutes, et que vous soyez retournée à votre bureau ? Quelle a été la réaction ?

BARBARA LEE : Eh bien, je suis retournée dans le vestiaire, et tout le monde a couru pour me chercher. Et je me souviens. La plupart des membres – seulement 25 % des membres de 2001 sont actuellement en fonction, mais il y en a encore beaucoup qui servent. Ils sont revenus vers moi et, par amitié, m’ont dit : « Tu dois changer ton vote. » Ce n’était pas quelque chose comme « Qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? » ou « Tu ne sais pas que tu dois être solidaire ? » parce que c’était le discours : « Vous devez être solidaire avec le Président. On ne peut pas politiser ça. Il faut que ce soit les républicains et les démocrates. » Mais ils ne m’ont pas abordée comme ça. Ils ont dit : « Barbara » – un membre a dit : « Vous savez, vous faites un si bon travail sur le VIH et le sida. » C’était à l’époque où j’étais en train de travailler avec Bush sur le PEPFAR global et le Fonds mondial. « Vous n’allez pas gagner votre réélection. Nous avons besoin de vous ici. » Un autre membre a dit : « Ne sais-tu pas que du mal va t’arriver, Barbara ? Nous ne voulons pas que tu sois blessée. Tu sais, tu dois revenir en arrière et changer ce vote. »

Plusieurs membres sont revenus pour dire : « Vous êtes sûre ? Vous savez, vous avez voté non. Êtes-vous sûre ?  » Et puis l’une de mes bonnes amies – et elle l’a dit publiquement – la députée Lynn Woolsey, elle et moi avons discuté, et elle a dit : « Tu dois changer ton vote, Barbara. » Elle dit : « Même mon fils » – elle m’a dit que sa famille disait : « C’est un moment difficile pour le pays. Nous devons être unis, et nous allons voter. Vous devez changer votre vote. » Et ce n’est que par souci pour moi que des membres sont venus me demander de changer mon vote.
Plus tard, ma mère m’a dit (ma défunte mère) : « Ils auraient dû m’appeler », parce que je leur aurais dit à quel point tu es têtue et obstinée et qu’après avoir délibéré dans ta tête, si tu es parvenue à une décision, il en faudrait beaucoup pour te faire changer d’avis. Tu ne prends pas ces décisions facilement. » Ma mère m’a dit ça. Elle a dit, « Ils auraient dû m’appeler. Je leur aurais dit. »

Alors, je suis retournée au bureau. Et mon téléphone a commencé à sonner. Bien sûr, j’ai regardé la télévision, et il y avait, vous savez, le petit téléscripteur disant « 1 vote négatif. » Et je pense qu’un journaliste a dit : « Je me demande qui c’était. » Et puis mon nom est apparu.
Et donc, eh bien, le téléphone a commencé à exploser. Le premier appel était de mon père, Lieutenant – en fait, dans ses dernières années, il voulait que je l’appelle Colonel Tutt. Il était si fier d’être dans l’armée. Encore une fois, pendant la Seconde Guerre mondiale, il était dans le 92e bataillon, qui était le seul bataillon afro-américain en Italie, pour soutenir l’invasion de la Normandie, et plus tard, il est allé en Corée. Et c’est la première personne qui m’a appelée. Et il m’a dit, « Ne change pas ton vote. C’était le bon vote » – parce que je ne lui avais pas parlé avant. Je n’étais pas sûre. J’ai dit, « Non, je ne vais pas encore appeler papa. Je vais parler à ma mère. » Il a dit, « Vous n’envoyez pas nos troupes vers le danger. Je sais comment sont les guerres. Je sais ce que ça fait aux familles. » Il a dit, « Vous n’avez pas – vous ne savez pas où ils vont. Que faites-vous ? Comment le Congrès va-t-il les lancer sans stratégie, sans plan, sans que le Congrès ne sache au moins ce qui se passe ? C’est le bon vote. Tu t’y tiens. » Je me suis sentie très fière.

Mais les menaces de mort sont arrivées. Je ne peux même pas vous dire en détail à quel point c’est horrible. Les gens m’ont fait des choses horribles pendant cette période. Mais, comme l’a dit Maya Angelou, « And still I rise », et nous continuons à avancer. Et les lettres, les courriels et les appels téléphoniques qui étaient très hostiles et haineux et qui me traitaient de traître et disaient que j’avais commis un acte de trahison, ils sont tous au Mills College.
Mais il y avait aussi des communications très positives. Ds gens du monde entier m’ont envoyé des messages très positifs.
Et depuis lors – et je terminerai en vous racontant cette histoire; comme beaucoup d’entre vous le savent, j’ai soutenu la candidature de Kamala Harris à la présidence. J’étais donc en Caroline du Sud en tant que représentante, lors d’un grand rassemblement, avec de la sécurité partout. Et ce grand type blanc avec un petit enfant traverse la foule… – avec des larmes dans les yeux. Il s’est approché de moi, et m’a dit : « Je suis un de ceux qui vous ont envoyé une lettre de menace. J’étais l’un de ceux-là. » Et il a énuméré tout ce qu’il m’a dit. « Et je suis venu ici pour m’excuser. J’ai amené mon fils ici, parce que je voulais qu’il me vois vous dire combien je suis désolé et combien vous aviez raison, et qu’il sache que c’est un jour que j’attendais. »

Au fil des ans, beaucoup, beaucoup de gens sont venus, de différentes manières, pour dire cela. C’est ce qui m’a permis de continuer, de bien des façons, en sachant que – vous savez, grâce à Gagner sans guerre, grâce au Comité des amis, grâce à l’IPS, grâce à nos vétérans pour la paix et à tous les groupes qui ont travaillé dans tout le pays, en organisant, en mobilisant, en éduquant le public, les gens ont vraiment commencé à comprendre ce dont il s’agissait et ce que cela signifiait. Et donc, je dois simplement remercier tout le monde d’avoir fait le tour des wagons, parce que ce n’était pas facile, mais parce que vous étiez tous là, les gens viennent me voir maintenant et me disent des choses gentilles et me soutiennent avec beaucoup – vraiment, beaucoup d’amour.

AMY GOODMAN : Eh bien, membre du Congrès Lee, 20 ans plus tard, le Président Biden a retiré les troupes américaines d’Afghanistan. Il est férocement attaqué par les démocrates et les républicains pour le chaos de ces dernières semaines. Et le Congrès demande une enquête sur ce qui s’est passé. Mais pensez-vous que cette enquête devrait s’étendre à l’ensemble des 20 années de la plus longue guerre de l’histoire des États-Unis ?

BARBARA LEE : Je pense que nous avons besoin d’une enquête. Mais, tout d’abord, laissez-moi dire que j’étais l’un des rares membres qui a très tôt soutenu le président : « Vous avez pris la bonne décision. »
Je savais que si nous restions là-bas militairement pendant encore 5, 10, 15, 20 ans, nous serions probablement dans une situation pire, parce qu’il n’y a pas de solution militaire en Afghanistan, et nous ne pouvons pas construire une nation. C’est une évidence.
Nous avons beaucoup parlé de cela pendant la campagne. J’ai fait partie du comité de rédaction de la plate-forme, et vous pouvez revenir en arrière et regarder ce que Bernie et les conseillers de Biden ont proposé pour la plate-forme. C’était des promesses faites, des promesses tenues. Et il savait que c’était une décision difficile. Il a fait ce qu’il fallait.
Cela dit, oui, l’évacuation a été vraiment difficile au début, car il n’y avait pas de plan. Enfin, il me semble qu’il n’y avait pas de plan. Il y a beaucoup de trous et de lacunes que nous allons devoir découvrir.
Nous avons une responsabilité de surveillance pour découvrir, tout d’abord, ce qui s’est passé en ce qui concerne l’évacuation, même s’il est remarquable que plus de 120 000 personnes aient été évacuées. En seulement quelques semaines ? Je pense que c’est une évacuation incroyable qui a eu lieu. Il y a encore des gens là-bas, des femmes et des filles. Nous devons les sécuriser, nous assurer qu’elles sont en sécurité, et nous assurer qu’il y a un moyen d’aider à leur éducation et de faire sortir chaque Américain, chaque allié afghan. Il y a donc encore du travail à faire, ce qui va nécessiter beaucoup de diplomatie.

Enfin, permettez-moi de dire que l’inspecteur spécial pour la reconstruction de l’Afghanistan a publié des rapports à maintes reprises. Le dernier est sorti il y a deux semaines. Il dit : « Nous n’étions pas équipés pour être en Afghanistan. Il s’agit d’un rapport qui souligne les leçons apprises et vise à poser des questions aux décideurs politiques plutôt que de faire de nouvelles recommandations. » Le rapport a également constaté que le gouvernement américain « n’a pas compris le contexte afghan, notamment sur le plan social, culturel et politique. » Le SIGAR, l’inspecteur général spécial – a déclaré : « Les responsables américains avaient une compréhension médiocre de l’environnement afghan. Cette ignorance provenait souvent d’un mépris délibéré des informations qui auraient pu être disponibles. »

Des rapports ont été publiés au cours des 20 dernières années. Nous avons tenu des audiences et des forums et nous avons essayé de les rendre publics. Donc, oui, nous devons revenir en arrière et faire une analyse approfondie. Nous devons également assumer nos responsabilités en matière de surveillance, afin que cela ne se reproduise plus jamais.

AMY GOODMAN : Et enfin, qu’est-ce qui vous a donné le courage de vous opposer seule à la guerre ?

BARBARA LEE : Eh bien, je suis une personne de foi. Tout d’abord, j’ai prié. Deuxièmement, je suis une femme noire en Amérique. Et j’ai traversé beaucoup d’épreuves dans ce pays, comme toutes les femmes noires.

Ma mère – et je dois partager cette histoire, car elle a commencé à la naissance. Je suis née et j’ai grandi à El Paso, au Texas. Ma mère a dû subir une césarienne et est allée à l’hôpital. Ils n’ont pas voulu l’admettre parce qu’elle était noire. Il a fallu beaucoup de choses pour qu’elle soit finalement admise à l’hôpital. Beaucoup. Et le temps qu’elle soit admise, il était trop tard pour une césarienne. Et ils l’ont juste laissée là. Et quelqu’un l’a vue. Elle était inconsciente. Ensuite, ils l’ont juste allongée dans le hall. Ils l’ont juste mise sur un brancard et l’ont laissée là. Ils ont fini par essayer de comprendre comment ils allaient pouvoir lui sauver la vie, parce qu’elle était inconsciente. Ils ont donc dû me sortir du ventre de ma mère avec des forceps. Donc j’ai failli ne pas arriver ici. J’ai failli ne pas pouvoir respirer. Ma mère a failli mourir en me mettant au monde. Si j’ai eu le courage d’arriver ici, et que ma mère a eu le courage de me mettre au monde, je suppose que tout le reste n’est pas un problème.

Voir l’interview ici.

L'accès aux vaccins contre le Covid-19 n'est toujours pas assuré pour tous. De nombreux pays, particulièrement en Afrique, doivent affronter des difficultés d'approvisionnement. En parallèle, les pays riches jettent à gogo des doses expirées.
« La proposition politique menée par Mélenchon dépasse nettement le périmètre électoral, politique et social des partis qui la composent et a créé une nouvelle offre politique. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Mario Ríos, enseignant associé de l’Univesitat de Barcelone, publié dans le titre de presse catalan Público sous le nom « Dépasser les structures de parti, créer l'union populaire : leçons d'Andalousie et de France ».
La secrétaire d’État à l’Intérieur (Home Secretary) britannique est régulièrement décriée pour les décisions de son ministère. C’est à cette figure du gouvernement Johnson que revient la décision finale sur l’extradition ou non de Julian Assange.
Le décret avait été publié dans l'entre-deux-tours de la présidentielle : en application d'une réforme de la haute fonction publique, les deux corps historiques du ministère des Affaires étrangères devraient être progressivement supprimés. Une annonce soudaine, remise en cause par les diplomates qui s'inquiètent du devenir de la profession.
« La Banque centrale européenne est confrontée à une forte inflation dans la zone euro. Elle prévoit bientôt une hausse des taux d’intérêt auxquels elle prête aux banques qui elles-mêmes vendent du crédit ensuite. Commençons par dire que dans le contexte économique actuel, la hausse des taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation est inutile. » Nous publions ici la note de Jean-Luc Mélenchon issue de son blog dans laquelle il appelle la BCE à ne pas réhausser les taux d'intérêts.
Dans un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'organisation alerte sur le risque que fait peser l'obésité sur la population. La maladie pourrait devenir la première cause de cancers évitables, devant le tabagisme.
L’entreprise de démolition menée par les conservateurs aux États-Unis contre le droit à l’avortement se poursuit. La Cour suprême serait sur le point d’adopter un revirement de jurisprudence sur la question, une information révélée dans une fuite inédite dans l’histoire de l’institution.
À l'occasion de la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses, des millions de personnes sont descendues dans les rues partout dans le monde. Certains rassemblements ont été particulièrement mouvementés, reflétant des revendications diverses avec des sociétés toujours plus aliénantes. Petit tour du monde.

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.