dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

« Un nouveau temps politique au Pérou » par Anahi Durand

Anahi Durand, sociologue et professeur à la faculté des sciences sociales de l'Universidad Nacional Mayor de San Marcos (Lima), elle est la responsable des relations internationales de Veronika Mendoza, ancienne candidate à la présidentielle du Pérou pour le parti Peru Libre. Elle a écrit un texte pour la revue Jacobin Amérique latine, sur les enjeux de la nouvelle période ouverte par le président Pedro Castillo, qui doit prendre le pouvoir le 28 juillet. Nous l'avons traduit en français et le publions ici.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Dimanche 6 juin, les Péruviens se sont rendus aux urnes pour élire un président entre Keiko Fujimori et Pedro Castillo. Le jour des élections est arrivé dans une atmosphère polarisée. D’un côté, le fujimorisme et la droite péruvienne – avec le soutien des groupes de pouvoir – se sont présentés comme une alternative pour sauver le pays de la « menace communiste ». De l’autre côté, Castillo concentre le soutien des secteurs populaires qui, lassés de la classe politique, réclament des changements fondamentaux. 

On savait que les résultats seraient serrés ; ils l’avaient déjà été en 2016, lorsque Kuczynski avait battu Fujimori de 42 000 voix. Mais contrairement à cette époque, où deux projets de droite s’affrontaient, c’est la survie même du régime qui est en jeu. La reconnaissance de la victoire de Pedro Castillo ne serait pas quelque chose que les élites seraient prêtes à accepter facilement.

Le 15 juin, après le dépouillement de 100 % des bulletins de vote, l’Office national des processus électoraux (ONPE) a publié que Pedro Castillo avait remporté l’élection avec 50,12 % des voix contre 49,87 % pour Keiko Fujimori, soit une différence de plus de 44 000 voix. M. Castillo aurait pu être proclamé président à l’heure qu’il est, mais la contestation de milliers de voix par le Fujimorismo et les manœuvres du jury national des élections l’ont retardé. 

Le fujimorisme et ses alliés tentent d’empêcher l’inévitable : la fermeture du cycle politique néolibéral et, dans le même temps, l’ouverture d’un nouveau cycle favorable aux majorités. 

Le Pérou néolibéral et le cycle qui se termine (ou devrait se terminer)

Au début de l’année 1990, le Pérou se trouvait dans une situation de crise généralisée ; effondré par l’hyperinflation, la violence subversive et la crise politique. Le cycle de démocratisation ouvert dans les années 1960, marqué par le modèle de substitution des importations et l’expansion des droits sociaux et politiques entérinés dans la Constitution de 1979, se brisait à un rythme vertigineux. Le 5 avril 1992, l’auto-coup d’État de Fujimori, soutenu par les forces armées et les groupes de pouvoir économique, a marqué la fin de ce cycle par des moyens autoritaires. Comme au Chili en 1973, le néolibéralisme a été imposé sans aucune forme de démocratie, avec de fortes doses de discrétion pour annuler les droits et consacrer la primauté du marché. Afin de garantir la permanence des changements, le modèle a été constitutionnalisé et une nouvelle Constitution politique a été approuvée en 1993.

Le cycle néolibéral s’est imposé, profitant du recul des syndicats, des organisations populaires et des partis de gauche frappés par le conflit armé et la crise économique. Elle a consolidé un régime qui garantissait politiquement une gouvernance technocratique, qui progressait économiquement en libéralisant des secteurs stratégiques et qui imposait socialement de nouvelles significations communes et des formes de sociabilité qui exaltaient l’individualisme. Particularité péruvienne, sous la direction de Fujimori et Montesinos, une mafia corrompue a été mise en place pour contrôler les pouvoirs de l’État, garantissant la continuité et l’impunité. 

En 2000, devant l’ampleur des scandales de corruption, Alberto Fujimori est démis de ses fonctions. Mais loin d’être affaibli par la crise politique, le néolibéralisme a pris un nouveau souffle, encouragé par les prix élevés des matières premières sur le marché mondial. 

Les gouvernements élus en démocratie n’ont pas changé le régime ni démantelé les réseaux corrompus du Fujimorisme ; au contraire, ils ont renforcé le modèle d’exportation primaire, administrant l’État avec la même logique d’entreprise qui leur a apporté des bénéfices.

Dans le même temps, les défis au néolibéralisme se sont exprimés à la fois dans les conflits socio-environnementaux des communautés paysannes et des territoires indigènes confrontés à l’avancée du grand capital et dans l’arène électorale, où les options critiques ont gagné du terrain (comme Humala en 2011, bien qu’il ait rapidement trahi sa plateforme de changement, ou Verónika Mendoza en 2016).

L’hégémonie du régime néolibéral s’est détériorée avec plus de force à partir de 2018 avec les allégations de corruption liées à l’affaire Odebrecht. L’implication de l’ensemble de la classe politique dans les pots-de-vin, les soumissions et autres délits a entraîné les anciens présidents et les autorités locales et judiciaires, suscitant l’indignation des citoyens. 

La démission de Kucinzky, la réorganisation du Conseil national de la justice et la fermeture subséquente du Congrès ont fait partie d’une crise de grande ampleur au cours de laquelle presque toutes les branches du gouvernement se sont effondrées. 

Mais le néolibéralisme a survécu, soutenu par deux piliers fondamentaux : l’institution présidentielle et l’acceptation sociale. C’est la pandémie qui a donné les coups de grâce à la validité détériorée maintenue aux deux niveaux. 

Premièrement, la vacance de l’ancien président Vizcarra en novembre 2020 par un Congrès envahi par les intérêts privés a généré une réponse populaire massive dans les rues qui a empêché la consolidation d’un coup d’État, mais a placé Sagasti comme un président de transition précaire. 

Deuxièmement, la tragédie sanitaire de la pandémie (avec son corrélat dans la sphère économique) a révélé une société dévastée. 

L’abandon de l’État, la rentabilité des cliniques, le monopole de l’oxygène, la faillite des petites entreprises et les millions de travailleurs informels incapables de résister aux quarantaines ont accru la faim et la pauvreté, liquéfiant l’hégémonie sociale que le modèle maintenait.

Le régime néolibéral imposé en 1992 s’effondre sur toutes les lignes, et les résultats des élections présidentielles de 2021 vont confirmer cet épuisement.

Ce qui peut commencer : un gouvernement pour les majorités 

Pedro Castillo a gagné principalement grâce aux votes des Péruviens qui attendent un changement. 
Il s’agissait également d’un vote identitaire, moins idéologique et plus vindicatif, d’identification à l’enseignant qui gagne deux salaires minimums, qui est terrifié lorsqu’il proteste et est considéré comme inepte ou dangereux.

Il a gagné avec tout contre lui : les groupes de pouvoir économique, les médias et aussi l’intelligentsia décadente dirigée par Mario Vargas Llosa, l’ancien ennemi de Fujimori. 

Bien que Castillo ait élargi son cadre d’alliances en signant un engagement avec Verónika Mendoza, en convoquant des professionnels reconnus et en articulant un secteur libéral « anti-Fujimori », rien n’a rassuré les élites, qui ont persisté dans une croisade anticommuniste avec de fausses nouvelles, des insultes racistes et des fabrications sur la catastrophe que signifierait son gouvernement. 

Pire encore, après le décompte des voix de l’ONPE, Fujimori et ses alliés ont déployé une stratégie de coup d’État qui ignore les résultats et cherche à empêcher la proclamation présidentielle de Castillo.

Alors que le désespoir de la droite est clair face à la fermeture imminente du cycle, la question est maintenant de savoir à quoi ressemblera ce nouveau moment politique. 

On pourrait dire qu’un autre temps est déjà en train d’émerger, marqué par la trajectoire de Castillo et l’environnement dont il s’entoure. 

Contrairement à Humala, Castillo a une formation populaire, une expérience syndicale et une sensibilité de gauche, mais en même temps il est un petit agriculteur et un entrepreneur, ce qui influence le pragmatisme, les capacités de négociation et le sens de l’opportunité avec lesquels il a développé et gagné la campagne. 

Ce profil plébéien et pragmatique se manifeste également dans les milieux qui l’accompagnent et pourrait préfigurer un nouveau cabinet. 

D’un côté, il y a le cercle de gauche : Peru Libre, un parti régional de gauche qui l’a porté à la présidence et qui, avec le Nouveau Pérou et d’autres forces, devra agir en coordination pour favoriser la mise en œuvre des changements promis, notamment en économie et concernant le processus constituant. 

Mais il y a aussi des groupements -et surtout des personnes- de diverses couleurs politiques, qui avec un flair opportuniste se sont approchés du professeur en profitant des réseaux de parenté ou territoriaux. 

Ils aspirent, avec les secteurs de la droite politico-affairiste, à neutraliser la réalisation de changements substantiels et à bénéficier d’une administration présidentielle semblable aux précédentes. 

La question tourne autour des actions que Castillo pourrait entreprendre pour commencer à ouvrir un nouveau cycle, pressé qu’il est aujourd’hui par un coup d’État de la droite, par l’absence de majorité parlementaire et par la tentation centriste. 

Tout d’abord, il devra s’assurer qu’il reste au gouvernement, en convainquant ceux qui n’ont pas voté pour lui avec ceux qui l’ont fait. Cela implique le renforcement d’un premier cercle socio-politique de la gauche et des progressistes ouvert au centre qui contribuera également à modifier la corrélation des forces adverses au Congrès.

De même, elle peut devenir forte grâce à la mise en œuvre de changements concrets pour améliorer les conditions de vie de la population, en donnant la priorité à la santé et à la réactivation économique avec la création d’emplois.

Pour cela, il est essentiel d’augmenter les ressources fiscales avec des mesures telles que la nationalisation du gaz ou l’impôt sur les bénéfices miniers, qui en même temps seraient pertinentes en termes de récupération de la souveraineté et du projet national. 

Il sera également fondamental d’initier le processus constituant, en impliquant les citoyens dans une initiative de collecte de signatures pour consulter par référendum s’ils sont d’accord ou non avec une nouvelle Constitution issue d’une Assemblée Constituante. 

Le processus constituant favoriserait un grand débat national ainsi que la discussion et l’approbation de cette nouvelle Constitution, expression, espérons-le, d’une représentation plurinationale et paritaire. 

En outre, elle permettrait d’affirmer un nouveau cycle, avec un État garant des droits, de la redistribution et de la justice sociale.

Epilogue : un intermède de « monstres »

Gramsci disait que « la crise consiste précisément dans le fait que l’ancien monde n’a pas fini de mourir et que le nouveau n’a pas fini de naître », et que dans cet interrègne, des monstres émergent. 
Précisément, aujourd’hui, au Pérou, de dangereuses « monstruosités » sont à la parade. 
On remarque, par exemple, la montée de l’ultra-droite réactionnaire, raciste et violente, à l’image de Bolsonaro au Brésil ou de Vox en Espagne. Si, pour le second tour, les (néo)libéraux et les ultra-droitiers ont coïncidé en soutenant le fujimorisme, ils prennent à nouveau leurs distances. 

Keiko est usée, compliquée par ses liens avec Vladimiro Montesinos, qui est réapparu de prison en se coordonnant par téléphone pour modifier le résultat des élections. 

Face à la confusion des (néo)libéraux qui ont hypothéqué leur destin au fujimorisme, le secteur le plus renforcé est l’ultra-droite dirigée par Rafael López Aliaga, qui s’accumule dans les classes supérieures et les secteurs urbains populaires de Lima, se nourrissant du conservatisme et de la belligérance anti-gauche exacerbée pendant la campagne.

De l’autre côté, on trouve une société tendue et une atmosphère raréfiée, attisée par le fujimorisme et ses alliés.

Parallèlement aux mobilisations massives des partisans de Castillo et du Fujimorisme qui ont eu lieu pendant trois semaines consécutives, il y a eu des actions violentes de harcèlement contre les autorités électorales, des lettres appelant à un coup d’État par d’anciens militaires, des attaques contre des ronderos et des enseignants, et enfin l’agression physique contre le chef de l’ONPE. 

Dans tout cela, les médias ont joué un rôle désastreux : c’est le cas du groupe El Comercio, qui a complètement subordonné sa ligne éditoriale au fujimorisme, ou de la chaîne de télévision Willax, avec sa machinerie de fake news, de terruqueo et de diffamations.  
Les réseaux sociaux ont également fonctionné comme un bastion de la désinformation, étant fonctionnels aux matrices d’opinion imposées par les groupes de pouvoir pour délégitimer le triomphe de Castillo.

Ouvrir la voie à un processus de transformation est une tâche difficile. Le succès dépendra en grande partie de la volonté et de l’articulation des acteurs politiques au pouvoir, en gérant les alliances et les contrepoids avec d’autres secteurs démocratiques, mais surtout en visant à consolider une base politique et sociale pour soutenir et défendre ces changements. 

Dans une société comme celle du Pérou, avec des partis politiques faibles, un tissu social fragmenté et des mafias enracinées dans l’appareil public, les actions de l’État seront fondamentales pour démanteler les structures néolibérales (par exemple, dans la gestion des ressources naturelles, la réforme fiscale ou le système de retraite des AFP). Mais l’action de l’État sera insuffisante si elle se fait sur le dos des personnes qui ont voté pour le changement. Il sera donc essentiel d’impliquer les citoyens et leurs différentes organisations – qu’il s’agisse de communautés paysannes, de peuples indigènes, d’organisations de quartier, d’associations commerciales ou autres – afin qu’ils s’engagent dans la défense de leurs droits.  

Dans le même dossier

Les vidéos