dossier

Écologie populaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

l'article

Les riches détruisent la planète

Les riches ont une empreinte carbone 25 fois supérieure à celle de l'Américain moyen. Pour lutter contre le changement climatique, nous devons commencer par le capital fossile et les plus riches. Le Monde en Commun a traduit cet article paru sur le site du magazine socialiste américain Jacobin. Alors que la COP26 se termine, sans surprise, sur un bilan mou, sans contraintes ni sanctions pour les multinationales, les riches et les plus gros pollueurs de la planète, nous publions cet article efficace, qui rappelle une chose : les riches sont les principaux responsables du changement climatique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Les riches ont une empreinte carbone 25 fois supérieure à celle de l’Américain moyen. Pour lutter contre le changement climatique, nous devons commencer par le capital fossile et les plus riches. Le Monde en Commun a traduit cet article paru sur le site du magazine socialiste américain Jacobin. Alors que la COP26 se termine, sans surprise, sur un bilan mou, sans contraintes ni sanctions pour les multinationales, les riches et les plus gros pollueurs de la planète, nous publions cet article efficace, qui rappelle une chose : les riches sont les principaux responsables du changement climatique.

Par Luke Savage

Au printemps dernier, le Financial Times a publié une série utile de graphiques montrant la corrélation entre les émissions de CO2 et la répartition mondiale des richesses. Les inégalités de la crise climatique sont souvent, et à juste titre à bien des égards, conceptualisées comme des inégalités entre les pays – en particulier ceux de quelques économies industrialisées riches, à forte intensité de carbone, et les autres.

Mais, comme l’ont très clairement montré les données du FT, il existe en réalité un fossé très net et très visible entre une infime minorité de personnes extrêmement riches et tous les autres. Dans l’ensemble, les 1 % de revenus les plus élevés dans le monde sont à l’origine de 15 % des émissions, soit plus du double de la part de ceux qui se trouvent dans la moitié inférieure. Les personnes extrêmement riches n’ont fait que s’enrichir au cours des trente dernières années et, comme le montrent les données, leur empreinte carbone s’est elle aussi considérablement accrue.

Si l’on réduit cette perspective aux pays individuels, le fossé entre les classes sociales et les émissions de carbone est vraiment stupéfiant à voir. Aux États-Unis, les personnes appartenant au décile supérieur des revenus représentent à elles seules la moitié des émissions des ménages, tandis que la moitié inférieure en représente moins de 10 %. Si l’Amérique est un cas assez extrême, le même schéma de base s’applique à de nombreuses grandes économies industrialisées, ce qui montre que les clivages au sein des pays sont souvent au moins aussi importants que les clivages entre eux.

Il existe un genre périodique d’écrits sur l’environnement qui prétendent que la voie vers un avenir plus vert passe par une sorte de pénitence collective radicale. Si nous voulons vraiment sauver la planète, nous devons tous renoncer à des choses comme la consommation ininterrompue d’électricité. Il n’en reste pas moins que les personnes aisées, et surtout les plus riches, sont bien plus responsables du changement climatique que les personnes qui tondent leurs pelouses, leur servent à manger ou produisent les biens qu’ils achètent et consomment. Comme le dit très succinctement Stefan Wagstyl du Financial Times : « Presque tout ce que font les riches implique des émissions plus élevées, qu’il s’agisse de vivre dans de plus grandes maisons, de rouler dans de plus grosses voitures ou de prendre l’avion plus souvent, notamment en jet privé. La consommation de viande entre également en ligne de compte, tout comme la possession d’une piscine. Sans parler d’une maison de vacances. Ou des maisons. »

Il se pourrait bien que la lutte contre le changement climatique exige que les membres de la classe moyenne et même de la classe ouvrière des pays riches modifient leur mode de vie dans les décennies à venir. Toutefois, étant donné que les riches sont responsables de manière disproportionnée des émissions mondiales et que l’augmentation de leurs impôts fait l’objet d’un large consensus au sein de la population, il serait à la fois politiquement populaire et judicieux de mettre l’accent sur des solutions redistributives à la crise climatique.

Les riches doivent en effet devenir beaucoup moins riches si nous voulons réduire les émissions mondiales – et, si nous voulons lutter contre le changement climatique, taxer leur richesse est un impératif à la fois moral et environnemental.

Lire l’article sur le site d’origine.

Dans le même dossier

Les vidéos