Opinions

Tous les articles

Moins d'un mois. C'est le temps de campagne qu'il reste à Donald Trump et à Joe Biden pour convaincre les Américains. Christophe Deroubaix est journaliste (l'Humanité) et auteur de plusieurs livres sur les États-Unis. Un bon connaisseur, sérieux et dont nous recommandons à nos lecteurs de suivre le blog Présidentielles américaines. Pour lui, Trump "tente de se raccrocher aux branches" après sa maladie.
« Tuez-les par balle » : ces propos à l’inhumanité glaçante sont les derniers en date du président philippin Duterte à l’encontre de celles et ceux qui ne respectent pas le confinement décrété. Faut-il y voir seulement une nouvelle saillie verbale ? Malheureusement le souvenir des 30 000 meurtres extrajudiciaires commis dans le pays au cours des quatre dernières années nous apprend que cela n’est pas le cas.
Avec l’air, il n’existe pas d’élément naturel plus indispensable à la vie. Pourtant, son accès est devenu le problème numéro 1 de l’Humanité. Et l’industrie de l’eau en bouteille est au centre du problème. Productivisme, privatisation, publicité et pollution… Elle est emblématique d’un système capitaliste qui traite tout ce qui l’entoure comme une banale marchandise et ne sème rien d’autre que le chaos.
"Je suis marxiste !" Vous avez sûrement dit ou entendu dire cela. Mais c'est quoi au juste "être marxiste". L'auteur de cet article, Ramsin Canon, un activiste qui vit à Chicago, nous propose une réflexion argumentée sur le sens du mot "marxiste". Pour lui, "la seule façon de changer le monde est de comprendre les forces qui le traversent". La pensée de Karl Marx offre un outil : une grille de lecture.
Certainement l'une des analyses les plus justes. A lire absolument pour comprendre : le chercheur en géopolitique, Adlene Mohammedi, considère que le Liban ne doit plus rien attendre de l'extérieur. C'est une révolution qui pourrait lui permettre de se sortir de la crise mortelle dans laquelle son économie et sa vie politique sont plongées.
Pour Cédric Durand, la fin du libéralisme est là, sous nos yeux. L’État est de retour : c'est lui qui alloue les ressources, et décide des conditions de leurs distributions. C'est un effondrement intérieur du libéralisme, une "grande crise du capitalisme néolibéral", qui redonnent un rôle central à L’État. D'où la violence des conflits autour de ce dernier : au service de qui, de quoi ? C'est l'enjeu de la lutte.
Loin d'être utopique ou laxiste, le mouvement mondial pour désarmer la police (appelé aux États-Unis, "defund the police", "moins d'argent public pour la police"), s'appuie sur des expériences réussies. Ainsi, l'auteur de cet article, Yasmeen Serhan, journaliste à The Atlantic, décrit 3 étapes pour lutter contre les violences policières : réorganiser la police avec plus de policiers et moins d'armes, donc plus de relations avec les citoyens ; former les policiers à résoudre les conflits sans violence et contrôler de façon indépendante les policiers. Une doctrine qui pourrait parfaitement s'appliquer en France !

Par format

Par date

Par dossiers