Monde

Tous les articles

Depuis la découverte des premiers vaccins contre le coronavirus, les grandes puissances se sont livrées à une véritable course aux doses. De l'Union européenne aux États-Unis, des négociateurs se sont livrées à des tractations sans aucune transparence. Le revers de la médaille ? Les puissances les plus fragiles peinent à se procurer des vaccins. Une tribune importante qui demande que les vaccins soient un bien commun !
La question de la fonte des glaces revient régulièrement dans l'actualité. 2021 ne fait pas exception : le phénomène s'accélère à une vitesse encore plus importante que les prévisions du GIEC (le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat). Une fonte dramatique qui va avoir une incidence sur la vie de millions de personnes qui résident sur les côtes dans les années à venir.
Depuis 2006, The Economist publie chaque année son index des démocraties, un rapport d'un peu plus de 70 pages qui analyse l'état des démocraties dans le monde. L'édition 2020 est un peu particulière puisque les phénomènes étudiés le sont à travers le prisme du coronavirus. Une année particulière mais une certitude : la pandémie a entrainé ou servi de prétexte à un recul des libertés individuelles aux quatre coins de la planète. Sur une échelle de 0 à 10, le score moyen mondial est de 5,37, le pire score jamais observé. Les libertés ont ainsi reflué dans près de 70% des pays étudiés et la France est devenue une démocratie défaillante.
L'Institute for Social Research qui a pour directeur Vijay Prashad va travailler sur les différents périls qui menacent l'humanité. Dans une note originale rédigée avec Noam Chomsky, il identifie trois périls dont la catastrophe climatique. Une note utile pour voir au-delà de la crise sanitaire et penser les autres menaces qui fragilisent l'espèce humaine et la planète.
Du Liban à l'Allemagne en passant par le Portugal ou encore le Congo, les mobilisations contre les mesures imposées par les gouvernements sont de plus en plus nombreuses. Partout où la stratégie de restrictions des libertés est appliquée, sans démontrer d’efficacité face aux contaminations, la contestation explose. Les raisons qui poussent à l'action sont nombreuses : contre le confinement, la crise économique ou encore la restriction des libertés, des milliers de personnes se soulèvent tandis que les mesures qui restreignent la vie humaine, en ne permettant plus que le travail est sur le point de fêter sa première bougie, aux quatre coins de la planète. Le Monde en Commun vous propose un article inédit qui met en lumière ce désir de liberté, de rupture avec les règles de plus en plus dures à supporter, en France et ailleurs.
En juillet 2017, l'Assemblée générale de l'ONU avait adopté un Traité d'interdiction des Armes Nucléaires. Il est entré en vigueur le 22 janvier 2021. Il rend tant illégale la fabrication que la possession ou encore la dissuasion et les menaces avec cette arme. Aujourd'hui, la diplomatie d'Emmanuel Macron est à contresns de ce traité historique ratifié par cinquante pays. Une opportunité que la France aurait dû saisir. Elle est encouragée par le président du groupe de la France insoumise à l'Assemblée nationale.
Les 1000 personnes les plus riches du monde ont retrouvé leur niveau de richesse ante-crise en 9 mois tandis que les plus pauvres auront besoin de 10 ans pour se relever. La crise du coronavirus est aussi le moment d'une crise sociale sans précédent à l'échelle de la planète : de l'inégalité d'accès aux vaccins, aux hôpitaux en passant par les conséquences économiques, le virus met au jour et renforce les inégalités. Le rapport d'Oxfam est plus que nécessaire pour mettre cette situation en lumière.
Vijay Prashad et Noam Chomsky ont fait naitre de leur rencontre un texte qui prend de la hauteur sur la situation sanitaire pour revenir sur ce qui menace l'humanité en 2021. L'annihilation nucléaire, le néolibéralisme et une catastrophe climatique, voilà ce qui nous guette toutes et tous. Le Monde en Commun vous propose une traduction de ce texte précieux !
Plusieurs collectifs, associations ou syndicats se sont réunis pour signer l'appel d'une journée internationale des migrants, les migrants, réfugiés, demandeurs d’asile, demandeurs de papiers et deuxièmes générations. En pleine épidémie du coronavirus, cet appel a une résonance particulière : il s'agit de travailleurs qui ont continué à travailler sans protection, ni droits lorsque d'autres étaient confinés.

Par format

Par date

Par dossiers