l'article

Révélations du Guardian : des dirigeants manipulent les citoyens sur Facebook

Lors des élections au Honduras en août 2018, 90% des soutiens de Juan Orlando Hernández sur Facebook étaient en fait des faux comptes qui boostaient les publications du candidat, ayant ainsi une incidence sur les algorithmes, sa visibilité et la perception des citoyens du candidat. Julia Carrie Wong est journaliste. Elle a mené l'enquête et montre dans un long article comment des candidats à des élections se servent d'une faille dans Facebook pour manipuler l'opinion. Lorsque des signalements sont faits, Facebook agit peu et tard.

Cet enquête a été menée par Julia Carrie Wong, journaliste au Guardian. Elle a été publiée le 12 avril 2021.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Facebook a permis à plusieurs reprises à des dirigeants mondiaux et à des hommes politiques d’utiliser sa plateforme pour tromper le public ou harceler des opposants, bien qu’il ait été alerté de preuves de ces actes répréhensibles.

Le Guardian a consulté de nombreux documents internes montrant comment Facebook a traité plus de 30 cas, dans 25 pays, de comportements de manipulation politique détectés de manière proactive par le personnel de l’entreprise.

L’enquête montre comment Facebook a permis des abus majeurs de sa plateforme dans des pays pauvres, petits et non occidentaux afin de donner la priorité à la lutte contre les abus qui attirent l’attention des médias ou affectent les États-Unis et d’autres pays riches. L’entreprise a agi rapidement face aux manipulations politiques qui touchent des pays comme les États-Unis, Taïwan, la Corée du Sud et la Pologne, alors qu’elle a agi lentement, voire pas du tout, face aux cas de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Mongolie, du Mexique et d’une grande partie de l’Amérique latine.

« Il y a beaucoup de mal fait sur Facebook auquel on ne répond pas parce qu’il n’est pas considéré comme un risque suffisant de relations publiques pour Facebook », a déclaré Sophie Zhang, une ancienne scientifique des données chez Facebook qui a travaillé au sein de l’organisation « intégrité » de l’entreprise pour lutter contre les comportements inauthentiques. « Le coût n’est pas supporté par Facebook. Il est supporté par le monde plus large dans son ensemble. »

Facebook s’est engagé à combattre les manipulations politiques de sa plateforme soutenues par des États après le fiasco historique des élections américaines de 2016, lorsque des agents russes ont utilisé des comptes Facebook inauthentiques pour tromper et diviser les électeurs américains.

Mais l’entreprise a échoué à plusieurs reprises à prendre des mesures opportunes lorsqu’on lui a présenté des preuves de manipulation et d’abus rampants de ses outils par des dirigeants politiques du monde entier.

Vous pouvez retrouver l’enquête en intégralité sur The Guardian

En ce moment sur Le Monde en Commun

Les vidéos