dossier

En temps de coronavirus

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Sous le masque du Coronavirus

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.

Lire le texte de référence

l'article

En 2022, taxons les riches : 10 milliardaires ont ajouté 402 milliards de dollars à leur fortune en 2021

Les dix milliardaires les plus riches du monde ont ajouté environ 402 milliards de dollars à leur fortune collective en 2021, une année marquée par la poursuite des souffrances et des bouleversements économiques alimentés par la pandémie mondiale de coronavirus. Nous avons traduit cet article publié sur le site américain progressiste Common Dreams.

Jake Johnson est journaliste pour Common Dreams.

« À l’approche de 2022, les 10 individus les plus riches du monde valent tous plus de 100 milliards de dollars », note CNBC (chaîne de télévision américaine qui diffuse des nouvelles financières 24/7), citant l’indice Bloomberg Billionaires, qui suit et classe les fortunes des personnes les plus riches de la planète.

La représentante démocrate Pramila Jayapal, présidente du Caucus progressiste du Congrès (caucus qui représente la faction progressiste la plus à gauche du Parti démocrate américain), a déclaré dimanche 2 janvier 2022 que la croissance stupéfiante de la richesse des milliardaires dans un contexte d’urgence sanitaire et de crise économique mondiale devrait obliger le Congrès à corriger enfin les injustices fondamentales du système fiscal américain.

« En 2022, a déclaré Pramila Jayapal, taxons les riches et investissons dans nos communautés. »

En tête de l’indice des milliardaires à la fin de l’année 2021 se trouve Elon Musk, PDG de Tesla et SpaceX, qui a ajouté plus de 121 milliards de dollars à sa fortune l’année dernière, alors que la pandémie a pris et bouleversé des vies, plongeant des dizaines de millions de personnes dans la pauvreté et intensifiant les inégalités préexistantes. Juste derrière Musk, on trouve l’ancien PDG d’Amazon, Jeff Bezos, qui a ajouté 5 milliards de dollars à sa fortune en 2021, la portant à 195 milliards de dollars.

En novembre, le directeur du Programme alimentaire mondial (PAM) a présenté une proposition par laquelle M. Musk – aujourd’hui l’homme le plus riche du monde – et d’autres milliardaires américains pourraient faire don de seulement 0,36 % de leurs gains de richesse pandémique pour aider 42 millions de personnes confrontées à la famine.

« Les 6,6 milliards de dollars nécessaires permettraient d’aider les personnes les plus démunies de la manière suivante : un repas par jour, le minimum nécessaire pour survivre, pour un coût de 0,43 dollar par personne et par jour, en moyenne dans les 43 pays », a déclaré le PAM. « Cela permettrait de nourrir 42 millions de personnes pendant un an, et d’éviter le risque de famine. »

Les milliardaires n’ont pas suivi le PAM dans son modeste projet de sauver des millions de vies avec une fraction minuscule de leurs profits en cas de pandémie.

L’organe d’investigation ProPublica a rapporté en juin que Musk, ainsi que d’autres milliardaires américains, « a payé 0 dollar d’impôt fédéral sur le revenu » en 2018. À la fin de l’année dernière, Musk s’est attiré une large publicité pour avoir vendu une partie de ses actions Tesla, déclenchant un événement imposable important.

Mais comme l’a observé Bob Lord, membre associé de l’Institute for Policy Studies, dans un récent billet de blog, Musk « a payé des impôts en 2021 – beaucoup d’impôts – parce que c’était de loin sa meilleure option ».

« A-t-il payé plus d’impôts que tout autre Américain dans l’histoire, comme il le prétend ? Probablement », écrit Lord. « Mais il a également reçu une rémunération de plus de 20 milliards de dollars, ce qui éclipse presque certainement la rémunération de tout autre PDG de l’histoire américaine, de la part d’une entreprise dont les bénéfices ne sont pas du tout à la hauteur de ce niveau de rémunération. »

La mise à jour des chiffres sur la richesse des milliardaires intervient alors que les démocrates du Congrès s’efforcent de tracer la voie à suivre pour leur projet de loi phare sur les dépenses sociales et le climat, qui a été bloqué par le sénateur Joe Manchin, soutenu par les entreprises.

La version de la loi « Build Back Better » adoptée par la Chambre des représentants comprend une surtaxe sur les millionnaires et d’autres mesures visant à financer les investissements prévus par la loi et à réduire les inégalités incontrôlées. Selon le Washington Post, M. Manchin a récemment déclaré à la Maison Blanche de M. Biden qu’il serait prêt à soutenir « une certaine version » d’une taxe visant les milliardaires, une idée que le démocrate de Virginie occidentale a critiquée en octobre.

« Bien que les détails de ce que Manchin soutiendrait restent flous, le président de la commission des finances du Sénat, Ron Wyden (Démocrate, Oregon), a dévoilé une taxe visant la richesse accumulée des quelques 700 milliardaires américains », a noté le Post. « La mesure vise à s’attaquer aux gains massifs des Américains les plus riches au moyen d’un impôt fédéral et serait probablement sans précédent en raison du peu de personnes qu’elle toucherait… Le contrôleur non partisan du Congrès a estimé qu’elle pourrait rapporter jusqu’à 550 milliards de dollars sur 10 ans, soit payer plus d’un quart du projet de loi sur les dépenses des démocrates. »

Dans un message publié sur les réseaux sociaux le jour de l’an, les millionnaires patriotes – un groupe composé de riches partisans de la fiscalité progressive – ont prévenu que « l’histoire donne une image sombre de ce qui arrive aux sociétés extrêmement inégales ».

« Pour le bien-être des riches comme des pauvres, il est temps d’affronter les inégalités et de choisir de taxer les riches », écrit le groupe. « Si vous ne le faites pas, toutes les discussions de Davos ne changeront rien à ce qui s’en vient – ce sont les impôts ou les fourches. »

Dans le même dossier

Les vidéos