Julie Maury

Tous les articles

L’OTAN avait été déclarée en état de « mort cérébrale » par le président Macron. Le cadavre s’agite. Avec le soutien servile de la France qui accepte et subit toutes les foucades des Nord-américains et leurs conséquences négatives pour notre pays. La liste est longue et tout n’y est pas neuf. Du passé proche et lointain nous viennent au moins deux souvenirs cuisants. Depuis l’acceptation par François Hollande de l’installation des missiles anti-missiles en Pologne menaçant 75% du système de défense russe, le territoire européen est redevenu une zone de combat potentiel. L’accord de gouvernement tricolore à Berlin prévoit le maintien des bombes nucléaires américaines en Allemagne et l’aviation allemande pour les transporter. Les provocations américaines sont donc à notre débit et à notre porte. Nous publions ici cette note de blog de Jean-Luc Mélenchon.
Il y a quelques jours l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a lancé un nouveau cri d’alarme : l'Afghanistan est au bord d’une famine mettant en danger de mort au moins la moitié de sa population cet hiver. La cause première est le régime de sanctions extra-légales impulsées par le États-Unis.
Vendredi 19 novembre, un évènement historique a eu lieu en Inde : le mouvement social initié par les paysannes et les paysans indiens en août 2020 a porté ses fruits. Le Premier ministre Narendra Modi, représentant du parti hindouiste Bharatyia Janata Party (BJP, Parti du peuple indien), a retiré les trois lois de « réforme » du secteur agricole que son gouvernement avait fait adopter à la baguette en septembre 2020, par un Parlement où il jouit d’une majorité absolue. Ces « réformes » avaient pour but de déréguler le secteur primaire en supprimant le système de prix garantis par l’Etat. Elles reposaient sur le diptyque privatisation et libéralisation. Dans un pays où plus de 50% de la population travaille dans l’agriculture (pour 18% du PIB), mais où la taille moyenne des exploitations est d’un hectare, les petits paysansscraignaient de perdre leurs moyens de subsistance et leur autonomie en étant absorbé.es par les grands groupes agro-alimentaires – dont le groupe Ambani, très proche du Premier ministre dont il finance activement les campagnes électorales.
Ce dimanche 21 novembre 2021, les Vénézuéliens étaient invités à participer à des « méga-élections » régionales et municipales. Après quatre ans de boycott électoral, l’opposition s’est enfin décidée à revenir dans le giron démocratique. Soudé face à une opposition éclatée, le chavisme est arrivé largement en tête de ce scrutin. Notre collaborateur Christian Rodriguez était invité par le Conseil National Electoral en tant qu'accompagnateur international au nom de la France Insoumise. Il nous livre cet article, co-écrit avec Filip Ristic.

Par format

Par date

Par dossiers