Julie Maury

Tous les articles

Le 1er janvier 2023, Luiz Inácio Lula da Silva a pris ses fonctions de nouveau président du Brésil, plus grand pays de l'Amérique latine et dixième puissance mondiale. Après quatre années de saccage de l'Amazonie, d'explosion des inégalités, de la faim et de la violence sous Jair Bolsonaro, ancien militaire d'extrême droite élu sur un programme ultralibéral en 2018, Lula entame un troisième mandat de quatre ans (2023-2027) dans un pays polarisé, fortement endetté, où 30% des habitants sont pauvres et où la moitié de la population est frappée d'insécurité alimentaire. C'est dans ce contexte que Lula a prononcé deux discours à Brasilia le 1er janvier : un devant le congrès et un à l'extérieur, sur la place des trois pouvoirs, pour ses soutiens et les militants. Il a reçu l'écharpe présidentielle des mains de cinq personnes issues de la société brésilienne populaire : le chef indigène Raoni, un professeur, une personne handicapée, un ouvrier-métallurgiste, un cuisinier. Nous vous partageons l'analyse de ces discours par Christophe Ventura, chercheur-associé à l'IRIS, spécialiste de l'Amérique latine.
Il ne s’agit pas d’une fiction mais bien de la dure réalité, celle que le peuple péruvien traverse aujourd’hui dans une page nouvelle et inédite de son histoire. Ce pays ravagé par des conflits sociaux permanents, asphyxié par la pauvreté et l’inégalité est aujourd’hui entre les mains d’une caste politique de droite fachiste et d’une gauche dépourvue des principes élémentaires d’honnêteté, de moralité et d’éthique. Cette dernière composante politique a indéniablement trahi l’intrépide président de la République, Pedro Castillo Terrones, qui a voulu maladroitement écouter la demande d’une grande majorité de la population de son pays, celle de dissoudre le Congrès de la république.
Alexey Sakhnin, Elizabeta Smirnova et Andreï Roudoï sont membres de la coalition "Socialistes contre la guerre", créée en mars dernier. Opposants à Poutine et à la guerre, ils ont dû fuir leur pays et sont arrivés en France le 25 octobre 2022. Ils ont été accueillis par Jean-Luc Mélenchon et des dizaines de députés LFI et NUPES à l'Assemblée nationale. Depuis, ils poursuivent leurs activités politiques. Andreï Roudoï est blogueur politique et youtubeur, Alexey Sakhnin et Elizabeta Smirnova sont les auteurs de cet article, que nous avons traduit pour le site du Monde en Commun.
Luciano Antônio da Silva est un colonel retraité de la police militaire de l'État d'Alagoas et l'un des coordinateurs du mouvement Poliçais Antifascistes do Brasil. Pour ceux qui ne le connaissent pas, le colonel Luciano est un militant exceptionnel de la lutte pour la démocratisation de la sécurité publique et un membre du secteur de la sécurité publique du Parti des travailleurs (PT). Il a accordé un entretien le 29 novembre 2022 à Petista, le média du PT. Nous vous en proposons la traduction ci-dessous.
La beauté polychromatique et pluriculturelle du pays a oscillé entre lumière et obscurité. Les meilleurs moments et les plus lumineux ont peut-être été les périodes de Lula et les plus sombres les dictatures et l'héritier historique de toutes ces périodes : Jair Bolsonaro.
Le 15 Novembre dernier l’ONU a estimé que la population mondiale a atteint les huit milliards d’individus. Une fois de plus, pour quelque jours, l’attention est demandée pour le plus grand bouleversement en cours dans l’histoire humaine depuis a peine plus qu’un demi-siècle. Le nombre des humains a explosé sous les yeux d’une génération. La mienne. Il y avait 2,5 milliards d’habitants au milieu du XXe siècle, quand je suis né. Depuis la fin de 2011, nous étions plus de 7 milliards. Les femmes et les hommes de ma génération ont donc été contemporain de presque deux doublements successifs de la population totale de la planète. Aucune génération auparavant n’avait connu cela. Nous publions cette note de blog de Jean-Luc Mélenchon, ainsi que sa traduction en espagnol, juste en dessous.
Les élections aux États-Unis montrent un pays placé sous haute tension d’extrême droite. Car même quand ils sont battus, les trumpistes finissent à un très haut niveau électoral. En un sens, c’est un alignement sur le reste du monde. Face à cette poussée, les « Démocrates » ne font pas un rempart convaincant. Les politiques de la « gauche » d’accompagnement mettent en danger toute la démocratie en abandonnant à l’extrême droite la critique du système. Tel est le risque que les « Démocrates » américains ont une fois de plus assumé. La gauche de rupture sauve les meubles. Pour autant, la perspective générale c’est que le temps états-unien s’achève. Mais, sur place, les voies de la suite semblent bien confuses. Notre intérêt serait qu’existe une vraie « gauche » agissant à visage découvert et capable d’organiser concrètement une alternative politique. C’est à ce prix seulement que les États-Unis nous aideraient à la rupture nécessaire avec le désordre établi que ce pays impose à notre monde.
Plusieurs ex-présidents de l’Amérique latine appellent à construire une "Amérique latine intégrée, non alignée et pacifique qui retrouvera son prestige international et sera capable de surmonter l'invisibilité dans laquelle nous nous trouvons", par l'intermédiaire d'une organisation intergouvernementale qui existe déjà : l'UNASUR. Nous avons traduit en français des passages de ce document qui nous semble bien traduire la volonté des pays d'Amérique du sud de générer un nouvel élan transformateur dans la région, suite aux récentes élections qui ont permis à des dirigeants de la gauche populaire d'accéder au pouvoir.

Par format

Par date

Par dossiers

Partagez !

Marina Mesure

Syndicalisme international

Marina Mesure is a specialist of social issues. She has worked for several years with organizations defending workers’ rights such as the European Federation of Building and Wood Workers.

She has campaigned against child labor with the International Labor Organization, against social dumping and the criminalization of unionism. As a famous figure in the international trade union world, she considers that the principle of “equal work, equal pay « remain revolutionary: between women and men, between posted and domestic workers, between foreigners and nationals ».

Marina Mesure, especialista en asuntos sociales, ha trabajado durante varios años con organizaciones de derechos de los trabajadores como la Federación Europea de Trabajadores de la Construcción y la Madera.

Llevo varias campañas contra el trabajo infantil con la Organización Internacional del Trabajo, contra el dumping social, y la criminalización del sindicalismo. Es una figura reconocida en el mundo sindical internacional. Considera que el principio de « igual trabajo, igual salario » sigue siendo revolucionario: entre mujeres y hombres, entre trabajadores desplazados y domésticos, entre extranjeros y nacionales « .

Spécialiste des questions sociales, Marina Mesure travaille depuis plusieurs années auprès d’organisations de défense des droits des travailleurs comme la Fédération Européenne des travailleurs du Bâtiment et du Bois.

Elle a mené des campagnes contre le travail des enfants avec l’Organisation internationale du travail, contre le dumping social, la criminalisation du syndicalisme. Figure reconnue dans le monde syndical international, elle considère que le principe de « travail égal, salaire égal » est toujours aussi révolutionnaire : entre les femmes et les hommes, entre les travailleurs détachés et domestiques, entre étrangers et nationaux ».

Sophia Chikirou

Directrice de la publication

Sophia Chikirou is the publisher of Le Monde en commun. Columnist, director of a documentary on the lawfare, she also founded several media such as Le Média TV and the web radio Les Jours Heureux.

Communications advisor and political activist, she has worked and campaigned in several countries. From Ecuador to Spain, via the United States, Mexico, Colombia, but also Mauritania, she has intervened with progressive and humanist movements during presidential or legislative campaigns.

In 2007, she published Ma France laïque (La Martinière Editions).

Sophia Chikirou es directora de la publicación de Le Monde en commun. Columnista, directora de un documental sobre el lawfare, también fundó varios medios de comunicación tal como Le Média TV y la radio web Les Jours Heureux.

Asesora de comunicacion y activista política, ha trabajado y realizado campañas en varios países. Desde Ecuador hasta España, pasando por Estados Unidos, México, Colombia, pero también Mauritania, intervino con movimientos progresistas y humanistas durante campañas presidenciales o legislativas.

En 2007, publicó Ma France laïque por Edicion La Martinière.

Sophia Chikirou est directrice de la publication du Monde en commun. Editorialiste, réalisatrice d’un documentaire sur le lawfare, elle a aussi fondé plusieurs médias comme Le Média TV et la web radio Les Jours Heureux.

Conseillère en communication et militante politique, elle a exercé et milité dans plusieurs pays. De l’Equateur à l’Espagne, en passant par les Etats-Unis, le Mexique, la Colombie, mais aussi la Mauritanie, elle est intervenue auprès de mouvements progressistes et humanistes lors de campagnes présidentielles ou législatives.

En 2007, elle publiait Ma France laïque aux éditions La Martinière.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.