dossier

En temps de coronavirus

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Sous le masque du Coronavirus

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.

Lire le texte de référence

l'article

Retour sur la stratégie épidémiologique suédoise…

Nils Anders Tegnell est haut fonctionnaire et médecin suédois. Il est l'acteur de la stratégie suédoise pour lutter contre le coronavirus, en tant qu'épidémiologiste en chef. Sa stratégie, défendue par le gouvernement s'appuyait sur le respect des gestes barrières sans pour autant imposer le confinement. Une stratégie qui a été scrutée mais toujours défendue par l'Agence de sécurité publique suédoise.

Cet article a été rédigé par Jon Miltimore sur le site de la Foundation for Economic education le 26 mars 2021

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

En 2020, peu de gens ont été autant exposés aux critiques qu’Anders Tegnell, le plus grand épidémiologiste suédois.

Mais l’homme qui a forgé l’approche de laissez-faire de la Suède face au COVID-19 au début de la pandémie dit que de nouvelles données internationales révèlent la dure vérité sur les fermetures gouvernementales.

« Je pense que les gens vont probablement réfléchir très attentivement à ces fermetures totales, à leur utilité réelle », a déclaré Tegnell à Reuters dans une interview récente. « Ils ont peut-être eu un effet à court terme, mais quand on regarde tout au long de la pandémie, on devient de plus en plus dubitatif ».

Tegnell faisait référence à des données publiées par Reuters qui montrent que la Suède, qui a évité les mesures de confinement strictes adoptées par la plupart des nations du monde, a connu une augmentation de son taux de mortalité plus faible que la plupart des pays européens en 2020.

Vous pouvez lire l’article en intégralité sur Fee

Dans le même dossier

Les vidéos