dossier

En temps de coronavirus

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Sous le masque du Coronavirus

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.

Lire le texte de référence

l'article

La France, une démocratie défaillante

Depuis 2006, The Economist publie chaque année son index des démocraties, un rapport d'un peu plus de 70 pages qui analyse l'état des démocraties dans le monde. L'édition 2020 est un peu particulière puisque les phénomènes étudiés le sont à travers le prisme du coronavirus. Une année particulière mais une certitude : la pandémie a entrainé ou servi de prétexte à un recul des libertés individuelles aux quatre coins de la planète. Sur une échelle de 0 à 10, le score moyen mondial est de 5,37, le pire score jamais observé. Les libertés ont ainsi reflué dans près de 70% des pays étudiés et la France est devenue une démocratie défaillante.

Cette analyse a été publiée le mercredi 3 février 2021. Elle a été réalisée par l'unité de recherche en intelligence de The Economist

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

En 2020, deux pays d’Europe occidentale – la France et le Portugal – se sont éloignés de la « pleine démocratie » à celle de la « démocratie défectueuse ». Treize pays de la région sont désormais classés comme « démocraties à part entière » (contre 15 en 2019) et sept comme « démocraties défectueuses », contre cinq en 2019. Seuls trois pays ont amélioré leur score en 2020 (l’Italie, la Turquie et le Royaume-Uni) et 18 ont enregistré une baisse. Les changements les plus significatifs à la baisse ont été enregistrés dans la catégorie des libertés civiles, pour laquelle le score global a fortement diminué, et dans le fonctionnement de la catégorie gouvernement. Aucun pays n’a enregistré de l’augmentation de son score global en matière de libertés civiles, car les mesures de verrouillage et de distanciation sociale utilisées pour lutter la pandémie de coronavirus a réduit les libertés individuelles. Néanmoins, les pays d’Europe occidentale représente sept des dix premières places du classement mondial de la démocratie, dont les trois premières places, occupées par la Norvège, l’Islande et la Suède. Les pays nordiques sont les rois du classement, avec la Finlande et le Danemark siège en sixième et septième position.

Vous pouvez retrouver le rapport complet sur The Economist

Dans le même dossier

Les vidéos