dossier

En temps de coronavirus

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Sous le masque du Coronavirus

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.

Lire le texte de référence

l'article

💉 Covid 19 : le pari russe de la Hongrie

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La Hongrie a jeté son dévolu sur le vaccin russe, sans passer par le feu vert de l’Union Européenne. Tandis que cette dernière multiplie les contrats pour obtenir des doses avec les plus grands laboratoires pharmaceutiques, la Hongrie est le seul pays à choisir la Russie.

Pour autant, le vaccin russe n’a toujours pas bénéficié de l’autorisation de mise sur le marché délivrée par l’Union Européenne.

Cette annonce génère des décisions mitigées sur le territoire hongrois, pays où la population est parmi les plus mitigées à se faire vacciner en Europe.

Dans le même dossier

Les vidéos