dossier

En temps de coronavirus

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Sous le masque du Coronavirus

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.

Lire le texte de référence

l'article

🔴 Corée du Sud : quand la pandémie sert de prétexte à faire reculer les droits

En Corée du Sud, au moment où le Parlement entame les discussions pour réviser la loi sur les syndicats, les autorités de Séoul ont annoncé que les rassemblements seraient limités à 10 personnes. La police a par ailleurs installé des barricades devant le Parlement ce matin.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La Corée du Sud connaît depuis la seconde moitié du mois d’octobre 2020 une nouvelle phase dans l’épidémie du coronavirus. Cette nouvelle phase pourrait s’apparenter à la troisième vague de la Covid-19. Face à celle-ci, le gouvernement prend des mesures particulièrement restrictives mais pas nécessairement cohérentes. S’il est toujours possible de travailler, les rassemblements ont soudainement été restreints.

Les restrictions supplémentaires et soudaines sont dénoncés par les syndicats coréens qui jugent absurdes d’interdire de rassembler 10 personnes alors que toutes les usines fonctionnent toujours avec des milliers d’ouvriers obligés de se présenter au travail. 

Sur les piquets de grève on peut lire dans l’ordre « résistez à la régression du droit du travail interdisant totalement l’action collective sur le lieu de travail ! », « prolonger la durée maximale de la convention collective à 3 ans signifie régression des conditions de travail ! » ou encore « stop à une nouvelle loi interdisant les actions revendicatives sur le lieu de travail ! ».

La Corée du Sud a en effet décidé dimanche 22 novembre de réhausser  le niveau de ses mesures de distanciation sociale à 2 pour la zone métropolitaine de Séoul et à 1,5 pour la région de Honam. Ces mesures demeureront jusqu’au 7 décembre. « Les restaurants sont autorisés à servir de la nourriture jusqu’à 21h et, après cette heure, seuls les achats à emporter et les livraisons sont permis. En ce qui concerne les cafés, il est interdit de manger ou boire en intérieur et seuls les achats à emporter et les livraisons sont autorisés » indique l’Agence de presse de Yonhap.

Les syndicats déplorent la portée liberticide de ces mesures soudaines notamment parce qu’elles entravent les actions collectives dans un pays où plusieurs conflits sociaux sont en cours. Les travailleurs de General Motors sont par exemple actuellement en lutte pour demander la fin du gel des salaires qui remonte à l’année 2018.

Dans le même dossier

Les vidéos