Soudan

Tous les articles

Une femme violée par 20 hommes le 31 décembre 2020 et depuis, il n'y a pas de réaction. Les Soudanaises s'organisent pour dénoncer les violences sexuelles, les féminicides qu'elles subissent. Avec un hasthag (#itsnotokay), pour libérer la parole à propos des crimes sexuels et des rassemblements. Une omerta qui se brise dans un pays où le viol n'est toujours pas reconnu comme un crime à part entière voire qu'il est perçu comme un déshonneur par les familles de la victime.
Il y a maintenant deux ans débutait la révolution populaire soudanaise. Elle mettait fin à trente années de dictature. Des manifestations contre la vie chère (le prix du pain, l'inflation ou encore la pénurie d'aliments), une soif de liberté suivies d'une dure répression qui a entrainé la mort de manifestants et une vague dégagiste contre le président génocidaire Omar el-Bechir dans le cadre de la guerre civile au Darfour (2003).

Par format

Par date

Par dossiers