dossier

La révolution citoyenne

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

l'article

Il y a deux ans, le peuple soudanais se libérait du dictateur Omar el-Bechir

Il y a maintenant deux ans débutait la révolution populaire soudanaise. Elle mettait fin à trente années de dictature. Des manifestations contre la vie chère (le prix du pain, l'inflation ou encore la pénurie d'aliments), une soif de liberté suivies d'une dure répression qui a entrainé la mort de manifestants et une vague dégagiste contre le président génocidaire Omar el-Bechir dans le cadre de la guerre civile au Darfour (2003).

Cette analyse a été publiée sur le site de RFI, le 19 décembre 2020

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

On dit au Soudan que c’est une poignée de lycéens d’Atbara qui a tout déclenché. Au début de ce mois de décembre 2018, le plat de lentilles qui leur servait de déjeuner était devenu inabordable pour eux. L’inflation était hors de contrôle et il n’y avait plus d’argent liquide dans les banques. Quelques manifestations avaient déjà eu lieu dans la ville depuis septembre, rassemblant essentiellement des pères de famille démunis.

La colère sur des feuilles de papier

Alors, le 13 décembre, quelques gamins ont écrit, eux aussi, leur colère sur des feuilles de papier et se sont postés à un carrefour. Poursuivis par les tout-puissants services de renseignements, ils se sont vite dispersés, mais leur acte a été répété ailleurs. Les jours suivants, de timides rassemblement se métamorphosant en cortèges prudents, à Damazine, dans le sud, à Port-Soudan, à l’est – classes populaires et moyennes – ont à leur tour crié leur exaspération.

Mais le 19 décembre, le prix du pain a été soudainement triplé. Alors à Atbara, fief des syndicats de gauche et des cheminots soudanais, les mécontents étaient enfin nombreux dans la rue. Armés de bâtons, ils ont mis le feu au siège du parti d’el-Béchir, aux cris de « paix, justice et liberté », ce slogan qui allait devenir celui de la révolution.

Vous pouvez lire l’article en intégralité sur le site de RFI

Dans le même dossier

Les vidéos