Laura

Tous les articles

L'organisation altermondialiste CADTM est un réseau international qui défend la souveraineté des peuples, l’égalité et la justice sociale à travers l’annulation des dettes publiques et l’abandon des politiques d’ajustement structurel ou d’austérités imposées par les Institutions financières internationales en complicité avec les gouvernements. L'organisation s'est récemment exprimée sur le cas du Liban via une analyse que nous partageons aujourd'hui sur Le Monde en Commun.
Une centaine de cadres et de dirigeants de l'opposition, dont 23 parlementaires, graciés par Nicolas Maduro. Les choses s'accélèrent au Venezuela à trois mois d'élections législatives (6 décembre) auxquelles une partie de l'opposition a décidé de participer et une autre - dont Juan Guaido soutenu par Washington et l'Union européenne-, non.
L'association Carta Academica qui réunit des académiques Belges fait la démonstration dans Le Soir de l'absurdité des classements mondiaux d'universités. Selon l'association, ces classements et leur médiatisation dépouillée d'analyse critique mettent en péril l'avenir de l'université.
Des dizaines de milliers de Mauriciens en colère ont défilé dans la capitale le 28 août 2020. Du jamais vu depuis plusieurs décennies. Ce surgissement populaire fait suite au désastre écologique causé par le naufrage du vraquier japonais « Wakashio » au début du mois d’août.
Le Monde en commun vous propose régulièrement des articles issus de sa veille sur le Lawfare, cette judiciarisation du politique que l'on a vu émerger ces dernières années en remplacement de la technique éprouvée du coup d'État. Enrique Santiago Romero, député de Unidas Podemos, revient sur les différents cas de Lawfare qui ont été tentés contre Podemos en Espagne, alors que le parti issus des Indignés participe à la première coalition gouvernementale de gauche depuis la fin de la dictature espagnole.
Pays le plus vulnérable du continent américain, Haïti est frappé par le covid-19 alors que la population est en prise avec les cyclones, une pauvreté généralisée, un gouvernement gangréné par la corruption et totalement décrédibilisé. Les derniers mots de Georges Floyd sont devenus sur les réseaux sociaux haïtiens un cri d’alerte : « Ayiti paka respire », Haïti ne peut pas respirer.

Par format

Par date

Par dossiers