Auteurs

Tous les articles

Des manifestations ont eu lieu à Paris, Strasbourg et Lyon, les 2 et 3 septembre 2023 pour protester contre l’isolement carcéral imposé au leader kurde Abdullah Öcalan, fondateur du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et emprisonné depuis 1999 dans la prison insulaire turque d’Imrali, en mer de Marmara, et détenu au secret depuis deux ans et demi. Cet isolement carcéral total imposé à Öcalan s’inscrit dans une campagne de génocide à l’encontre du peuple kurde. Emmanuel Fernandes, député LFI-NUPES et membre de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, a pris la parole devant le Palais de l'Europe à Strasbourg le 3 septembre pour exiger la libération d'Ocalan. Voici son discours.
Le 6 août, jour de commémoration du bombardement atomique d’Hiroshima, Ersilia Soudais, Députée LFI-NUPES vice-présidente du groupe d’amitié France-Japon à l’Assemblée Nationale, a participé au congrès international contre les bombes atomiques et à hydrogène. Elle nous rappelle dans cet article les failles persistantes dans la prise de conscience de l’ampleur de cette tragédie, qui a ouvert une nouvelle ère marquée par la capacité de l’humanité à se détruire elle-même.
Au Niger, comme auparavant au Mali et au Burkina Faso, les auteurs du coup d’État militaire font de la colère antifrançaise leur principal argument de légitimité. Les coups de menton du président Macron, et l’ornière d’une « stratégie » engagée il y a dix ans sans aucun projet partagé avec les peuples concernés ont été les principaux atouts des adversaires déclarés de notre pays.
« L’entente entre deux dirigeants politiques qui sont tous les deux marqués par des violences autoritaires, comme votre Premier ministre et notre Président, ne suffit pas à exprimer la relation entre nos deux pays ». C’est ainsi que Jean-Luc Mélenchon a entamé l’échange en visioconférence, dont nous publions ici quelques extraits, avec Vijoo Krishnan, Secrétaire général du All India Kisan Sabha, une des principales organisations de paysans indiens forte de 16 millions de membres, et Revati Laul, journaliste connue notamment pour ses enquêtes sur les pogroms visant les minorités religieuses en Inde.
Le congrès Zemski est composé de députés russes indépendants progressistes opposés à la guerre de Poutine en Ukraine. Ils se sont organisés collectivement au niveau national suite aux élections régionales de 2019. Dernière représentation démocratique légitime du peuple russe, ils sont pourchassés dans leur pays et une partie d'entre eux est exilée à l'étranger. Sergei Tsukasov, élu du peuple russe à Moscou de 2017 à 2022 (district d’Ostankino), est l'un des membres fondateurs du Congrès Zemski. Samedi 20 mai 2023, ce congrès a organisé sa troisième conférence en présence d'une cinquantaine de députés indépendants. Au vu des circonstances actuelles, de la guerre et des députés réfugiés dans près d'une dizaine de pays différents, le fait que cette réunion ait eu lieu est un exploit. Ils sont la voix du peuple russe qui portent les principes d'indépendance, de liberté, de non-violence et de justice, à l'international : en effet, le député LFI-NUPES Arnaud Le Gall a reçu le 17 mai 2023 à l'Assemblée nationale une partie de ces opposants : parmi eux, Sergei Tsukasov et Alexey Sakhnin, dont l'appel à la paix avait été diffusé lors du meeting pour la paix de Jean-Luc Mélenchon à Lyon, dans le cadre de la campagne présidentielle française de 2022. Leur engagement, qui les a contraints à l’exil, force le respect. Dans cette note traduite par nos équipes, Sergei nous explique l'importance du congrès Zemski.
La police sénégalaise a une nouvelle fois interpellé hier le principal opposant, Ousmane Sonko. Elle a brutalement interrompu la marche pacifique nommée « caravane de la liberté », suivie par des foules immenses, organisée par Sonko. Cette marche était une réponse au réquisitoire de 10 ans d’emprisonnement (verdict attendu le 1er juin) annoncé par le procureur la semaine dernière, dans le cadre d’un très controversé procès pour « viol » qui a toutes les apparences du Lawfare. Comble du cynisme, les autorités ont justifié l’interruption de cette marche par la mort d’un jeune manifestant… vraisemblablement tué par la police.
Dimanche 14 mai les Thaïlandais ont placé en tête le Move Forward Party (MFP, « aller de l’avant ») en tête des élections législatives. Ce parti progressiste a intensément subi le lawfare du gouvernement de la junte militaire : dissolutions, cofondateurs et anciens leaders rendus inéligibles, rassemblements interdits, interférences électorales et pilonnage médiatique. Le chef de file actuel du MFP, Pita Limjaroenrat (qui a succédé à Piyabutr Saengkanokkul, se prépare à devenir Premier ministre dans le cadre d’une coalition. Mais dans un système politique toujours en partie verrouillé par les militaires et l’institution monarchique, y parviendra-t-il ?
Azat Miftakhov, jeune doctorant en mathématiques à l’université de Moscou et militant anarchiste, a été emprisonné par les forces de sécurité russes en 2019, sans raison claire. Il devrait être libéré en septembre, mais le FSB est en train de monter un dossier pour faire de lui un « terroriste », qualification qui a d’abord visé les Tchétchènes et qui englobe dorénavant tous les opposants à Vladimir Poutine. Avec la guerre d’Ukraine, ces pratiques, qui visent à faire taire toutes les voix qui s’élèveraient contre Poutine et son régime mafieux, se généralisent. Des universitaires, intellectuels, militants politiques, syndicalistes, citoyens et élus du monde entier ajoutent leur voix à celles déjà exprimées depuis 2019, pour demander la libération d’Azat. Nous relayons cet appel, signé par Jean-Luc Mélenchon, sur le Monde en Commun.

Par format

Par date

Par dossiers

Partagez !

Marina Mesure

Syndicalisme international

Marina Mesure is a specialist of social issues. She has worked for several years with organizations defending workers’ rights such as the European Federation of Building and Wood Workers.

She has campaigned against child labor with the International Labor Organization, against social dumping and the criminalization of unionism. As a famous figure in the international trade union world, she considers that the principle of “equal work, equal pay « remain revolutionary: between women and men, between posted and domestic workers, between foreigners and nationals ».

Marina Mesure, especialista en asuntos sociales, ha trabajado durante varios años con organizaciones de derechos de los trabajadores como la Federación Europea de Trabajadores de la Construcción y la Madera.

Llevo varias campañas contra el trabajo infantil con la Organización Internacional del Trabajo, contra el dumping social, y la criminalización del sindicalismo. Es una figura reconocida en el mundo sindical internacional. Considera que el principio de « igual trabajo, igual salario » sigue siendo revolucionario: entre mujeres y hombres, entre trabajadores desplazados y domésticos, entre extranjeros y nacionales « .

Spécialiste des questions sociales, Marina Mesure travaille depuis plusieurs années auprès d’organisations de défense des droits des travailleurs comme la Fédération Européenne des travailleurs du Bâtiment et du Bois.

Elle a mené des campagnes contre le travail des enfants avec l’Organisation internationale du travail, contre le dumping social, la criminalisation du syndicalisme. Figure reconnue dans le monde syndical international, elle considère que le principe de « travail égal, salaire égal » est toujours aussi révolutionnaire : entre les femmes et les hommes, entre les travailleurs détachés et domestiques, entre étrangers et nationaux ».

Sophia Chikirou

Directrice de la publication

Sophia Chikirou is the publisher of Le Monde en commun. Columnist, director of a documentary on the lawfare, she also founded several media such as Le Média TV and the web radio Les Jours Heureux.

Communications advisor and political activist, she has worked and campaigned in several countries. From Ecuador to Spain, via the United States, Mexico, Colombia, but also Mauritania, she has intervened with progressive and humanist movements during presidential or legislative campaigns.

In 2007, she published Ma France laïque (La Martinière Editions).

Sophia Chikirou es directora de la publicación de Le Monde en commun. Columnista, directora de un documental sobre el lawfare, también fundó varios medios de comunicación tal como Le Média TV y la radio web Les Jours Heureux.

Asesora de comunicacion y activista política, ha trabajado y realizado campañas en varios países. Desde Ecuador hasta España, pasando por Estados Unidos, México, Colombia, pero también Mauritania, intervino con movimientos progresistas y humanistas durante campañas presidenciales o legislativas.

En 2007, publicó Ma France laïque por Edicion La Martinière.

Sophia Chikirou est directrice de la publication du Monde en commun. Editorialiste, réalisatrice d’un documentaire sur le lawfare, elle a aussi fondé plusieurs médias comme Le Média TV et la web radio Les Jours Heureux.

Conseillère en communication et militante politique, elle a exercé et milité dans plusieurs pays. De l’Equateur à l’Espagne, en passant par les Etats-Unis, le Mexique, la Colombie, mais aussi la Mauritanie, elle est intervenue auprès de mouvements progressistes et humanistes lors de campagnes présidentielles ou législatives.

En 2007, elle publiait Ma France laïque aux éditions La Martinière.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.