dossier

En temps de coronavirus

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Sous le masque du Coronavirus

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.

Lire le texte de référence

l'article

Au Danemark, le peuple lutte contre une loi incroyablement liberticide

Le gouvernement danois semble tenter de faire entrer dans le droit commun ce qui correspond à des mesures exceptionnelles incroyablement coercitives. La population manifeste depuis le début du mois d'octobre contre ces mesures. Quand la pandémie sert de prétexte à normaliser l'impensable...

Cet article a été publié par la rédaction de The Local, le 13 novembre 2020

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Outre l’application de mesures de quarantaine, la loi existante habilite les autorités à interdire l’accès aux institutions publiques, aux supermarchés et aux magasins, aux maisons de retraite et aux hôpitaux publics et privés, et à imposer des restrictions à l’accès aux transports publics.

Parmi les cas récents où la loi d’urgence a été utilisée par le gouvernement pour mettre en œuvre des règles, citons le verrouillage partiel du Jutland du Nord et le renforcement des restrictions nationales, notamment les limites de rassemblement et l’utilisation obligatoire de masques faciaux, annoncé en octobre.

La loi d’urgence (et temporaire) de mars doit maintenant être remplacée par une nouvelle loi plus permanente, qui garantirait également des dispositions permettant aux gouvernements de répondre aux futures épidémies et pandémies.

La fin de la période d’audition pour la nouvelle loi signifie que les autres parties et le public ont pu étudier la loi proposée et faire part de leurs propres préoccupations, de sorte que la version finale de la loi proposée pourrait être différente de celle qui est actuellement en circulation.

Vous pouvez lire l’article dans son intégralité sur The Local

« 9 jours de manifestations contre une nouvelle loi qui permettrait de définir les groupes de personnes qui doivent être vaccinés. Les personnes qui refusent ce qui précède peuvent être contraintes par la détention physique, avec la police autorisée à aider »
« Danemark : protestations contre une nouvelle loi qui permettrait de définir les groupes de personnes qui doivent être vaccinées. Les personnes qui refusent ce qui précède peuvent être contraintes par la détention physique, la police étant autorisée à aider »

Dans le même dossier

Les vidéos