dossier

En temps de coronavirus

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Sous le masque du Coronavirus

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.

Lire le texte de référence

l'article

Algérie : Abdelmadjid Tebboune va-t-il réapparaître ?

Les Algériens sont maintenant sans nouvelle de leur président Abdelmadjid Tebboune depuis le 24 octobre 2020. Dans un communiqué du 30 novembre 2020, la présidence annonce qu'il sera de retour dans les prochains jours. Une vacance du pouvoir qui n'est pas sans rappeler la situation sous Abdelaziz Bouteflika, lorsque celui-ci était au pouvoir dans le coma.

Cet article a été publié par Isabelle Labeyrie, journaliste à Radio France, sur le site de France TV Info, le 30 novembre 2020

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Abdelmadjid Tebboune a disparu. Depuis le 24 octobre précisément, date à laquelle le président algérien, 75 ans, gros fumeur, annonce sur Twitter qu’il se met « volontairement à l’isolement » après avoir été en contact avec des membres du gouvernement testés positifs au coronavirus.

D’abord admis dans un hôpital militaire à Alger, très vite il s’envole vers « l‘un des plus grands établissements spécialisés » d’Allemagne (à Cologne, selon les médias algériens), pour des « examens médicaux approfondis ». La communication officielle est minimaliste, six communiqués expéditifs et parfois contradictoires. Son état de santé « n’inspire aucune inquiétude », selon la présidence.

Lire la suite de l’article sur France TV Info

Dans le même dossier

Les vidéos