100 millions de travailleurs de plus dans la pauvreté dans le monde

Le rapport annuel de l’Organisation internationale du travail (OIT) publié le 2 juin montre que la crise sanitaire, sociale et économique a plongé 100 millions de travailleurs supplémentaires dans la pauvreté, à cause de la chute des heures de travail et de la suppression d’emplois décents. 

Et c’est loin d’être fini, l’emploi ne devant retrouver son niveau « d’avant pandémie » qu’en 2023. Selon les prévisions de l’OIT, le chômage mondial devrait s’élever à 205 millions de personnes en 2022, dépassant largement le niveau de 187 millions en 2019. 

La chute de l’emploi et des heures travaillées s’est traduite par une forte baisse des revenus, et donc par une augmentation de la pauvreté. Le rapport stipule que par rapport à 2019, 108 millions de travailleurs supplémentaires dans le monde sont désormais classés comme pauvres ou extrêmement pauvres (ce qui signifie que les travailleurs et leur famille vivent avec 3,20 dollars par personne par jour). 

Selon Guy Ryder, le directeur général de l’OIT, la reprise mondiale de l’emploi devrait s’accélérer au second semestre 2021, à condition que la pandémie ne s’aggrave pas, mais que le processus de « guérison » est susceptible d’être « à la fois incomplet et inégal. Incomplet car les dommages causés ne seront pas entièrement réparés d’ici à la fin de 2022. Nous aurons toujours un manque d’emplois important. Inégal car ce sont les pays riches qui sont les mieux placés, parce qu’ils ont des vaccins et des moyens fiscaux pour se remettre. Donc le danger est une reprise économique à deux vitesses. Les pays à hauts revenus s’en sortiront plutôt bien, mais peut-être que les pays à faibles revenus, désavantagés partout sur le marché du travail, seront laissés pour compte. Nous avons besoin d’une autre option. Une relance centrée sur l’humain, ce qui empêchera cela de se produire ».

Le rapport montre que la crise du Covid-19 a aggravé les inégalités pré existantes en frappant plus durement encore les travailleurs vulnérables. Le manque généralisé de protection sociale a eu des conséquences catastrophiques sur les revenus et les moyens de subsistances des familles. Les femmes notamment, dont beaucoup ont dû quitter leur emploi pour s’occuper des enfants qui n’allaient pas à l’école. Les jeunes ont également subi de plein fouet les conséquences économiques de la crise sanitaire : « À l’échelle mondiale, l’emploi des jeunes a chuté de 8,7 % en 2020, contre 3,7 % pour les adultes, la baisse la plus prononcée étant observée dans les pays à revenu intermédiaire. Les conséquences de ce retard et de la perturbation de l’expérience précoce des jeunes sur le marché du travail pourraient durer des années. » 

Le rapport présente également une stratégie de relance structurée autour de 4 principes :  promouvoir une croissance économique généralisée et la création d’emplois productifs ; soutenir les revenus des ménages et les transitions vers le marché du travail; renforcer les fondements institutionnels nécessaires à une croissance et un développement économiques inclusifs, durables et résilients ; et en utilisant le dialogue social pour développer des stratégies de rétablissement centrées sur l’humain.

Guy Ryder insite : « Il n’y aura pas de vraie reprise sans un retour des bons emplois. » 

« Dans la nuit d'avril où Emmanuel Macron remporte sa réélection, tout le monde remarque l'atmosphère étrange et feutrée qui semble l'entourer. » Hugh Schofield exprime l’échec que constitue ces élections pour le pouvoir en place dans cet article publié par la BBC sous le titre « Emmanuel Macron, un dirigeant coupé net dans sa lancée et très affaibli ».
« Le gouvernement français, centriste, tente désespérément d'éviter la paralysie politique après avoir perdu sa majorité à l'Assemblée nationale. » Ce constat, c’est celui de Paul Kirby au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives. Écrivant pour la BBC, il estime que c’est l’incertitude qui domine les résultats. L’article a été publié sous le titre original « Élections en France : incertitude politique suite à l’effondrement du parti de Macron ».
Les autorités britannique ont décidé d'accepter la demande d'extradition émise par les États-Unis et visant Julian Assange. Une décision qui ne surprend pas, le Royaume-Uni ne souhaitant pas affecter ses bonnes relations outre-Atlantique.
« Macron est resté concentré sur l'extrême droite pendant une bonne partie de son mandat. Il a, à chaque occasion, cherché à en neutraliser la menace. D’un côté il a priorisé certains des thèmes de prédilection de l’extrême droite. De l’autre, il s’est présenté comme le seul rempart possible contre elle. » Cole Strangler offre ici son analyse sur le second tour des législatives françaises qui aura lieu ce dimanche. Son article a été publié dans le New York Times, nous vous en proposons la traduction.
« Jean-Luc Mélenchon est une figure de la gauche radicale française. Il est à la tête d’une alliance qui vise à empêcher Macron de contrôler son gouvernement. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Paul Kirby, publié par la BBC, qui récapitule la position de la NUPES et son ambition à ces législatives. Il a été publié sous le titre « Élections en France : qui est Mélenchon et que défend la NUPES ? ».
Les acteurs du conflit qui frappe depuis plus de 7 années le sol yéménite se sont accordés sur une nouvelle extension du cessez-le-feu mis en œuvre en avril. L'espoir d'une sortie de la guerre par le dialogue est permis.
Le sommet des Amériques a ouvert ses portes en début de semaine jusqu'à vendredi. L'occasion de discussions bilatérales sur plusieurs thématiques dont la lutte contre les flux migratoires. Mais ce dialogue a des limites : les États-Unis se sont opposés à la venue de plusieurs pays.
« La gauche française a souffert. Elle a dans sa chair électorale les multiples doutes propres à une puissance qui continue d'exister, mais qui n'est plus l'empire d'autrefois. » Ces propos sont ceux d'Oriol Junqueras, leader indépendantiste de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) qui s'exprime dans un tribune de elDiario.es sur la Nupes. Ce texte a été publié sous le titre original « Une France de gauches ? Le défi de Mélenchon contre l'indigestion impériale. »
« La Colombie s’est rendue aux urnes il y a une semaine pour rejeter la politique d'extrême droite d'Iván Duque et d’Álvaro Uribe et pour affirmer que la population colombienne est beaucoup plus progressiste que ce que voudraient faire croire les politiciens actuels. » Nous vous proposons la traduction de cet article de Luciana Cadahia, philosophe, et Tamara Ospina Posse, politologue, qui décryptent la percée de la gauche au cours de ces dernières années.
La journée mondiale sans tabac a été l'occasion pour le Mexique d'adopter des mesures inédites dans la lutte contre le tabagisme. Il devient le premier pays d'Amérique latine à interdite la cigarette électronique au nom de la santé publique.

Abonnez-vous !

Vous pouvez vous inscrire et recevoir la newsletter du Monde en Commun.