dossier

En temps de coronavirus

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

Sous le masque du Coronavirus

Les épidémies sont de vieilles compagnes de l’Histoire humaine. Elles ont toutes été le résultat de la mondialisation, c’est-à-dire du fait que, si loin que l’on remonte dans le temps, les êtres humains se sont toujours déplacés et ils ont donc transporté avec eux d’un endroit vers l’autre les microbes auxquels ils avaient eux-mêmes survécu. On connaît le terrible impact des maladies transportées par les conquistadors sur le monde des Indiens d’Amérique. Il explique aussi comment les populations nomades de tous les continents ont pu être exterminées par les sédentaires survivants des maladies qu’ils avaient contractées.

Lire le texte de référence

l'article

Le président bolivien réclame la levée des brevets sur les vaccins contre le coronavirus

Luis Arce, le Président bolivien issu du MAS (mouvement d’Evo Morales), élu en novembre 2020 dès le premier tour, recevait à La Paz le 27ème sommet ibéro-américain des chefs d’Etat et de gouvernement.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Il a soulevé la proposition bolivienne que les Big Pharma (industrie pharmaceutique transnationale) lèvent les brevets sur les vaccins contre le coronavirus. Ce sont 22 pays représentés à ce sommet qui échangent sur l’avenir de la pandémie sur le continent. 

À cette occasion, M. Arce a relevé l’inégalité dans la distribution des doses et a mentionné que les pays riches ont acheté plus de la moitié de l’approvisionnement mondial en vaccins, alors qu’ils ne représentent que 16 % de la population mondiale. 

Il a demandé que la science médicale soit au service de l’être humain, sans aucune forme de discrimination, et que l’accès aux vaccins soit considéré comme un droit humain. 

« Les puissantes transnationales pharmaceutiques, qui détiennent des brevets sur les diagnostics, les médicaments et les vaccins, devraient les libérer et les mettre dans le domaine public ou délivrer des autorisations volontaires sans frais afin de permettre un accès réel à toutes les nations sans exception »

Luis Arce

Dans ce contexte, il a appelé à une réforme des normes internationales relatives aux droits de propriété intellectuelle qui protègent « l’industrie pharmaceutique hégémonique aux dépens de milliards d’êtres humains ». 

Dans le même dossier

Les vidéos