dossier

Contre le lawfare

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

l'article

Victoire : Leila de Lima est libre !

La sénatrice Leila de Lima a été arrêtée le 24 février 2017. Elle était inculpée pour des infractions en lien avec les stupéfiants. Elle faisait partie des voix les plus fortes dans l'opposition au gouvernement de Rodrigo Duterte. La sénatrice avait obtenu le soutien de la communauté internationale, dont celui du député insoumis Jean-Luc Mélenchon. Considérée comme une prisonnière politique, nombre de voix de sont élevées pour exprimer leur soulagement suite à sa libération, le 18 février 2021.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La sénatrice Leila de Lima a été arrêtée le 24 février 2017. Elle était inculpée pour des infractions en lien avec les stupéfiants. Elle faisait partie des voix les plus fortes dans l’opposition au gouvernement de Rodrigo Duterte. L’ancienne ministre de la justice a passé quatre années en détention.

« Son emprisonnement depuis 4 ans est l’un des cas les plus emblématiques d’instrumentalisation politique de la justice pour faire taire les oppositions. Nous avons organisé sur place le premier forum mondial contre le lawfare. La main levée et ouverte est le symbole de la campagne internationale pour exiger la libération de Leïla de Lima» a indiqué Jean-Luc Mélenchon sur Instagram.

Les trois chefs d’inculpation dont elle faisait l’objet initialement au titre de la Loi de 2002 relative aux drogues dangereuses pour trafic de stupéfiants, infraction excluant toute possibilité de libération sous caution, ont été requalifiés en « collusion » en vue d’un trafic de stupéfiants, infraction qui exclut également toute libération sous caution. Si elle est déclarée coupable, elle risque la réclusion à perpétuité. En se fondant sur les déclarations de personnes condamnées pour des infractions liées aux stupéfiants, le ministère public a affirmé que la sénatrice Leila de Lima entretenait des liens avec des réseaux de trafiquants et permettait la prolifération des drogues dans la prison nationale de Bilibid. Celle-ci a toujours nié ces accusations, les qualifiant de manœuvres du président et de ses alliés politiques visant à la discréditer et à la faire taire.

Article en soutien à Leile de Lima publié par Amnesty International

Cet emprisonnement constitue un exemple de tentative de faire taire l’opposition politique en instrumentalisant la justice. Avant son arrestation en 2017, Duterte l’avait humiliée publiquement à plusieurs reprises, en invoquant notamment dans les médias des questions de mœurs et avait également recommandé qu’elle se pende. Son emprisonnement jugé infondé par beaucoup d’observateurs a en fait marqué l’intensification de la violence à son égard.

Son acquittement constitue aujourd’hui une victoire !

Dans le même dossier

Les vidéos