dossier

La Paix

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

Une journaliste abattue en Cisjordanie

Shireen Abu Akleh, journaliste phare d'Al-Jazeera, a été abattue d'une balle dans la tête alors qu'elle couvrait des assauts menés par l'armée israélienne dans la ville palestinienne de Jénine. Les journalistes présents sur place évoquent un tir volontaire de Tsahal.

Nouvelle escalade de la violence en Cisjordanie où une journaliste d’Al-Jazeera de premier plan a perdu la vie. Shireen Abu Akleh aurait été tuée par l’armée israélienne qui menait une opération militaire au camp de réfugiés de Jénine, abattue de « sang-froid » d’après le témoignage des journalistes qui l’accompagnaient sur place. Un journaliste de l’AFP a ainsi pu affirmer qu’elle a été la victime de tirs de Tsahal, l’autre nom donné à l’armée de défense d’Israël. Touchée d’une balle à la tête, elle a été transportée de toute urgence à l’hôpital de Jénine où elle a été déclarée morte à son arrivée. Son métier était clairement identifiable, portant ainsi un gilet pare-balles siglé « PRESSE ». Grand reporter pour le groupe d’information qatari Al-Jazeera, c’est une figure incontournable du média qui vient de décéder.

Abu Akleh était en effet l’incarnation du conflit israélo-palestinien pour des millions de personnes regardant la chaîne Al-Jazeera en arabe. Elle couvrait depuis plusieurs décennies l’actualité de cette région du monde pour le média qatari où elle était arrivée en 1997. Elle suivait les soubresauts qui touchaient une Cisjordanie sous l’occupation du voisin israélien. Elle était également la commentatrice attitrée de la vie politique mouvementée en Israël. Al-Jazeera a ainsi dénoncé l’assassinat d’une figure qui a ouvert la voie à toute une nouvelle génération de journalistes. Ses collègues de travail saluent la mémoire d’une grande professionnelle qui savait prendre des risques mesurés sur le terrain.

Les réactions internationales n’ont également pas tardé. Reporters sans frontières (RSF) mais également l’Union européenne et les États-Unis réclament la mise en place d’une enquête permettant d’éclaircir les circonstances de la mort de la journaliste. Si l’administration Biden pousse pour une enquête « transparente », RSF insiste sur la nécessité qu’une telle démarche soit internationale, s’opposant à l’enquête militaire déclenchée par les autorités israéliennes. L’ONG considère en effet qu’Israël ne peut être à la fois mis en cause et se charger des investigations, y compris dans le cadre d’une collaboration avec l’autorité palestinienne (qui a d’ailleurs refusé une telle coopération). En France, une enquête internationale est également réclamée par les journalistes présents aux Assises internationales du journalisme de Tours.

Dans le même dossier

Les vidéos