dossier

Contre le lawfare

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

l'article

Lula dénonce le harcèlement judiciaire qui continue

Le lawfare contre Lula ne cesse pas. De la judiciarisation du droit à la création de pièces, en passant par des campagnes menées dans les médias, la guerre à l'encontre de l'ancien président brésilien continue de faire rage. Nous vous proposons la traduction de la préface d'un ouvrage qui porte sur le lawfare. Cette préface inédite a été rédigée par Luiz Inácio Lula da Silva.

Lula Da Silva a été président de la République fédérative du Brésil du 1er janvier 2003 au 31 décembre 2010. Le texte est basé sur le prologue du livre Lawfare, manuel des étapes de base pour démolir le droit pénal écrit (Bienvenidxs al Lawfare ! Manual para destruir al derecho penal) par E. Raúl Zaffaroni, Cristina Caamaño et Valeria Vegh Weis.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

« Aujourd’hui, je suis en liberté, mais je ne suis pas libre. Mes droits politiques continuent d’être restreints, avant même que l’appel que j’ai interjeté devant la Cour supérieure ne soit jugé. »

La répression par la judiciarisation des affaires politiques ou lawfare est un phénomène qui, bien qu’il soit mondial, se développe de manière systémique et avec une fréquence importante en Amérique latine. Elle implique le recours au pouvoir judiciaire, en particulier dans le domaine de l’application du droit pénal, pour s’immiscer dans la vie politique. C’est une véritable guerre légale à des fins illégitimes, comme l’ont dit mes avocats en 2016. Les élites de notre région et les défenseurs des intérêts du capital financier international, qui luttent depuis des décennies contre les politiques sociales visant à éradiquer la pauvreté et à réduire les profondes inégalités sociales, ont fait passer la corruption dans la catégorie du « mal universel », en la désignant comme l’origine et la cause de tous les maux. Bien sûr, personne n’approuve les dirigeants corrompus.

La lutte contre la corruption n’est que le prétexte que ces secteurs utilisent pour attaquer les gouvernements légitimement élus par le vote populaire.

La cour est devenue l’arène où les vaincus aux urnes cherchent à imposer leurs intérêts sur la souveraineté du peuple. Ainsi, certains secteurs du pouvoir judiciaire et les différents organes du système judiciaire, avec le soutien opportun des médias hégémoniques, se sont tournés vers l’attaque des gouvernements populaires soucieux de défendre les intérêts nationaux. Leur objectif est de criminaliser et de détruire la politique, en essayant d’installer dans la société l’idée que tous les hommes politiques sont corrompus. Comme la destruction physique de l’adversaire n’est plus adéquate en ces temps, ce que l’on souhaite, c’est sa mort juridique et politique.

Sous prétexte de lutter contre la corruption, ils dérogent au principe juridique de la procédure régulière et les garanties constitutionnelles des accusés. Tous les cas qui se sont produits dans différents pays de notre région montrent toujours la même méthode : une partie de la presse, politiquement impliquée, créé un fait et le diffuse largement (un mensonge mille fois répété finit par devenir la « vérité »). En s’appuyant exclusivement sur cette nouvelle fabriquée, la police judiciaire ouvre une enquête. Le ministère public part à la recherche d’éléments pouvant formellement étayer l’accusation ; dans les cas où aucune preuve n’est disponible, même ainsi, l’accusation est souvent déposée, ce qui s’est produit au Brésil, sous l’affirmation « je n’ai pas de preuve, mais j’ai la conviction ». 

Il suffit ensuite « d’identifier certains juges qui sont prêts à collaborer », soit parce que la possibilité de devenir célèbres leur est offerte, soit parce qu’ils y voient un avantage personnel concret. La vie privée et l’intimité de l’accusé sont exposées quotidiennement sur la base de ces soi-disant vazamentos (fuites d’informations), terme sous lequel est camouflée l’opération consistant à sélectionner intelligemment un ou plusieurs faits et à les transmettre avec toute intention aux « collègues » des médias, en particulier de la télévision.

 Face à l’impossibilité de prouver ce qui ne s’est pas passé, les écoutes téléphoniques illégales, les citations à comparaître et l’emprisonnement préventif des accusés et de leurs familles sont utilisés comme mécanismes pour parvenir à la « dénonciation récompensée » du « repenti » (c’est le nom donné dans les pays hispanophones à ceux qui « sont capables d’inventer n’importe quelle situation pour obtenir un avantage »), pour qui le « prix » est la liberté elle-même et, au moins au Brésil, la possibilité de conserver une bonne partie du produit du crime avoué. 

Ainsi, l’aveu de « l’informateur », même sans la moindre preuve, est condamné dans un procès de preuves et, si le fait dont il est accusé n’est pas prouvé, on fait appel à la catégorie bizarre de « fait indéterminé ». Le cirque est complété par la condamnation qui sera confirmée par un tribunal tout aussi partial et attaché aux intérêts politiques et économiques des classes dominantes.

C’est ainsi que les conditions légales sont assurées pour que l’ennemi soit mis en prison et ne puisse pas intervenir dans la vie politique. Les grands médias, avec la télévision au premier plan, sont chargés de diffuser sans cesse la décision de justice, prêts à donner une légitimité à un processus absolument fallacieux.

L’ennemi étant écarté de l’arène politique, la voie est ouverte pour l’élection d’hommes et de femmes de gouvernement qui sont soumis aux intérêts du marché et qui ne veulent pas protéger la population, surtout les plus pauvres. 

La souveraineté nationale est violée par la vente de grandes entreprises publiques, qui sont toujours vendues aux enchères à des valeurs bien inférieures à celles qu’elles possèdent réellement, dans des opérations qui révèlent un fort mépris pour l’environnement et pour tant d’autres droits fondamentaux de la population.

Au Brésil, ils ont tenté d’imposer la mort politique et juridique. J’ai été victime de cette machination qui est analysée ici : sur la base d’une fausse nouvelle publiée dans un journal, j’ai été enquêté, poursuivi et condamné pour la soi-disant opération Lava Jato, qui condense le pire du système judiciaire brésilien. 

Aujourd’hui, personne ne doute que des secteurs de la police fédérale et du ministère public fédéral, sous les ordres d’un juge notoirement partial et avide d’autopromotion, ont formé une organisation guidée par l’objectif d’annuler mes droits politiques, m’empêchant ainsi d’être à nouveau candidat à la présidence de la République et assurant au Parti des travailleurs son cinquième mandat consécutif. Avec une rapidité jamais vue auparavant dans la conduite d’autres procès, la Cour fédérale régionale a confirmé la sentence, respectant ainsi la promesse publique faite par son président que l’affaire serait jugée avant les élections.

Ils n’ont pas tenu compte de ma résistance. Ils n’ont pas tenu compte du soutien inconditionnel que m’ont apporté les mouvements sociaux, les travailleurs et toutes ces personnes qui, de différentes régions du pays, se sont rassemblées devant le bâtiment de la police fédérale où l’émouvante Vigile Lula Livre a été emprisonnée. Ils n’ont pas tenu compte de la réaction remarquable de la communauté politique et juridique internationale. Et au lieu de quitter le Brésil, comme ils l’ont même suggéré, j’ai décidé d’aller en prison et, de là, de faire face à ceux qui m’ont lâchement accusé sans preuves. Ce n’est pas en vain, car au moins une des plus grandes conquêtes des sociétés civilisées, et que notre Constitution fédérale garantit, a déjà été rétablie par le Tribunal fédéral : la présomption d’innocence. Une mesure qui a mis fin à mon emprisonnement injuste, déterminé avant que la cour supérieure ne se prononce sur l’appel présenté pour ma défense. 

Aujourd’hui, je suis en liberté, mais je ne suis pas libre. Mes droits politiques continuent d’être restreints, avant même que l’appel que j’ai interjeté devant la cour supérieure ne soit jugé.

Dans mon cas, comme dans beaucoup d’autres, la « vraie loi pénale » a été déformée pour donner naissance à la « loi pénale honteuse », qui sert à transformer le pouvoir judiciaire en un instrument de persécution politique de tous ceux qui, dans notre chère Amérique latine, élèvent la voix et les armes pour défendre ceux qui ont été abandonnés à leur propre sort, en se dressant contre les puissants représentants du capital financier international et les dirigeants servile au dieu du marché.

Dans le même dossier

Les vidéos