dossier

Contre le lawfare

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

l'article

Législateurs et personnalités du monde entier réclament la libération de Julian Assange

Depuis l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche, les demandes de libération de Julian Assange se multiplient. Le 17 avril 2021 lors d’un rendez-vous international organisé à travers une vidéo-conférence autour du fondateur de Wikileaks, différentes personnalités ont exigé sa libération. Parmi elle : le président du Sénat argentin Jorge Taiana, le prix Nobel de la paix Adolfo Pérez Esquivel, l’ancien ministre grec de l’économie Yanis Varufakis et l’ancien chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

C’est au cours d’un symposium « Free Assange » organisé simultanément dans différentes régions du monde que l’appel a été prononcé. L’avocate d’origine sud-africaine Stella Moris, partenaire d’Assange et mère de leurs deux enfants a également participé à la conférence. Elle a demandé à l’administration américaine de Joe Biden de renoncer à la demande d’extradition contre le cyber-activiste, et a également rappelé que le précédent gouvernement d’Obama avait gracié Chelsea Manning, ancien analyste militaire qui avait divulgué des documents classifiés sur les actions militaires de Washington en Afghanistan et en Irak. 

Les demandes de libération d’Assange se multiplient 

La campagne pour la libération d’Assange a gagné en force après l’arrivée de Biden à la maison blanche. En février dernier, plusieurs ONG associées à la défense de la liberté de la presse et des droits civils, dont Reporters sans frontières, Amnesty International (USA) et le Knight First Amendment Institute de l’Université de Columbia ont demandé au ministère de la Justice d’abandonner les poursuites.

C’est dans ce cadre que s’est tenu le Symposium des parlementaires internationaux, coordonné par le législateur Richard Burgon, membre travailliste de la Chambre des communes, et animé par le journaliste Tim Dawson, de l’Union nationale des journalistes de Grande Bretagne et d’Irlande. 

« Nous devons construire un mouvement de parlementaires à travers le monde pour dire à l’administration Biden de mettre fin à la persécution contre Julian Assange », a exhorté Burgon lors de l’ouverture de la conférence, avant que chaque participant ne s’exprime, en appelant leurs pairs de différentes régions du monde à participer et faire pression sur les gouvernements des Etats-Unis et d’Angleterre. 

Assange reste détenu dans une prison à sécurité maximale à Belmarsh, dans le sud-est de Londres, après qu’une demande d’extradition des États-Unis a été rejetée par un juge britannique.

Retrouvez la totalité de l’article ici

Dans le même dossier

Les vidéos