dossier

Contre le lawfare

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

l'article

Le juge Moro avoue que Lava Jato était un projet politique visant à combattre le Parti des Travailleurs

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

L’ancien juge Sergio Moro, déclaré partial et suspect par la Cour suprême fédérale, a finalement avoué que Lava Jato était une opération visant à combattre le Parti des travailleurs, et non pas la corruption.

Il a fait ses aveux dans une interview accordée le 30 janvier 2021 à une station de radio du Mato Grosso : « Comment pouvons-nous défendre un tel gouvernement ? Avec des gens affamés jusqu’à la queue des os, un gouvernement qui a été négligent avec les vaccins, un gouvernement qui offense les gens, un gouvernement qui a démantelé la lutte contre la corruption. Tout ça par peur de quoi ? Du PT ? Non. Il y a des gens qui ont combattu le PT dans l’histoire d’une manière bien plus efficace, bien plus efficiente. Par exemple Lava Jato », a déclaré Moro dans l’interview.

Pour faire tomber le Parti des travailleurs, Moro a corrompu le système judiciaire, comme l’a reconnu la Cour suprême du Brésil, et a détruit 4,4 millions d’emplois, créant ainsi les conditions du coup d’État contre l’ancienne présidente Dilma Rousseff.

Après avoir démantelé des entreprises de construction comme OAS et Odebrecht, Moro a arrêté l’ancien président Lula pour faire élire Jair Bolsonaro, dont il était ministre, puis il est allé travailler pour la société de conseil américaine Alvarez & Marsal, qui a pris en charge le redressement judiciaire de ces entreprises et a continué à vivre comme un homme riche aux États-Unis. En raison du conflit d’intérêts, les paiements d’Alvarez & Marsal à Moro feront l’objet d’une enquête de l’UCT.

Source : radio Capital FM Matto Grosso Brésil, le 30/12/2021

Dans le même dossier

Les vidéos