dossier

Contre le lawfare

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

l'article

Jeffrey Sterling : « Le procès d’Assange ne sera pas impartial »

Jeffrey Sterling est un ancien agent de la CIA, lanceur d'alerte, et diplômé de la faculté de droit de l'université de Washington. Il a exprimé ses doutes quant au respect des protocoles de sécurité lors de l'opération Merlin contre l'Iran. Ses propos n'ont pas été suivis d'effets et il a été poursuivi par la CIA. Au regard de son expérience, Sterling énonce les risques auxquels Julian Assange serait confronté s'il était extradé. Une interview intéressante pour penser la question des lanceurs d'alerte.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Vous avez écrit un article détaillé pour The Dissenter dans lequel vous dénoncez l’utilisation de votre cas par le gouvernement américain comme moyen de renforcer ses tentatives d’extradition de Julian Assange. Pouvez-vous décrire votre point de vue sur les poursuites engagées par le gouvernement américain contre Julian Assange ? Pourquoi avez-vous jugé nécessaire d’écrire cet article ?

Jeffrey Sterling : Il y a, bien sûr, la crainte que Julian Assange soit condamné à une peine de prison se comptant en centaines d’années. Le ministère public américain et [le ministère public britannique], je crois, utilisaient mon cas comme référence pour le type de peine qu’il recevrait, s’il était reconnu coupable. J’ai trouvé cela odieux. Utiliser une parodie de justice comme exemple de l’équité à laquelle Julian serait confronté devant un tribunal américain est absolument ridicule.

Julian Assange fait face à 17 chefs d’accusation pour avoir violé la Loi sur l’espionnage. Cette loi n’a jamais, dans son histoire, été dirigée contre un journaliste ou un éditeur.
Une chose que [l’avocat du gouvernement américain] n’a pas mentionnée [lorsqu’il a cité mon cas comme preuve qu’Assange ne risque pas une longue peine de prison], c’est que le seul moment de mon procès où l’accusation était absolument livide, c’est lorsque le juge ne m’a condamné « qu’à » quarante-deux mois – et j’ai mis une réserve autour de « qu’à ». Les procureurs voulaient une peine bien plus longue que cela, et ils ont commodément omis cet aspect dans leurs témoignages devant les tribunaux britanniques. J’ai estimé qu’il était nécessaire de m’exprimer car, en ne connaissant qu’un seul aspect de l’histoire, on peut avoir l’impression que « Oh, tout ira bien pour Julian s’il est dans une prison américaine » ou que « le système judiciaire américain sera juste envers Julian ». Quand ils ont utilisé mon nom, j’ai dû agir pour réfuter leurs affirmations et apporter un peu de vérité à ce qu’ils disent.

Que répondez-vous à la conclusion de la juge de district Vanessa Baraitser selon laquelle, si Julian Assange était extradé vers les États-Unis, il pourrait s’attendre à faire face à un jury impartial, où il pourrait se défendre contre les accusations d’Espionage Act, dans le district Est de la Virginie ?

Jeffrey Sterling : Je pense que la seule façon dont cette juge a pu arriver à cette évaluation est qu’elle portait des œillères, des lunettes roses, pour ne regarder les choses que de la façon dont elles sont présentées. Ce n’est absolument pas le cas. Julian fera face à la même cour qui m’a injustement condamné. Il n’aura pas un jury impartial.

Le groupe de jurés qu’ils vont sélectionner dans le district Est de la Virginie est composé d’individus qui ont tous un lien quelconque – famille, expérience personnelle – avec la communauté du renseignement ou l’appareil militaire. Et ils sont familiers avec les habilitations de sécurité. Cela crée donc déjà un parti pris, car ces personnes ne voudront pas faire quoi que ce soit qui puisse les faire mal paraître, au moment de leur évaluation de sécurité. Ces personnes ne savent rien de Julian Assange, si ce n’est ce que nos politiciens et nos procureurs disent depuis des années et des années – qu’il est un terroriste, pour la plupart.

Un autre aspect essentiel est qu’il y a certains droits constitutionnels qui auraient dû m’être garantis pendant mon procès – faire face à toutes les preuves, et comprendre et avoir tous les arguments de l’accusation présentés devant moi. Or, cela n’a pas été le cas. M. Assange ne bénéficiera d’aucune garantie de protection constitutionnelle s’il est jugé dans le district oriental de Virginie.

Vous pouvez lire l’entretien en intégralité sur Jacobin

Dans le même dossier

Les vidéos