dossier

Contre le lawfare

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr 

l'article

Des audiences bâclées, contraires au droit : le lawfare continue contre Julian Assange

Dans un long article, Fidel Narváez revient sur les journées d'audience concernant l'extradition possible de Julian Assange vers les Etats-Unis. Au programme : rien ne s'est passé comme auraient dû se dérouler des audiences normales. Impossibilité d'écouter, couacs dans les retransmissions, l'institution judiciaire continue à saper la défense de Julain Assange. Où cette folie s'arrêtera-t-elle ?

Cet article a été rédigé par Fidel Narváez sur The Gray Zone. L'article a été publié le 12 octobre 2020.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Fidel Narváez a été consul de l’Équateur au Royaume-Uni de 2010 à juillet 2018. Il a aidé à obtenir l’asile politique pour Julian Assange, et a régulièrement communiqué avec l’éditeur de WikiLeaks lorsqu’il était bloqué à l’ambassade de Londres.

A l’issue des audiences qui visent à extrader le journaliste Julian Assange vers les Etats-Unis, le 1er octobre, son équipe de défense aurait dû se sentir triomphante. Car avec plus de 30 témoins et témoignages, pendant tout le mois de septembre, ils ont donné une raclée à l’accusation représentant les États-Unis.

Si l’affaire à Londres était jugée uniquement sur la base de la justice, comme cela devrait être le cas dans un État de droit, cette bataille aurait été gagnée par Assange.

Mais ce « procès du siècle » est avant tout un procès politique, et il reste le sentiment que la décision a été prise à l’avance, indépendamment de la loi. Le tribunal a débuté le 7 septembre avec des centaines de manifestants à l’extérieur, contrairement aux restrictions que le tribunal a imposées à l’intérieur – dans ce qui est le cas le plus important contre la liberté d’expression de toute une génération.

Il n’a autorisé l’entrée que de cinq personnes sur la liste des « membres de la famille » et de cinq personnes du public, qui ont été placées dans une pièce adjacente, où elles ont à peine pu suivre la transmission vidéo.

La juge Vanessa Baraitser, qui supervise l’affaire, a, sans raison convaincante, coupé l’accès au flux vidéo qui avait été précédemment autorisé à près de 40 organisations de défense des droits de l’homme et observateurs internationaux, dont Amnesty International, Reporters sans frontières et PEN International.

Chaque jour, à partir de 5 heures du matin, des militants désintéressés faisaient la queue pour que des observateurs comme Reporters sans frontières, par exemple, puissent entrer et prendre l’une des cinq places disponibles. Grâce à eux, et aux membres de la famille d’Assange, j’ai pu assister à la majorité des audiences au tribunal.

Julian lui-même a également été réveillé, tous les jours, à 5 heures du matin et, nu et menotté, soumis à des inspections humiliantes et à des scanners à rayons X, avant d’être mis dans une voiture de police et de traverser la circulation londonienne pendant plus d’une heure et demie.

« Lisez le récit de #FidelNarvaez sur l’affaire #Assange, soyez très, très en colère et organisez-vous pour résister ! »

Lire la suite de l’article sur The Gray Zone

Dans le même dossier

Les vidéos