Revue de presse

Nous sélectionnons des tribunes, interviews, articles et autres contributions écrites en français, anglais ou espagnol. Nous espérons rendre accessibles au plus grand nombre ces contenus grâce à leur traduction par les volontaires.

We select tribunes, interviews, articles and contributions written in french, english or spanish. We hope to make them accessible to the many thanks to our volunteer team of translators.

Seleccionamos artículos de opinión, entrevistas y otras contribuciones escritas en francés, inglés o español. Algunos son publicados por primera vez en El Mundo en Común, y otros que queremos compartir con nuestros lectores, vienen de blogs o medios.

L'enseignant rural Pedro Castillo, est le prochain président du Pérou, après un second tour serré qui n’est pas exempt de demandes de recomptage des voix et d'allégations de fraude par la candidate d'extrême droite Keiko Fujimori, pour qui tout ce vacarme est nécessaire afin d'éviter son retour en prison (le juge qui enquête sur son cas a demandé plus de 30 ans d'emprisonnement).
Jean-Luc Mélenchon a été invité par la revue Tlatelolco à écrire un texte de haute volée sur la notion de "puissance" comme objectif politique pour le peuple, quand elle s'applique à sa volonté d'agir pour le bien commun, pour sa souveraineté, pour sa liberté. Tlatelolco est une nouvelle revue de pensée critique latino-américaine qui rassemble quelques personnalités intellectuelles de la région pour repenser la démocratie en Amérique latine. Elle est dirigée par John M. Ackermann, professeur à l'Université nationale autonome du Mexique, né américain, naturalisé mexicain.
Des anciens présidents du Brésil Dilma Rousseff et Lula, à la Ministre des Droits sociaux du gouvernement espagnol Ione Bellara, en passant par le député européen danois Nikolaj Villumsen, les représentants politiques du monde entier ont exprimé leur soutien à Jean-Luc Mélenchon et à ses électeurs, menacés de mort dans une vidéo du youtubeur d’extrême droite Papacito et alertent sur la pré-fascisation du monde…
Après un collé-serré suffoquant entre les deux candidats à l’élection présidentielle au Pérou, l’instituteur syndicaliste Pedro Castillo est passé devant la libérale d’extrême droite Keiko Fujimori, suite à une remontada fulgurante grâce aux bulletins venant des provinces et des campagnes.
Trianguler, c’est grignoter les idées de l’adversaire pour l’affaiblir. Tactique politique qui nous vient des Etats-Unis, forgée par un conseiller de Bill Clinton, peaufinée ensuite par Tony Blair au Royaume-Uni et maniée par Emmanuel Macron en France : le but de la triangulation qui consiste à brouiller les lignes en empruntant une partie de son corpus idéologique à un adversaire politique, est de gagner les électeurs voisins. Emmanuel Macron, qui en 2017 s’est fait élire sur une promesse de dépassement des clivages (« ni de droite ni de gauche »), sème aujourd’hui des cailloux à l’extrême droite, anticipant le match Macron-Le Pen de 2022 et en imposant dans le débat public les thématiques du RN : la sécurité et la loi sur le séparatisme de 2021, par exemple (sans oublier tous les petits coucous à l’extrême droite, comme le déjeuner de Bruno Roger-Petit et Marion Maréchal, les contacts directs entre l’Élysée et Pascal Praud, les coups de fil à Eric Zemmour etc.). Comment s’opère la triangulation, simple tactique politicienne ou stratégie subtile, et qu’est-ce que cela implique pour nos « démocraties d’opinions » ? Nous relayons cet article de The Conversation sur le sujet pour y voir plus clair sur ce terme souvent entendu dans les médias, en pleine période des élections régionales et à un an de la présidentielle.

Recherche par mots-clés

Par format

Par date

Par dossiers