dossier

La Paix

Le Monde en commun publie des articles et contenus audiovisuels accessibles dans 3 langues : français, anglais, et espagnol. L’objectif est de rendre accessible tous les contenus au plus large public. Pour cela, la langue ne doit pas être un obstacle.

Nous sommes en train de constituer un groupe de volontaires qui se chargeront de traduire l’ensemble des contenus afin de les présenter dans au moins trois langues (français, anglais, espagnol).

Si vous souhaitez rejoindre le groupe, merci de nous adresser un mail à contact@linternationale.fr

Texte de référence à venir…

l'article

Volonté de rapprochement entre la CELAC et le Venezuela

Le président argentin a exprimé son désir d'un retour au dialogue entre les pays d'Amérique latine et le Venezuela. Une déclaration effectuée en sa qualité de président pro tempore de la CELAC. Plusieurs anciens présidents du continent on salué la voie choisie par Alberto Fernández.

« Que le dialogue permette au Venezuela de fonctionner pleinement comme pays et comme société. » Cet appel au dialogue est celui d’Alberto Fernández, président de la République argentine. Si ce commentaire, qui date du 18 avril, a autant fait parler en Amérique du Sud, c’est parce que l’homme de gauche est accessoirement le président pro tempore de la Communauté d’États latino-américains et caraïbes (CELAC), l’organisation régionale créée afin d’avoir un cadre de dialogue entre États d’Amérique latine sans présence des États-Unis. Le président a ainsi insisté sur la nécessité de recréer des liens avec les autorités vénézolanes au nom de la cohésion du continent et d’une solidarité avec la population du pays en difficulté. Pour donner plus de poids à ses propos, il les a tenus en conférence de presse lors d’une visite d’État de Guillermo Lasso, président équatorien ancré à droite. Fernández a accompagné ses commentaires d’une déclaration selon laquelle l’Argentine allait pleinement rétablir les relations diplomatiques avec le pays de Maduro, des relations qui s’étaient tendues sous le mandat de Mauricio Macri, son prédécesseur.

De son côté, Lasso a salué la prise de position de son homologue, affirmant que ses équipes allaient « analyser » la possibilité de faire un geste similaire. Agissant rapidement, Fernández a annoncé cette semaine l’identité du futur ambassadeur à Caracas. Il a également reçu un soutien de poids de plusieurs figures politiques de premier plan tel que le rapporte le média argentin Página 12. Le document est signé par Evo Morales, Ernesto Samper, Rafael Correa, Fernando Lugo et Manuel Zelaya, respectivement anciens présidents de Bolivie, Colombie, Équateur, Paraguay et Honduras. Mais l’on retrouve également des figures européennes dont José Luis Rodríguez Zapatero, ex-président du gouvernement espagnol, et Jean-Luc Mélenchon, candidat de l’Union Populaire en France. Les signataires apportent un soutien clair à la porte ouverte par l’Argentine pour la réintégration du Venezuela dans les cercles diplomatiques. Ils rappellent également la contribution clé au dialogue d’une organisation régionale comme la CELAC. Une telle décision pourrait par ailleurs ancrer le continent dans une paix durable. Autant de signes de bon augure quant à l’avenir de l’Amérique latine.

Dans le même dossier

Les vidéos